logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/03/2012

11 MARS 2012 : 3ème DIMANCHE DU CARÊME (B)

 

Christ aux outrages (Fra Angelico).jpg
CHRIST AUX OUTRAGES (Fra Angelico)

Domingo III da Quaresma

 

I LEITURA

Leitura do Livro do Exodo

 

Naqueles dias, Deus pronunciou todas estas palavras: « Eu sou o Senhor teu Deus, que te tirei da terra do Egipto, dessa casa de escravidao. Nao teras outros deuses perante Mim. Nao invocaras em vao o nome do Senhor teu Deus, porque o Senhor nao deixa sem castigo aquele que invoca o seu nome em vao. Lembrar-te-as do dia de sabado, para o santificares. Honra pai e mae, a fim de prolongares os teus dias na terra que o Senhor teu Deus te vai dar. Nao mataras. Nao cometeras adultério. Nao furtaras. Nao levantaras falso testemunho contra o teu proximo. Nao cobicaras a casa do teu proximo; nao desejaras a mulher do teu proÅLximo, nem o seu servo nem a sua serva, o seu boi ou o seu jumento, nem coisa alguma que lhe pertenca ». Palavra do Senhor.

 

Salmo Responsorial

 

Refrao: Senhor, Vos tendes palavras de vida eterna.

 

A lei do Senhor é perfeita, ela reconforta a alma; as ordens do Senhor sao firmes, dao sabedoria aos simples. Os preceitos do Senhor sao rectos e alegram o coracao; os mandamentos do Senhor sao claros e iluminam os olhos.

 

O temor do Senhor eÅL puro e permanece para sempre; os juizos do Senhor sao verdadeiros, todos eles sao rectos. Sao mais preciosos que o ouro, o ouro mais fi no; sao mais doces que o mel, o puro mel dos favos.

 

II Leitura

 

Leitura da Primeira Epistola do apostolo Sao Paulo aos Corintios

 

Irmaos: Os judeus pedem milagres e os gregos procuram a sabedoria. Quanto a nos, pregamos Cristo cruficado, escandalo para os judeus e loucura para os gentios; mas para aqueles que sao chamados, tanto judeus como gregos, Cristo é poder e sabedoria de Deus. Pois o que é loucura de Deus é mais sabio do que os homens e o que é fraqueza de Deus é mais forte do que os homens. Palavra do Senhor.

 

Evangelho

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo São João

 

Estava proxima a Pascoa dos judeus e Jesus subiu a Jerusalem. Encontrou no templo os vendedores de bois, de ovelhas e de pombas e os cambistas sentados às bancas. Fez entao um chicote de cordas e expulsou-os a todos do templo, com as ovelhas e os bois; deitou por terra o dinheiro dos cambistas e derrubou-lhes as mesas; e disse aos que vendiam pombas: « Tirai tudo isto daqui; nao façais da casa de meu Pai casa de comercio ». Os discipulos recordaram-se do que estava escrito: «Devora-me o zelo pela tua casa ». Entao os judeus tomaram a palavra e perguntaram-Lhe: « Que sinal nos das de que podes proceder deste modo? »Jesus respondeu-lhes: « Destrui este templo e em três dias o levantarei ». Disseram os judeus: « Foram precisos quarenta e seis anos para se construir este templo e Tu vais levanta-lo em três dias? » Jesus, porem, falava do templo do seu corpo. Por isso, quando Ele ressuscitou dos mortos, os discipulos lembraram-se do que tinha dito e acreditaram na Escritura e na palavra de Jesus. Enquanto Jesus permaneceu em Jerusalem pela festa da Pascoa, muitos, ao verem os milagres que fazia, acreditaram no seu nome. Mas Jesus nao se fiava neles, porque os conhecia a todos e nao precisava de que Lhe dessem informaçoes sobre ningueÅLm: Ele bem sabia o que ha no homem. Palavra da salvaçao.

 

ORAÇAO DOS FIÉIS

 

Irmaos: Na nossa subida para a Pascoa, a palavra do Senhor lembrounos que so a Ele havemos de adorar cumprindo a sua lei e os seus preceitos. Adoremo-l’O com toda a nossa alma e oremos, com todos os cristaos, pela Igreja, pelo mundo e por noÅLs proÅLprios, dizendo com

alegria:

 

R. Nos Vos rogamos, Senhor, ouvi-nos.

 

1. Pela santa Igreja, pelo Papa e pelos bispos, para que falem de Cristo, o Salvador crucificado, e anunciem a redencao que vem da Cruz, oremos, irmaos.

 

2. Pelos servidores da paz e da justica, para que sejam honestos, imparciais e verdadeiros e trabalhem pelo bem dos cidadaos, oremos, irmaos.

 

3. Pelos cristaos de todo o mundo e pelos judeus, para que adorem de coraçao sincero ao Deus unico e facam dos mandamentos a sua lei, oremos, irmaos.

 

4. Por todos os homens que vivem sobre a terra, para que nao matem, nao roubem e nao mintam, honrem os pais, amem o proximo e sejam justos, oremos, irmaos.

 

5. Por todos nos e pela nossa comunidade (paroquial), para que a atitude que Jesus tomou no templo, nos ensine que a casa de Deus é casa de oracao, oremos, irmaos.

 

OREMMOS. Senhor nosso Deus, que nos reunistes nesta casa da Igreja para escutar a vossa palavra e a acolher, fazei de nos pedras vivas do templo novo que é o vosso Filho. Ele que é Deus convosco na unidade do Espirito Santo.

 

 

cccccccccc


Homélie du 3ème dimanche du Carême

Abbé Jean Compazieu

Le Temple nouveau

Textes bibliques : Lire

En ce 3ème dimanche du Carême, nous sommes à mi-chemin de notre montée vers Pâques. Depuis le mercredi des Cendres, nous avons entendu des appels très forts : « Les temps sont accomplis. Convertissez-vous et croyez à l’évangile. » Ne laissons pas passer ce temps sans réponse de notre part. Le Carême est un temps favorable pour rentrer en nous-mêmes. Il ne s’agit pas d’accomplir des performances spirituelles extraordinaires. Le plus important c’est d’accueillir le Seigneur et de lui redonner toute sa place dans notre vie.

La première lecture fait partie du livre de l’Exode. Le Peuple Hébreu, esclave en Egypte, vient de passer la Mer Rouge. Sur la montagne du Sinaï, Dieu donne les dix commandements à Moïse, dix paroles de vie. Trois sont orientées vers les relations avec Dieu et sept vers celles avec nos frères. Pour bien vivre avec Dieu, il faut bien vivre avec nos frères. Dans notre monde bouleversé par tant de haine, de violences et de guerres, il est urgent de remettre ces repères en valeur. Nous ne pouvons pas dire que nous aimons Dieu si nous n’aimons pas nos frères. Il nous appartient d’éliminer de notre vie tout ce qui est égoïsme, rancune, critique négative et toutes les formes de méchanceté. C’est ainsi que nous apprendrons à vivre en vrais disciples du Christ.

Le psaume est une prière qui nous fait chanter cet enseignement du Seigneur : « La loi du Seigneur est parfaite qui redonne vie. » Cette loi, c’est bien plus que des commandements. Avec Jésus, nous découvrons que les paroles de Dieu sont celles de la Vie Eternelle. Alors oui, nous pouvons chanter notre joie et notre action de grâce pour cette nourriture que Dieu nous donne. Tout au long du Carême, nous avons cette possibilité d’y revenir. Chaque fois que nous lisons l’Evangile, c’est Dieu qui nous parle pour nous redire son amour.

Dans sa lettre aux Corinthiens, l’apôtre Paul nous dit jusqu’où va cet amour : « Nous proclamons un Messie crucifié. » Pour les gens de Corinthe, c’était de la folie. Mais ce qui est folie aux yeux des hommes est sagesse de Dieu. L’amour vrai ne se contente pas d’un « programme minimum ». Ce serait bien d’y repenser durant notre retraite du Carême. Aimer, c’est tout donner, c’est se donner. Jésus nous apprend qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. C’est en levant les yeux vers le Christ en croix que nous commençons à comprendre la grandeur et la folie de cet amour.

L’Evangile nous rappelle un autre aspect de cette conversion qui nous est demandée. Cela se passe au Temple de Jérusalem. Jésus chasse les vendeurs ainsi que leurs brebis et leurs bœufs. Pourtant, ce commerce était bien commode car il permettait de trouver sur place tout ce qu’il fallait pour offrir des sacrifices.  Mais Jésus ne veut pas que la Maison de son Père devienne une maison de trafic. Comprenons bien : Le Temple c’est d’abord le lieu de la présence de Dieu. De même, nos églises doivent être des lieux de prière et de rencontre avec Dieu. Nous faisons tout pour qu’elles soient belles et accueillantes et nous avons raison.

Mais il y a un autre marché auquel nous devons faire très attention : c’est celui qui se déroule à l’intérieur de nos cœurs. C’est en effet notre cœur qui est le temple véritable où Dieu veut habiter. Or, trop souvent, nous sommes englués dans la recherche de nos intérêts personnels à n’importe quel prix. Il y a des herbes vénéneuses qui s’appellent l’arrogance, la voracité, l’insatiabilité. Tout cela ne peut nous rendre heureux ; bien au contraire, cela ne fait que rendre notre vie et celle des autres de plus en plus amère. C’est de tout cela que nous avons à nous libérer si nous voulons faire de la Maison du Père une demeure digne de ce nom.

Or voilà que Jésus entre dans notre vie comme il est entré au Temple de Jérusalem. Il renverse tout ce à quoi nous donnons la priorité. Il bouscule les étals de nos intérêts personnels. Il vient nous rappeler que Dieu doit être remis à la première place dans notre vie. Ce Dieu nous aime tous d’un amour jaloux ; et il ne veut pas que notre existence soit polluée par tous ces poisons. Vivre le Carême, c’est nous ouvrir à cet amour qui est en Dieu et nous laisser transformer par lui.

Chaque dimanche, l’Evangile devient ce « fouet à cordes » que Jésus utilise pour changer notre cœur et notre vie. Le Seigneur est là pour chasser de nos cœurs l’attachement à nous-mêmes. Il renverse la ténacité que nous avons dans la poursuite de nos affaires à n’importe quel prix. Pour lui, il n’y a pas de bonheur contre les autres ni sans les autres. Et s’il n’y a pas de place pour Dieu dans notre vie, il n’y en aura pas pour nos frères non plus. L’Evangile nous est donné pour qu’il change nos cœurs. Ayons le courage de faire le « ménage de Pâques » pour accueillir dignement le Christ ressuscité.

En ce jour, nous nous tournons vers toi pour te confier notre désir de conversion. Fais-nous revenir vers toi. Et pour que chaque jour nous soit profitable, ouvre nos esprits à l’intelligence de ta loi. Amen

Sources : Revues liturgiques Signes et Feu Nouveau, la Parole de Dieu chaque jour 2012 (Vincenzo Paglia) Lectures bibliques des dimanches (Albert Vanhoye)

10:20 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

10/03/2012

10 MARS : LE CARÊME, QU'EST-CE QUE C'EST?

Capture d’écran 2012-03-10 à 10.30.07.png

 

"Le carême, c'est se libérer pour se donner"

 

Moine bénédictin puis abbé de Kergonan, Mgr Le Gall est archevêque de Toulouse. Il a répondu aux questions de croire.com sur le sens du carême.

 

Quel est le coeur du Carême ?

 

Mgr Le Gall : Pour un chrétien, le carême, c'est d'abord imiter la Christ. L'Evangile raconte que Jésus a jeûné pendant quarante jours avant de commencer son ministère public. La Bible nous dit aussi que Moïse et Elie ont jeuné tous les deux en faisant route vers le Sinaï, le lieu de la rencontre avec Dieu. Le carême, c'est faire la même expérience que le Christ et que les saints patriarches pour approcher Dieu.

 

Comment présenteriez-vous le carême à quelqu'un qui n'en a jamais entendu parlé ?

 

- Je dirais d'abord que le jeûne du carême est une privation de nourriture, pas une grève de la faim ! Il s'agit de se restreindre pour ressentir notre fragilité devant Dieu. La privation a donc un sens : se vider de soi-même, du superflu pour adhérer à l'essentiel et ne pas être prisonnier de besoins plus ou moins factices. Cette pratique est une preuve pour soi-même que l'on est capable d'être soi-même. C'est une entreprise de libération intérieure.

 

Quelle est la place des autres dans cette démarche ?

 

- L'enjeu est de devenir maître de ses actes, pas pour soi-même, mais pour se donner aux autres. Se rendre libre pour les autres et pour Dieu. A côté du jeûne, on trouve donc le partage et la prière. Le carême, c'est se libérer pour se donner. C'est acquérir de l'ouverture et de la souplesse pour se donner à ce qui en vaut la peine.

 

Que diriez-vous aux chrétiens qui voient venir le carême avec une certaine lassitude ?

 

- Toute privation est douloureuse. Il faut accepter une certaine forme de difficulté pour prendre conscience de ce qui nous asservit. Il faut se prendre par la main, le jeûne n'est jamais facile. Même pour les moines ! Mais on peut alors se rappeler que le Christ est parti au désert "poussé par l'esprit". Il faut se mettre sous la force de l'Esprit et veiller à cette inspiration d'amour. Il faut faire peu de chose mais par amour.

 

Est-il nécessaire pour cela de se priver ?

 

- Le carême doit avoir un aspect concret, sinon il n'a pas beaucoup de sens. Le carême est un ensemble de pratiques. Cela répond à notre incarnation, car nous ne sommes pas de purs esprits !

 

Vous avez été abbé de Kergonan pendant dix-neuf années . Comment les moines vivent-ils le carême ?

 

- Le jeûne n'est pas complet, sinon on ne pourrait pas continuer à chanter les psaumes quatre à cinq fois par jour ! Mais les moines se privent quelque peu pour sentir la faim de Dieu. Ce n'est pas seulement une faim de pain, mais aussi une faim de sa parole. Concrètement pendant quarante jours, les moines prennent un petit déjeuner minimal et un repas du soir allégé. Le déjeuner reste normal.

Les horaires ne sont pas modifiés, mais la liturgie est plus riche. Il y a un grand nombre de textes spéciaux pour chaque jour et, dans les monastères où on chante du grégorien, les pièces de chant sont plus ornées, plus profondes.

 

Vous vous êtes investi dans le dialogue avec les bouddhistes. La pratique du jeûne est-elle un lieu de rencontre entre les religions ?

 

- Avec les bouddhistes, il n'est pas facile de se rejoindre sur les croyances. En revanche, les moyens, les étapes, les méthodes de la vie spirituelle sont très souvent les mêmes que les nôtres. Pour les bouddhistes tibétains, le jeûne est très important. Certains ascètes bouddhistes ne mangent pratiquement rien pour atteindre l'extase. De même les musulmans jeûnent sérieusement et courageusement pendant le Ramadan. Cela force le respect.

Il n'est pas étonnant de retrouver des pratiques similaires dans les différents religions, car la nature humaine est la même partout. Nous sommes corps et âme et il faut parfois que le corps se restreigne pour que l'âme grandisse.

Nous, occidentaux, avons un peu perdu cela. Mais chez les catholiques orientaux et les orthodoxes, le jeûne a une place très importante et ils nous interrogent souvent sur notre manière de jeûner.

Propos recueillis par Elodie Maurot (« Cahiers de Croire.com »)

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

 

10:42 Publié dans RELIGION | Commentaires (1)

07/03/2012

LE "MONASTÈRE INVISIBLE" : CARÊME EN LIGNE

LE "MONASTÈRE INVISIBLE", PRÉSENTATION

Qui sommes nous ?
Au sein de l'Eglise catholique, le monastère invisible est animé par la Fraternité sainte Croix implantée à Etampes (Essonne). Mgr Michel Dubost,  évêque d’Evry-Corbeil Essonne, a accueilli  cette fraternité dans une maison appartenant au diocèse afin d’y fonder un lieu de prière et de rayonnement spirituel.
La vocation de la fraternité est d’annoncer la bonne nouvelle du Christ ressuscité par l’animation du monastère invisible sur internet, le livre, la prédication de retraites et la formation spirituelle.
Les fondateurs de cette fraternité sont Alain et Danielle Noël. Il y a plus de 30 ans, ils avaient pris la décision que, lorsque leurs enfants seraient grands, ils entreraient dans une forme de vie monastique, renouant ainsi avec une antique tradition de l’Eglise.

Depuis de nombreuses années ils vivaient dans leurs activités professionnelles et familiales comme «les moines intérieurs d’un monastère invisible».

C’est cette attitude spirituelle qu’ils se proposent d’encourager maintenant par ce site : « Vivre dans le monde en n’étant plus de ce monde »  (Saint Jean 17, 16).

Tous deux sont éditeurs depuis plus de 20 ans. Alain Noël a entre autres fondé les Presses de la Renaissance en 1997. Il en a été le président jusqu’à la création de la fraternité sainte Croix. Il y est toujours éditeur.

Dans les années 80, Alain et Danielle Noël ont également étudié la théologie aux facultés catholiques de Lyon.

La fraternité vit au quotidien au rythme de la prière monastique en communion avec toute l’Eglise par la liturgie des Heures  (laudes, sexte, vêpres et complies).

Le "Carême en ligne" est proposé par le "Monastère invisible"(http://www.monastere-invisible.com)

Deuxième semaine de carême

« Les premiers seront les derniers »

 

 

« En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi, dans le Paradis » (Luc 23, 43). À qui Jésus s’adresse-t-il ? À qui fait-il cette promesse que l’on aimerait tous entendre nous concernant ? À un brigand ! Qu’est-ce qu’il a bien pu faire pour mériter une telle faveur ? Le fait d’être cloué sur la croix, on le sait, il le méritait ! Mais l’accès au paradis, tout de go, ne passant même pas par la case purgatoire…

Quelle mouche a piqué Jésus pour lui faire une telle promesse ? On pourrait se demander : « Que va dire son Père ? » Si on commence à accepter au Paradis, les brigands, les païens, les gibiers de potence… Le Ciel ne sera plus le Ciel…

La semaine dernière, nous avons eu un peu de mal à digérer, mais nous avons bien compris que Jésus venait pour les pécheurs. Ça tombe bien nous le sommes. Enfin ! De gentils pécheurs qui ne commettons pas d’actes effroyables encore que, comme le fait remarquer saint Augustin : « si la gravité de nos fautes ne nous effraie pas, soyons-le par la quantité. » (d’après le sermon IX)

Cette semaine, c’est un brigand qui rentre directo au Paradis. Il ne manquerait plus que les prostituées !

Justement, elles sont au rendez-vous. Publicains et prostitué(e)s précéderont la plupart des « bien-pensants » dans le royaume de Dieu (Luc 23, 43 ; Matthieu, 21, 31)

Dur ce carême ! On est censé prendre des décisions pour s’améliorer, pour mériter d’être sauvé… Ça ne donne pas envie de se décarcasser mais bien plutôt de baisser les bras. On serait presque tenté de dire : « à quoi ça sert de se donner tant de mal ? »

Pourquoi se priver, se réfréner, se limiter dans nos désirs, en bref à quoi ça sert d’être bon, si en fin de compte les « mauvais » ont le même sort que nous, pire, ils nous précèdent dans le Royaume ? De plus, ils sont capables d’occuper les meilleures places.

La culture spirituelle de la méritocratie est ébréchée et la révolte du « bon » chrétien commence à sourdre.

Je garde une émotion intense de l’époque où l’on développait les tirages papier des photos. Ce support blanc laissait apparaître petit à petit l’image. Nous la laissions monter dans le révélateur au gré des contrastes que nous désirions obtenir.

Plonger dans le révélateur ! Voilà un produit qui porte bien son nom.

Or, la lecture de la Parole de Dieu — la Bible —, a cet effet sur notre intelligence. Elle révèle l’état de notre cœur dans ce qu’elle suscite comme réaction.

En ce temps de carême, la Parabole des ouvriers de la vigne, plus connue sous le nom de Paraboles des ouvriers de la onzième heure, fait office de révélateur (Matthieu 20, 1-16).

Replongeons ensemble dans le fil de l’histoire de cette parabole.

Un propriétaire a besoin de main-d’œuvre pour travailler à sa vigne. Il sort donc de bon matin (6h00) et embauche des journaliers, on pourrait dire aujourd’hui, des intérimaires. Il leur propose un salaire sur lequel ils s’entendent.

À 9h00, il sort à nouveau pour embaucher d’autres ouvriers, ainsi qu’à 12h00 puis à 15h00, et enfin à 17h00.

Lorsque 18h00 sonne la fin de la journée, il demande à ce que l’on paie les ouvriers en commençant par ceux qui sont arrivés en dernier, à 17h00, et il donne à chacun d’eux, le salaire d’un jour complet de travail…

Et à partir de là, ça coince dans les rangs ! Ça rue dans les brancards. Les travailleurs de la première heure l’ont mauvaise. Une odeur d’injustice flotte dans l’air.

Pour ceux qui raisonnent selon la Chair, cette parabole est révoltante. C’est la parabole du Maître injuste. Pour ceux qui raisonnent selon l’Esprit, elle est signe de la miséricorde du Maître.

Chose étonnante, rares sont ceux qui se mettent dans la peau des ouvriers de la dernière heure…

Que comprendre de cette parabole qui soit signe de renouvellement de notre intelligence ?

Des hommes ont eu la chance, de bon matin, dès 6h00, de trouver un emploi bien payé et d’être libérés du fardeau du soir : rentrer bredouille à la maison sans avoir gagné l’argent nécessaire pour nourrir leur famille. Durant toute leur journée de travail, ils sont donc dans la joie d’être employés et de gagner leur vie.

Pendant la journée, le maître sort régulièrement et voit des ouvriers inemployés à qui il propose un travail.

Les « inemployés de la onzième heure », ceux de 17h00, ne sont certainement pas les plus forts et les plus vaillants. Ce sont ceux que personne n’a voulu embaucher, soit par manque de travail, soit parce qu’ils étaient les plus faibles…

L’attitude du maître sert de révélateur aux pensées du cœur. Il pose cette question aux ouvriers bien pensants de la première heure lorsqu’ils s’insurgent : « As-tu l’œil mauvais parce que je suis bon ? » (Matthieu 20, 15)

Aujourd’hui, c’est à nous que Jésus pose cette même question :

Quelle est la qualité de notre œil ?

Partageons-nous le regard du Maître, nous réjouissant que les plus faibles, les plus pauvres aient les honneurs, ou pestons-nous en criant à l’injustice en considérant que nous méritons plus et mieux qu’eux ?

Relisons quelques versets avant cette parabole : Jésus promet à celui qui aura laissé maison, frères, sœurs, père, mère, enfants ou champs ; « à cause de mon nom, de recevoir bien davantage et en héritage la vie éternelle » (Matthieu 19, 29).

Et il conclut au verset 30 : « Beaucoup de premiers seront derniers, et de derniers seront premiers. »

Plus loin à la fin de la parabole que nous venons de voir, Jésus dit : « Voilà comment les derniers seront premiers, et les premiers derniers. » (Matthieu 20, 16).

En somme, chacun est premier dans sa catégorie : il y a les premiers embauchés et les premiers payés. Tout le monde est premier de quelque chose et dernier à la fois car les premiers payés furent les derniers à être embauchés. Sur quoi se focalise notre regard ?

La logique des enfants de Dieu, en voyant que le Maître donnait le même salaire aux malheureux qui n’avaient pas trouvé de travail et angoissaient du « qu’est-ce que je vais ramener pour nourrir ma famille ? », eut été de dire le cœur bouleversé : « Maître juste et miséricordieux, je suis fier de travailler pour toi car j’ai vu ta bonté pour chacun d’entre nous. »

Or, voici le moment favorable en ce carême, pour faire ce grand bond qui nous fait changer de logique. Le temps favorable pour nous laisser remplir de l’Esprit saint qui seul peut nous permettre de comprendre l’attitude de Notre Père et de son Fils, Jésus-Christ.

• Changeons de regard, car tant que nous considérerons notre salut comme le fruit d’un travail durement acquis et, qu’au fond de nous, nous aurions bien aimé nous encanailler davantage — mais on ne l’a pas fait parce que ça ne se fait pas —, nous serons dans une logique de salaire et nous jalouserons la rémunération des autres.

• Changeons d’attitude afin de ne pas rétrograder au dernier rang car nos pensées ne seront pas à l’unisson des pensées du Seigneur, toutes religieuses qu’elles puissent être.

N’oublions pas qu’il y a une joie inégalable à parcourir ce monde dans l’intimité de vie avec le Christ sauveur, de marcher dans la liberté de l’amour et de vivre dans la paix du cœur.

Nous n’avons pas à regretter quoi que ce soit ni à espérer quoique ce soit d’autre que d’être avec Lui. Pour y être toujours, le mieux n’est-ce pas d’y être dès maintenant ?

C’est ce qu’Il nous propose en cette semaine.

En cette deuxième étape  :

Est-ce que l’attitude du propriétaire de la parabole nous agace ou nous réjouit ?

Pensons-nous que la vie que nous menons nous permet d’obtenir notre salut ?

Avons-nous à cœur d’être miséricordieux comme Notre Père est miséricordieux ?

TEXTE RÉFLEXION OU PRIÈRE

Traité de saint Irénée Contre les hérésies

L'amitié de Dieu

Notre Seigneur, le Verbe de Dieu, a d'abord amené les hommes à Dieu pour qu'ils soient ses serviteurs, puis il a libéré ceux qui lui étaient soumis, comme il le dit lui-même à ses disciples : Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que fait son maître, mais je vous appelle mes amis, car tout ce que j'ai appris du Père, je vous l'ai révélé. ~

En effet, l'amitié de Dieu confère à ceux qui y accèdent l'immortalité.

[…] Les hommes qui sont dans la lumière n'illuminent pas, eux, la lumière, mais par elle sont illuminés et par elle resplendissent : loin d'apporter quoi que ce soit à la lumière, ils en bénéficient et sont illuminés par elle.

[…] Dieu sollicite le service des hommes par bonté et miséricorde pour combler de bienfaits ceux qui le servent avec persévérance. Car autant Dieu n'a besoin de rien, autant l'homme a besoin de la communion de Dieu.

La gloire de l'homme, c'est de persévérer et demeurer au service de Dieu. Et c'est pourquoi le Seigneur disait à ses disciples : Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, mais moi qui vous ai choisi ; il voulait dire par là qu'eux ne le glorifiaient pas en le suivant, mais que pour avoir suivi le Fils de Dieu, ils étaient par lui glorifiés. Et ils disait encore : Je veux que là où je suis, là ils soient aussi, pour qu'ils voient ma gloire.

© Aelf

La pensée de la semaine  :

« Ne jugez pas, afin de n’être pas jugés  ;

car du jugement dont vous juger on vous jugera,

et de la mesure dont vous mesurez on mesurera pour vous. »

(Matthieu 7, 1-2)

Source : http://www.monastere-invisible.com

,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

10:18 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

06/03/2012

6 MARS : CARÊME EN LIGNE

Capture d’écran 2012-03-06 à 10.22.43.jpg

 

Retraite en ligne

 

CAREME 2012

 

Renouvelons notre intelligence 1/7

 

 

 

Première semaine de carême

 

 

« Je ne suis pas venu appeler les justes

mais les pécheurs. »

 

 

 

En cette première semaine de carême, notre intelligence de la foi va en prendre un coup. Dieu est sensé aimer les justes (les bons) et rejeter les pécheurs (les mauvais). C’est ce que l’on nous a toujours appris depuis l’enfance. Dur, devenu adulte, de changer de point de vue !

 

 

Voyons et essayons de comprendre l’attitude du Christ face aux pécheurs.

Jésus voit un homme, un réprouvé, honnis de tous, un collecteur d’impôts, un juif à la solde du pouvoir romain, un certain Lévi. Au lieu de se comporter en bon juif, soucieux de ne pas se souiller, en l’évitant soigneusement, Jésus l’appelle et lui dit : « Suis-moi. » Cet appel fait de lui un disciple et Jésus va manger chez lui.

 

C’est ce qui provoque un scandale chez tous ces « justes », ces bien-pensants, scribes et pharisiens. Jésus profite de leur attitude et de leurs remarques pour leur préciser sa mission : « Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs. » (Marc 2, 17)

 

 

L’appel du Christ envers le pécheur montre qu’il attache plus de prix à l’être humain qui est en face de lui, qu’à la vie que celui-ci a menée. L’estime que lui porte le Christ est supérieure à la vie de pécheur qu’il menait auparavant. Aussi, touché par l’amour, il se convertira et sera sauvé.

 

Le prétendu juste, enfermé dans sa manière de voir et dans ses jugements, ne pourra être sauvé que s’il se convertit. Or, se croyant juste, il ne ressent pas le besoin de se convertir, ce qui est une véritable catastrophe spirituelle. De plus, ces « faux justes » se croient justifiés par leur observance des lois et des prescriptions qui leur permettent de paraître justes aux yeux des hommes.

 

 

Le Christ continue l’œuvre du Père sur cette terre. Dès le jardin d’Eden, la première question que l’homme entend après avoir péché : « Où es-tu ? » (Genèse 3, 9). Dieu appelle l’homme et l’homme a peur de la voix de Dieu. Si Dieu appelle, c’est pour recréer l’homme blessé par le péché. Il ne fige pas l’être dans ce qu’il est au moment présent, mais il voit son devenir possible.

 

Nous y gagnerions beaucoup si au lieu d’avoir foi en Dieu, nous avions conscience que Dieu a foi en nous. Il croit en nous, beaucoup plus que nous-mêmes. Nous doutons de nous.

C’est parce qu’il nous aime et qu’il croit en nous que le Christ nous appelle. Saurons-nous vaincre nos peurs à le suivre en répondant à son appel ?

 

Nous, nous serions plutôt du genre à rayer le méchant de la carte si nous en avions la possibilité, un peu comme Jacques et Jean (ce ne sont pas les fils du tonnerre, pour rien) qui veulent faire tomber la foudre du ciel sur un village peu accueillant (Luc 9, 54). Or, Dieu ne veut pas la mort du méchant mais sa conversion.

 

L’homme pécheur est plus à plaindre qu’à blâmer. Il est enfermé dans son péché et habité par le dégoût de soi. Dieu vient nous libérer du dégoût, de la honte, de la culpabilité, du rejet de nous-mêmes en nous manifestant son amour, l’amour qu’il nous porte personnellement.

C’est ce qui arrive à Lévi qui est transporté par l’appel inattendu de Jésus. À appel inattendu, réaction inattendue : il se lève et quitte tout pour le suivre.

C’est par la distinction entre le péché et le pécheur que le Christ sauve et libère. Si le péché est condamnable, le pécheur, lui, est sauvable.

 

*

 

Face à la femme adultère, Jésus est devant une situation inextricable. Il est littéralement coincé. Tous ceux qui veulent la lapider en ont parfaitement le droit selon la loi juive. Dire qu’elle ne mérite pas la lapidation, c’est nier la loi et se mettre soi-même en danger.

Autoriser la lapidation, c’est à coup sûr s’entendre dire : « Où est ta fameuse miséricorde ? ». Le piège est sans issue. Sauf que ! Jésus renvoie chacun à sa propre vérité, son propre comportement, sa propre faute, les mettant en porte à faux s’ils persistent dans la volonté de punir la pécheresse : « Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ». (Jean 8, 1-11)

C’est grandiose, c’est de l’intelligence à l’état vif, amour et vérité se rencontrent… (Psaume 84, 11) Le jugement explose, la condamnation aussi.

Et chacun s’en va, à commencer par les plus vieux. Jésus demande alors à la femme où sont ceux qui la condamnaient ?... Moi, non plus je ne te condamne pas : « Va et ne pèche plus ! » Parole libératrice, ligne de conduite de toute la vie à venir.

 

Le péché mène à la mort quelle qu’en soit la forme. Jésus, le libérateur du péché redonne la vie et nous sort du cercle vicieux dans lequel le péché nous a enfermé.

C’est avec une intelligence renouvelée, un regard nouveau, que nous sommes appelés à vivre notre vie et à ouvrir des voies nouvelles dans toutes nos impasses.

 

*

 

« Il y a plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repend que pour quatre-vingt dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance » (Luc 15, 7).

Sans une bonne dose d’Esprit saint et un super renouvellement de notre intelligence, cette parole du Christ nous reste en travers de la gorge. Impossible de faire jaillir la louange quand on entend ça. « À quoi ça sert que je me décarcasse, si les pécheurs sont traités en fin de compte comme les justes ? » N’est-ce pas ce que nous nous disons ? Enfin, ce que nous pensons mais n’osons pas dire ?

Or, si nous entrons dans la logique de Dieu, Dieu ne veut pas la mort du pécheur, mais qu’il se convertisse et qu’il vive (Ézechiel 18, 23). Force est de constater que la joie pour un pécheur qui se convertit et entre dans le ciel décuple la joie céleste. C’est ainsi qu’il faut entendre cette parole. Il y a plus de joie… pour tout le monde !

 

 

 

En cette première étape :

 

Demandons à l’Esprit saint l’ouverture d’esprit nécessaire afin de penser en termes trinitaires. Sachons reconnaître le bien et le mal et laissons place à la Miséricorde.

 

Apprenons à rejeter le péché mais pas les pécheurs.

 

Si nous sommes enfermés dans nos péchés, écoutons la voix du Christ qui nous dit : « viens et suis moi. »

 

 

 

 

TEXTE RÉFLEXION OU PRIÈRE

 

 

L'ami des hommes.

 

Si vous voulez ressembler à Dieu, vous qui avez été créés à son image, imitez votre modèle. Vous êtes chrétiens et ce nom signifie ami des hommes : imitez l'amour du Christ.

[…]

Imitons la pastorale du Maître. Penchons-nous sur les Évangiles : comme dans un miroir découvrons-y l'idéal de la sollicitude et de la bonté.

 

J'y vois, en effet, dans les paraboles, dans des propos imagés, le berger de cent brebis. L'une d'entre elles s'est séparée du troupeau et s'est égarée. Le berger ne resta pas avec celles qui demeuraient en bon ordre et sur le droit chemin. Il bondit à la recherche de l'égarée, franchit nombre de gorges et de précipices, gravit des sommets rocheux, affronta courageusement les déserts, jusqu'à ce qu'il l'eût trouvée.

 

L'ayant trouvée, sans la frapper ni la pousser violemment pour la ramener au troupeau, il la mit sur son cou, la porta avec douceur et la fit revenir parmi ses compagnes, plus joyeux pour celle-ci que pour la foule des autres.

 

Comprenons donc la réalité cachée sous ces images. Cette brebis n'est pas réellement une brebis, et ce berger est tout autre chose qu'un berger. Ce sont là des exemples qui nous enseignent des mystères sacrés. Ne désespérons pas facilement des hommes, ne laissons pas à l'abandon ceux qui sont en péril.

Recherchons avec ardeur celui qui est exposé, ramenons-le sur le chemin, réjouissons-nous de son retour et réintégrons-le dans la communauté de ceux qui vivent en vrais fidèles.

 

Homélie de saint Astère sur la conversion

© Aelf

************************************************************************************************


 

 

10:28 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

05/03/2012

05/03/2012 : LE BLOGUE D'EDMOND PROCHAIN


LECTURE BIBLIQUE

Le blogue d'Edmond Prochain

(Edmond PROCHAIN est un journaliste chrétien, qui a le talent de dire les choses les plus profondes avec un humour désopilant : en voici le dernier témoignage)

3 mars 2012

Tête à lectures

Je suis entré pour la première fois dans cette petite église du sud de la France un dimanche soir d’une fin de mois d’août, après avoir roulé toute la journée. Il faisait chaud. Et je ne le dis pas seulement pour faire un effet de style avec une phrase factuelle et très ramassée juste derrière une séquence sensiblement plus longue et avant d’enchaîner avec une autre phrase longue ; non, en réalité, j’avais même noté ce jour-là des pointes absolument indécentes en terme de température et de degré d’humidité. Il faisait donc très chaud, même si je commence à réaliser que mes tentatives d’effets de styles sont moisies, dans la mesure où cette information n’est absolument pas pertinente pour la suite… Bref : j’étais dans une région inconnue, une ville inconnue, une paroisse inconnue, j’étais moi-même un inconnu et en plus j’avais trop chaud, et le prêtre s’est dirigé vers moi d’un air décidé pour me demander si j’accepterais de faire la deuxième lecture.

Dans cette autre église que je connais un peu mieux, plutôt dans l’ouest et plutôt à l’automne, mais où je n’avais pas remis les pieds depuis bien sept ans, les habitués se saluaient poliment de la tête, d’un bout à l’autre de leur banc. Il y avait là déjà toutes sortes de crânes : des boucles blondes, des dégarnis, des cendrés, des blanchis, des longs, des ras, des lisses, des hirsutes, des soyeux, des gras, des couverts, un rouge pétaradant. Certaines assemblées chrétiennes sont comme des vaisselles dépareillées : on se dit d’abord qu’elles ne ressemblent à rien, qu’elles ne sont pas présentables, et puis on oublie complètement au moment de passer à table. En tout cas, celle-ci ne ressemblait pas à grand chose, et le prêtre était un peu taillé du même bois, improbable et touchant. Si touchant, même, que c’est à mon épaule qu’il est venu le manifester juste avant le début de la messe : je ferais bien la première lecture, n’est-ce pas ?

Cette fois-ci, je l’ai senti dès que je suis entré. Petite église de petit village, aussi blanche de pierres que de paroissiens. A peine un pied posé dans la nef, la responsable de la liturgie (pourtant occupée à ralentir encore la chorale, des fois qu’il resterait encore un peu de rythme dans le chant qu’ils répétaient alors) a posé son œil d’aigle sur moi. J’ai senti par anticipation ses serres se refermer sur mon dos pour m’entrainer contre mon gré jusque dans son nid – autrement appelé ambon. J’avais raison : quelques minutes à peine plus tard, juste le temps d’expédier un sanctus deux tons en-dessous (je suis taquin, mais en réalité assez admiratif du dévouement d’une telle femme, même si mon oreille saigne un peu – je parle de mes oreilles au singulier parce que l’autre s’est déjà suicidée), la voilà qui fond sur moi et me lance, nasillarde : “Un peu de jeunesse, ça va nous faire du bien pour la lecture !”

Je n’y peux rien : j’ai une tête à lectures.

Avec les années, il aura bien fallu me rendre à l’évidence : je suis le genre qui plaît pour une lecture improvisée. Un “aspirateur à grands-mères et à curés”, comme disait ma sœur autrefois (aujourd’hui, elle niera en bloc avoir jamais rien affirmé de tel, c’est évident). Il suffit que je débarque dans une paroisse pour que – crac – l’irrépressible envie de me confier une lecture s’impose dans l’esprit de quelques autochtones comme l’idée de l’année pour meubler la liturgie. C’est valable partout, sauf chez moi. Car curieusement, je n’ai jamais tant de succès que dans des paroisses où je suis un parfait inconnu.

Bien sûr, cette situation a quelque chose de flattant. Mais pas que. Je passerais volontiers sur le fait qu’elle dérange régulièrement mon désir tout naturel et très catholique de pantouflisme eucharistique : c’est vrai, j’aime bien me cacher pendant les célébrations, mais je prends avec philosophie les coups de pieds dans le fondement que constituent ces demandes bien innocentes. Après tout – me dis-je en souriant et en moi-même… Pourtant, vient toujours une crainte sensiblement plus profonde : moi que l’on vient solliciter pour lire la Parole, est-ce que ce n’est pas au détriment de quelqu’un dont le désir secret serait qu’on le sollicite, un jour ? Un habitué tellement fidèle et timide qu’il ferait partie des chaises, et à qui personne ne demande jamais rien pour ne pas le déranger et devoir faire sa connaissance, alors qu’être dérangé ne le dérange pas ?

J’en frémis. (Oui, c’est le retour de l’effet de style moisi du début de ce billet.)

Et même si je me plie souvent de bonne grâce à la montée au micro, je trouve parfois – comme tout le monde – de bonnes grosses excuses des familles pour ne pas avoir à me décoller de mon banc. Car au rang des techniques pour ne pas sortir du rang, ma boîte à outils recèle quelques stratagèmes habiles. Et je ne parle pas seulement de la bonne vieille méthode de l’imperturbable abîmé en prière au moment où passe le rabatteur ; c’est un classique, mais la montée du sans-gène dans la population de notre pays le rend de moins en moins efficace. Au contraire, préférez la tactique – dite – de Judas, elle-même très efficace : quand on s’approche de vous pour vous demander si vous accepterez de faire une lecture, répondez avec négligence en désignant votre voisin : “Moi non, mais lui oui.” Évidemment, il faut venir à la messe avec un ami (ou un parent), mais c’est assez imparable. Autre subterfuge qui a fait ses preuves : l’accent étranger à couper au couteau et le français épouvantable qui va avec. Si ce rôle est joué avec suffisamment d’aplomb et une mine d’incompréhension absolue de ce qu’on vous demande, il s’avère très difficile à détecter. Pour peu qu’on ne la ramène pas trop ensuite durant les chants et les répons. Mais la technique la plus efficace pour se dérober au moment de se faire refourguer une lecture est encore probablement celle qui consiste à répondre en se composant un visage confus : “Je veux bien… mais je ne sais pas lire…” C’est très fort, mais il existe tout de même un risque : celui de se retrouver avec un panier de quête en lot de consolation !

Edmond PROCHAIN

(pour s'abonner à son "Blogue" : http://edmondprochain.wordpress.com/)

(Cliquer sur CC dans l'écran qui apparaît pour lire les commentaires en français)

✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩✩

10:13 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique