logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/08/2011

SUICIDE ASSISTÉ = EUTHANASIE ?

Suicídio assistido = EUTANASIA ?

Capture d’écran 2011-08-01 à 18.00.11.png

 

 

 

Há pouco tempo, a BBC transmitiu o suicídio assistido de um multimilionário britânico, Peter Medley, hoteleiro de 71 anos, que sofria de uma doença neurológica motora. Para morrer recorreu à clínica Suiça Dignitas.

A emissão foi muito criticada e responsabilizaram a BBC por ajudar a promover tal prática, o que pode incentivar outros pacientes a seguir o mesmo caminho.

A reportagem – «Escolhendo morrer» –, segundo a BBC, ajuda os telespectadores a ter uma oportunidade de formarem a sua opinião. A organização britânica pró-suicídio assistido Dignity in Dying (Dignidade na Morte) defendeu-se dizendo que o programa é “profundamente emotivo e por vezes difícil de ver”. E continua: “Censurar o debate não ajudará as pessoas que sofrem de um modo intolerável”.

Mas o suicídio assistido não é, afinal, mais do que a «eutanásia». A 28 de Fevereiro de 2008, publiquei neste mesmo lugar um artigo intitulado: “O que é verdadeiramente a eutanásia”, e se volto de novo a este assunto é porque sinto que a ele vamos voltar muito brevemente. Os que até aqui nos governaram gastaram muito tempo com casos fracturantes, como a legalização do aborto, as uniões homossexuais, as mudanças de sexo, a eutanásia, o testamento vital, etc., esquecendo as dificuldades sociais, financeiras e económicas que levaram o país ao caos. Temo que, agora na oposição, voltem aos temas para não deixar governar os que lá estão.

Precisamos, pois, de estar em guarda e saber bem o que nos espera. Que a BBC se prontificasse a transmitir o suicídio de uma pessoa não me espanta muito. Que a nossa TV o retransmitisse não me espanta nada! Mas não estará a passar-se com a

terminologia – suicídio assistido – a mesma falácia que se passou com a interrupção voluntária da gravidez? Vamos chamar às coisas pelo seu nome: a primeira é eutanásia e a segunda é aborto. Mas também não confundamos. O significado próprio de eutanásia é o de causar uma “boa morte”, entendida como morte sem dor, no caso de um doente incurável ou de pessoas deficientes ou idosas. É no fundo usar um eufemismo enganador: «homicídio piedoso». É, pois, a eutanásia eticamente reprovável porque a supressão de uma vida e a sua imoralidade advém de que vai contra a lei moral natural. Mesmo que a vítima da eutanásia dê o seu consentimento, sendo portanto um suicídio assistido, é sempre, sem apelo nem agravo, um atentado à vida, e mais grave ainda se a vítima não é consultada.

Nestes casos de ocorrer eutanásia sem consentimento da vítima, são os familiares que decidem. Se, por ignorância ou uma sensibilidade pouco esclarecida, querem dar ao seu familiar uma “boa morte”, isso repugnanos, mas há pior – quando essa “boa morte” não é mais do que desfazer-se de um fardo ou apressar a posse da herança.

A eutanásia está a ser um dos grandes problemas do século XXI e face aos resultados já obtidos, tem havido um maior interesse nos chamados cuidados paliativos. Oferecer ao paciente a oportunidade de lhe aliviar o sofrimento físico, com tratamentos e remédios e um acompanhamento humano que o ajude vencer a solidão, o medo, a angústia.

Para este efeito, já existem clínicas especializadas no tratamento (alívio) da dor, mas cuidado, porque paralelamente estão a surgir pseudo-clínicas, mais voltadas para a bruxaria, aproveitando a fragilidade psicológica das pessoas em grande sofrimento.

Esperemos que uma Reforma no Sistema de Saúde se volte para tão urgente como pungente assunto. A nossa população está cada vez mais envelhecida e se pode haver doenças ou acidentes que provocam muito sofrimento em gente jovem, os idosos precisam de ser atendidos. Aos novos, o alívio da dor vem acompanhado da esperança de melhores dias; aos idosos, esse alívio tem o seu terminus na morte.

Se o doente tem fé – as palavras do Prefácio da Missa dos defuntos podem ajudá-lo: “Se a certeza da morte nos entristece, conforta-nos a promessa da imortalidade. Para os que crêem, a vida não acaba, mas apenas se transforma”. Se o doente não

tem fé, deve ser ainda mais acarinhado, pois num momento tão decisivo está muito mais só do que aqueles que acreditam em Deus.

Maria Fernanda BARROCA (DM)

 

 

SUICIDE ASSISTÉ – EUTHANASIE ?

(traduction française : G.Jeuge)

 

Il y a peu, la BBC a diffusé le suicide assisté d’un multimillionnaire britannique, Peter MEDLEY, hôtelier, âgé de 71 ans, qui souffrait d’une maladie neurologique motrice. Pour mourir, il eut recours à la clinique suisse « Dignitas »

 

L’émission fut très critiquée et l’on accusa la BBC de promouvoir une telle pratique, ce qui était de nature à encourager d’autres malades à suivre le même chemin.

 

Le reportage – « En choisissant de mourir » - selon la BBC, devait aider les téléspectateurs à se former une opinion. L’organisation britannique pour le suicide assisté  « Dignity in Dying » (La dignité dans la mort) se défendit en disant que le programme était « profondément émouvant et parfois difficile à voir ». Et elle continuait ainsi : « Censurer le débat n’aidera pas les personnes qui souffrent de façon intolérable »

 

Mais le suicide assisté n’est, finalement, que l’ « euthanasie ». Le 28 Février 2008, j’ai publié ici même un article intitulé : « Ce qu’est vraiment l’euthanasie », et si je reviens sur ce sujet, c’est parce que je sens que nous allons bientôt en reparler. Ceux qui nous ont gouvernés jusqu’il y a peu ont dépensé beaucoup de temps avec des cas aussi pénibles que : la légalisation de l’avortement, les unions homosexuelles, les changements de sexe, l’euthanasie, le « testament de vie », etc… tandis qu’ils « oubliaient » les difficultés sociales, financières et économiques qui ont mené le pays au chaos. Je crains que, maintenant dans l’opposition, ils ne reviennent à ces thèmes pour empêcher de gouverner ceux qui les ont remplacés.

 

Nous devons donc rester sur nos gardes et savoir ce qui nous attend. Que la BBC s’empresse de transmettre le suicide d’une personne ne me surprend guère. Que notre TV le retransmette à son tour ne me surprend pas du tout ! Mais n’est-on pas en train d’assister, grâce à la terminologie – suicide assisté – à la même tromperie qui se dissimulait sous les mots « interruption volontaire de grossesse » ? Appelons les choses par leur nom : la première est « euthanasie » et la deuxième « avortement ». Mais pour autant, ne confondons pas tout. Le sens propre de « euthanasie » est : provoquer une « bonne mort », comprise comme « mort sans douleur », dans le cas d’un malade incurable, de personnes déficientes ou très âgées. Dans le fond, il s’agit d’un euphémisme trompeur : d’un « pieux homicide ». Or l’euthanasie est, éthiquement, condamnable parce qu’elle supprime une vie, et son immoralité vient de ce qu’elle s’oppose à la loi morale naturelle. Même si la victime de l’euthanasie donne son accord, (d’où suicide « assisté »), il s’agit toujours et sans appel, d’un attentat contre la vie, et encore plus grave si la victime n’est pas consultée.

Dans les cas d’euthanasie sans consentement de la victime, ce sont les familles qui décident. Si, par ignorance ou à cause d’une sensibilité peu éclairée, elles veulent offrir une « bonne mort » à l’un de leurs proches, cela nous répugne… mais il y a pire, quand cette « bonne mort » d’est qu’un prétexte pour se débarrasser d’un fardeau trop lourd ou hâter la venue d’un héritage !

 

L’euthanasie est l’un des problèmes majeurs du 21è siècle et, face aux résultats déjà obtenus, il doit se manifester un plus grand intérêt pour ce qu’on nomme les « soins palliatifs », ce qui revient à offrir au patient une chance de soulager sa souffrance physique, grâce à des traitements et des remèdes, alliés à un accompagnement humain qui l’aide à vaincre sa solitude, sa peur, son angoisse.

 

A cet effet existent déjà des cliniques spécialisées dans le traitement (le soulagement) de la douleur, mais il faut se méfier des fausses cliniques qui apparaissent parallèlement, davantage tournées vers la sorcellerie ; ces « cliniques » profitent de la fragilité des personnes en grande souffrance.

 

Espérons qu’une réforme du système de Santé se tourne vers ce problème aussi urgent que douloureux. Notre population vieillit et peut se trouver confrontée à des maladies ou des accidents, qui font grandement souffrir les plus jeunes, mais nécessitent des soins particuliers chez les plus âgés. Pour les jeunes, le soulagement de la douleur s’accompagne de l’espoir de jours meilleurs ; chez les vieillards, ce soulagement a son « terminus » dans la mort.

 

Si le malade a la foi, la Préface de la Messe d’Obsèques peuvent l’aider : « Si la certitude de la mort nous attriste, la promesse de l’immortalité nous réconforte. Car, pour ceux qui croient, la vie ne se termine pas, mais seulement se transforme ». Si le malade n’a pas la foi, il a besoin d’encore plus d’affection, car dans un moment aussi difficile, il demeure bien plus seul que ceux qui croient en Dieu

 

Maria Fernanda BARROCA (DM)

 

************************************************************************************************

 

 

18:13 Publié dans Société | Commentaires (0)

21/07/2011

LE CLER (Préparation au Mariage)


Lire la suite

11:36 Publié dans Société | Commentaires (0)

09/11/2010

LE DEUIL

La revue "Pèlerin" nous propose, en ce mois de novembre, dédié aux défunts, 4 vidéos sur le "DEUIL"

Voici aujourd'hui la 1ère;.. Les autres suivront... si Dieu le veut!

 


Traverser le deuil - Module 1 - 1/4
envoyé par Traverser_le_deuil. - Plus de trucs et astuces en vidéo.

15:58 Publié dans Société | Commentaires (1)

05/11/2010

L'ACER-RUSSIE

 

Capture d’écran 2010-11-05 à 20.47.10.png
CATHÉDRALE DANS L'ENCEINTE DU KREMLIN

 

ACER-RUSSIE

(Juste un mot d’introduction : vous n’avez sans doute jamais entendu parler de l’ACER-RUSSIE… Moi non plus, jusqu’à ce que je fasse deux voyages dans ce qui était encore l’URSS , mais plus pour longtemps : c’était sous le « règne » de GORBATCHEV. À cette époque, les Russes aimaient plaisanter en répétant cette boutade : « Chez nous, on est tous égaux, mais il y en a qui sont plus égaux que les autres » ! Ils n’étaient pas dupes. Alors que les « apparatchiks » se remplissaient les poches, une immense misère sévissait dans le peuple ! Il n’y a plus d’URSS, mais les Apparatchiks, lors de l’effondrement du régime soviétique, se sont empressés de se partager entre eux les richesses du pays… D’où ces nouveaux milliardaires qui se font bâtir de luxueux hôtels sur la Côte d’Azur… Mais la misère est toujours là, plus terrible que jamais. L’ACER est née de cette constatation, d’une prise de conscience réalisée par un certain nombre d’étudiants orthodoxes, animés par un prêtre, le P. ELTCHANINOFF. Comme il est indiqué ci-dessous, ACER signifiait ( signifie toujours) : « Action Chrétienne des Étudiants Russes)… Cette association a vite franchi les frontières de l’URSS, et est devenue une sorte d’ONG œcuménique qui, en France est placée sous le haut patronage du Cardinal Vingt-Trois, du Pasteur Claude Baty, Président de la Fédération protestante de France, et de Mgr EMMANUEL, Président de l’assemblée des Évêques Orthodoxes de France.

Le siège de l’Association est le suivant : 91, rue Olivier de Serres 75015 PARIS (site web : http://wwwacer-russie.org). L’ACER récolte des offrandes qu’elle utilise au service des plus pauvres des Russes. Elle vend aussi de superbes cartes postales représentant des églises ou des icônes russes.)

Ci-dessous : un court résumé historique et plusieurs exemples tragiques de la misère que connaissent aujourd’hui-même un très grand nombre de Russes

______________________________________________________________________________________________

 

 

En 1961, Cyrille Eltchaninoff (1923-2001) fondait le département Aide aux Croyants de l’URSS (devenu l’ACER-RUSSIE en 1997)auprès de l’Action Chrétienne des Etudiants Russes.

 

Pendant vingt-cinq ans, sous le haut patronage des églises catholique, protestante et orthodoxe, ce département a fait parvenir en URSS des livres religieux et de la littérature interdits par le régime communiste.

 

Parallèlement, elle informait l’opinion publique occidentale sur le sort des prisonniers de conscience, menait des campagnes pour leur libération et aidait matériellement leurs familles.

 

A la perestroïka, l’action de l’ACER-RUSSIE s’est tournée vers l’aide humanitaire et la formation religieuse. Elle a soutenu de nombreux instituts de théologie, fourni des bibliothèques à des paroisses, participé à l’édition des ouvrages des philosophes et théologiens de l’émigration. Dans ces années de bouleversement économique et social, la précarité s’était abattue sur le pays. L’ACER-RUSSIE faisait parvenir des vêtements et des produits alimentaires par camion.

 

A la même période apparaissait un mouvement associatif et caritatif indépendant. Proscrit par l’Etat soviétique qui estimait pourvoir entièrement aux besoins de ses citoyens, ce mouvement n’avait pour héritage que la tradition de bienfaisance du 19eme siècle. Tout était à créer. Les initiateurs en étaient souvent des chrétiens orthodoxes désireux de témoigner de leur foi en apportant un soutien aux plus démunis ; mais également de participer à la création d’une société plus équitable.

 

L’ACER-RUSSIE a alors adopté sa ligne de travail actuelle. d’appui aux associations locales et d’aide sociale et humanitaire.

 

Capture d’écran 2010-11-05 à 20.51.51.png

 

Urgence grand froid 2010 à Vladimir

 

Youri a 50 ans, il est à la rue depuis cinq ans. Originaire de Moscou, il est venu s’installer dans la région de Vladimir pour travailler.

 

A 'INTÉRIEUR DU KREMLIN

 

Malheureusement en 2005, sa maison a brûlé. N’ayant pas trouvé à se reloger, il vit dans une petite baraque sur le chantier où il travaille. L’hiver dernier en janvier, la température est descendue jusqu’à – 30. Il a perdu les doigts de ses mains et subi une amputation partielle des pieds suite à des engelures.

 

Ivan a 27 ans. Il est né, a grandi et a appris son métier de plombier-soudeur à Vladimir. Il s’est retrouvé à la rue à la suite d’embrouilles immobilières avec sa famille. En décembre 2009, il vivait dans la rue. A cause du froid vif, mal vêtu, mal chaussé un pied d’Ivan a gelé et il a perdu une partie d’une jambe. Chaque année, des personnes qui dorment dehors sont amputées d'un ou plusieurs membres. Pour toute la région, il n'existe qu'un foyer de cinquante places.

 

En décembre 2009, vingt et une personnes sont mortes de froid à Vladimir. Selon les mêmes sources, pour la période 2006 – 2008, quatorze personnes étaient décédées. Une telle mortalité cette année s'explique par les froids très rigoureux qui ont commencé début décembre et perdurent encore aujourd’hui (température moyenne de –20 à –25).

 

L’association d’Aide sociale aux sans-abri lance un appel à l’aide exceptionnel pour permettre aux personnes sans abri de Vladimir et sa région de dormir au chaud cet hiver. Un local a été trouvé pouvant héberger chaque nuit cinquante personnes Une première aide de 5 000 € a été débloquée en urgence par l’ACER–RUSSIE mais c’est insuffisant pour faire face à cette situation dramatique. Tous les jours de 20 heures à 8 heures du matin, les sans-abri sont accueillis dans ce local chauffé par un travailleur social et une infirmière. Ils y reçoivent une soupe, un verre de thé et une première assistance médicale.

Ce local situé près du centre d’hébergement de la ville permet aux sans-abri de se laver et de s'habiller avec des vêtements propres. Le matin, ils peuvent y recevoir un petit déjeuner chaud, mais également entreprendre les démarches administratives nécessaires en vue de leur réinsertion sociale.

 

 

 

Pour les soutenir

 

 

La neige recouvre Kondopoga en Carélie, les températures descendent jusqu’à -25 degrés, la pénombre de l’hiver ne laisse que peu de place à la lumière. Pour les enfants des rues,les personnes sans abri ou sans travail, le froid et la faim deviennent des préoccupations constantes dans leur lutte quotidienne pour survivre. Depuis la crise, dans cette ville,la situation s’est dramatiquement aggravée.

 

La Carélie a bâti son économie sur le bois. Les villes et les villages se sont construits au cœur des forêts, les routes ne sont que des voies forestières et la terre marécageuse est impropre à l’agriculture. Maintenant que tout le bois a été coupé, il ne reste rien, ni industrie de reconversion, ni agriculture, ni commerce. Le chômage de masse et son cortège de drames touchent des régions entières. La situation est si grave que des retraités font vivre toute leur famille sur leurs misérables allocations !

 

Dans ce climat de désespoir,la paroisse de Kondopoga apparaît comme un havre de paix et de réconfort. Depuis des années, le père Lev se bat contre l’adversité pour sauver des enfants de la rue,donner un peu de chaleur aux sans-abri,sauver du désespoir ceux qui n’attendent plus rien.

 

Chaque jour, la maison paroissiale ouvre ses portes, les paroissiens collectent des vêtements chauds, s’affairent derrière les fourneaux et autour des tables de la cuisine. Les samedis et dimanches, plus de soixante-dix personnes se pressent dans la cour de l’église, beaucoup d’enfants, des femmes, des hommes brisés par l’alcool et la misère.

 

Le père Lev nous confie :

 

« Deux adolescents de 15 et 17 ans sont venus ce matin demander du travail, un logement. Nous leur avons servi un repas chaud, donné des vêtements. Mais que faire de plus ? L’un s’est enfui de chez son père alcoolique, l’autre a été chassé de la maison par sa mère ! La seule chose en notre pouvoir est de les abriter pour un temps dans un monastère, mais il nous faudrait obtenir l’autorisation des parents, ils sont mineurs ! Les repas sont distribués tout l’hiver. Au départ, nous les servions aux enfants pendant les vacances scolaires quand les cantines des écoles étaient fermées. Mais "Maintenant, c’est pour tout le monde et surtout en ce moment où il fait si froid. Mais c’est dur car nous ne sommes pas suffisamment équipés, nous manquons de casseroles et de matériel de cuisine, d’argent pour la nourriture. L’hiver est long en Russie, mais nous ne pouvons pas abandonner tous ces gens à leur sort ! Merci aux donateurs de l’ACER-RUSSIE pour leur soutien sans faille. Que la paix de Dieu les accompagne ! »

 

_______________________________________________________________________________________________________

 

 

21:01 Publié dans Société | Commentaires (0)

27/08/2010

LE PORTUGAL FERME PLUS DE 700 ÉCOLES

CHAVES.jpg

La France n’est pas seule à connaître une crise de l’enseignement : le Portugal va fermer plus de 700 écoles dans tout le Pays, dont 91 dans le seul district de Vila Real (Tras-os-Montes)

Cependant, il faut reconnaître que la mesure s’imposait, étant donné que traditionnellement le moindre village possédait une école dont les élèves ne dépassaient pas la dizaine. Le même processus est en cours en France, depuis plus longtemps, au grand dam des parents et des municipalités. Pour traiter convenablement ses trop nombreux enseignants, il est inévitable que l’Etat procède à des regroupements, ce qui permet de réduire le nombre de professeurs et donc aussi les dépenses. Par contre, cela suppose un service de « ramassage scolaire » de qualité.

 

 

Distrito de Vila Real com menos 91 escolas em funcionamento

 

 

 

Das 701 escolas que, a nível nacional, não vão abrir as portas no início do próximo ano escolar, 384 são localizadas na zona Norte, dessas, 91 são de Vila Real. No distrito, o processo decorreu sem “convulsões”, como o que era esperado pelas autarquias que, uma a uma, vão inaugurando os seus centros escolares.

No entanto, algumas vozes se levantam contra o que acreditam ser o “encerramento

compulsivo das escolas em ambiente rural”

 

 

A Direcção Regional de Educação do Norte divulgou, no dia 18, a lista de escolas que vão fechar este ano na região, uma lista de mais de sete centenas de estabelecimentos de ensino entre os quais se encontram 91 primárias vila-realenses, sendo de destacar, entre os 12 dos 14 concelhos de Vila Real afectados pela medida, Chaves que está no topo da lista dos municípios com mais escolas encerradas.

“Ninguém ficou surpreendido com esse número”, garantiu João Batista, présidente da Câmara Municipal de Chaves, explicando que o processo de reordenamento da rede escolar do município está em curso desde 2003 e tem cumprido todos os seus objectivos, de modo a garantir que todo o processo decorra “sem convulsões”.

O autarca adiantou que o novo Centro Escolar do concelho, orçado em 4,7 milhões de euros, que vai receber as crianças das escolas que agora encerram, vai ser inaugurado já no próximo dia cinco, oferendo instalações de qualidade para um máximo de 600 alunos distribuídos por 25 salas de aula.

No ranking dos concelhos com mais escolas encerradas do distrito surge, em segundo lugar, o Peso da Régua (13), seguido de Sabrosa (12), Valpaços (11), Mondim de Basto (8), Murça (8), Vila Real (6), Vila Pouca de Aguiar (5), Ribeira de Pena (4), Santa Marta de Penaguião (3), Montalegre (2) e Mesão Frio (1).

Na listagem das 384 escolas a encerrar no Norte, apenas as de Murça abrirão as suas portas em Setembro, estando previsto que funcionem até às férias de Natal, altura em que estará concluído o Centro Escolar do concelho e se poderá proceder à transferência dos estudantes para as novas instalações.

Segundo João Teixeira, presidente da Câmara Municipal de Murça, o Centro Escolar, uma obra orçada em 2,5 milhões de euros, deverá estar concluído em Outubro, no entanto, os 62 alunos das oito escolas que ainda estão em funcionamento no concelho (todas com menos de 15 inscritos) só serão transferidos quando a nova infra-estrutura estiver “perfeitamente funcional” para a chegada dos estudantes. Com a mudança em Janeiro dos alunos das escolas espalhadas pelo concelho (que juntamente com as duas escolas da vila totalizam 192 crianças), serão assim encerrados os últimos estabelecimentos de ensino do 1º ciclo de ensino básico murcenses, no entanto, segundo o edil, as cinco escolas do ensino pré-escolar que ainda estão em funcionamento, nomeadamente Murça, Jou, Fiolhoso, Noura e Porrais, apenas vão encerrar no final do ano lectivo.

Apesar do processo de reestruturação da rede escolar daquele município transmontano parecer correr dentro dos planos da autarquia, o Partido Social Democrata local, oposição à autarquia socialista, considera que o dia da divulgação da lista foi “mais um dia negro” para o concelho. “O PSD de Murça mostra o total desacordo com a estratégia definida, marcada unicamente por uma visão económico-financeira, sem ter em conta as consequências sociais de tais medidas. Cada escola que se fecha é uma aldeia que fica mais pobre, na medida em que estes encerramentos são mais um contributo para a perda da identidade e para uma maior e mais rápida desertificação das nossas aldeias”, alerta o partido laranja.

Também o Bloco de Esquerda já divulgou publicamente o seu descontentamento com o encerramento das escolas na região transmontana, classificando o processo como “uma Clara falta de estratégia do Governo para o mundo rural”, como uma medida que “accéléra o seu despovoamento e reforça o seu isolamento e exclusão”.

“A uniformidade do cálculo que esteve na base do encerramento de escolas não

contempla realidades différentes entre o meio rural e o meio urbano. A nossa realidade é completamente différente dos grandes centros urbanos e como tal deve ser diferenciada, isto é, despojada da régua e esquadro burocráticos dos gabinetes

da capital”, defendem os bloquistas.

A nível nacional, a região Norte é a mais afectada, sendo de destacar o concelho de Lamego, no distrito de Viseu, como o cabeça-delista, com 21 estabelecimentos de ensino encerrados. No top cinco, Chaves encontra-se na segunda posição,seguida de Penafiel (16), Ponte de Lima (15) e Paredes (14).

Fonte : Voz de Tras-os-Montes

 

************************************************************************************************

16:04 Publié dans Société | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique