logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/03/2012

19 MARS 2012 : SAINT JOSEPH

 

St JOSEPH (icône).jpg
SAINT JOSEPH (Icône)

Saint Joseph

 

 

Dans nos églises, on trouve beaucoup de tableaux ou des vitraux qui évoquent « l’annonce faite à Marie ». On y voit l’ange Gabriel qui rend visite à Marie et la réponse de cette dernière. Mais nous ne trouvons rien sur « l’annonce faite à Joseph », rien sur ces choses surprenantes qui lui ont été révélées. Les évangiles ne nous rapportent aucune parole de cet homme. Et pourtant, le récit que nous venons d’entendre nous en dit bien plus que nous ne pouvons l’imaginer. Il nous apprend à ECOUTER. C’est une attitude absolument essentielle. Joseph peut nous servir d’exemple et nous y entraîner.

 

L’Evangile nous dit que l’Ange du Seigneur lui apparaît « en songe ». C’est souvent que, dans la Bible, on évoque le songe. Dans le langage biblique, cela n’a rien à voir avec un rêve. C’est une façon imagée de rendre compte d’une aventure intérieure où quelque chose d’essentiel est engagé. Dire que l’ange du Seigneur lui apparaît en songe, c’est une manière de dire que le Seigneur lui a parlé au cœur. Ce que Joseph a entendu c’est un appel à prendre chez lui Marie son épouse : « L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint. »

 

Tout cela n’allait pas de soi. Imaginons un peu Joseph complètement brisé et tourmenté par ce qui lui arrive. Ce qui allait de soi, c’était de répudier Marie. C’était conforme à la loi de Moïse et à la tradition. Mais la Parole de Dieu a été plus forte que ses réticences. Il a eu le courage de changer de projet de se faire le serviteur d’un mystère qu’il ne comprend pas.

 

Joseph est un homme de silence, un homme capable d’écouter Dieu lui parler et capable de changer sa vie à la lumière de la parole qu’il a entendue. Il découvre que cet enfant vient d’ailleurs. Il n’est pas de lui, ni d’un autre, ni même de Marie. Il est l’Envoyé de Celui qui est le « Tout Autre ». C’est ainsi que Joseph est introduit peu à peu dans la Lumière d’un immense mystère qui devra un jour être proclamé à toute la Création.

 

Voilà une leçon absolument essentielle pour nous chrétiens de 2012. Nous vivons dans un monde bruyant et agité. Aujourd’hui, Joseph nous apprend à ECOUTER ce qui se passe en nous, à faire le point, à prendre du recul pour accueillir une parole qui vient d’ailleurs. C’est parfois difficile car bien souvent nous avons tendance à trop parler, la plupart du temps pour ne rien dire. Nous ne pourrons entendre le Seigneur parler à notre cœur que si nous prenons des moments de silence et de recueillement.

 

Prendre le temps de se taire pour faire silence et pour écouter, c’est absolument essentiel si l’on veut rester un homme. Car c’est dans le silence que Dieu parle à notre cœur par l’Esprit Saint. En d’autres circonstances, on nous a dit que la vie chrétienne ne peut se concevoir sans un engagement résolu contre la misère, l’injustice et la violence qui dégradent l’homme et défigurent le projet d’amour de Dieu sur l’humanité. Aujourd’hui, nous découvrons que nous ne pouvons pas être chrétiens sans un engagement déterminé pour retrouver le chemin du cœur.

 

En cette période de Carême, nous découvrons que préparer Pâques, c’est d’abord prendre du temps pour le silence, la prière, la lecture de l’évangile. Comme Joseph, nous écoutons une parole et nous apprenons à nous rendre dociles à ce que Dieu nous suggère. Comme lui, nous sommes invités à nous faire les serviteurs d’un mystère qui nous dépasse. Tout l’Evangile nous dit que le Seigneur nous conduit sur des chemins que nous n’avions pas prévus. Mais les Paroles qu’il nous adresse sont celles de la Vie Eternelle.

 

Abbé Jean Compazieu

 

wwwwwwwwwwwwwwwwwwww

 

10:08 Publié dans RELIGION | Commentaires (4)

18/03/2012

18 MARS 2012 : 4ème DIMANCHE DU CARÊME (textes en portugais - homélie en français)

Domingo IV da Quaresma

 

Capture d’écran 2012-03-18 à 09.42.32.png

 

I LEITURA

 

Leitura do Segundo Livro das Crónicas

 

Naqueles dias, todos os príncipes dos sacerdotes e o povo multiplicaram as suas infidelidades, imitando os costumes abomináveis das nações pagãs, e profanaram o templo que o Senhor tinha consagrado para Si em Jerusalém. O Senhor, Deus de seus pais, desde o princípio e sem cessar, enviou-lhes mensageiros, pois queria poupar o povo e a sua própria morada. Mas eles escarneciam dos mensageiros de Deus, desprezavam as suas palavras e riam-se dos profetas, a tal ponto que deixou de haver remédio, perante a indignação do Senhor contra o seu povo. Os caldeus incendiaram o templo de Deus, demoliram as muralhas de Jerusalém, lançaram fogo aos seus palácios e destruíram todos os objectos preciosos. O rei dos caldeus deportou para Babilónia todos os que tinham escapado ao fi o da espada; e foram escravos deles e de seus filhos, até que se estabeleceu o reino dos persas. Assim se cumpriu o que o Senhor anunciara pela boca de Jeremias: «Enquanto o país não descontou os seus sábados, esteve num sábado contínuo, durante todo o tempo da sua desolação,

até que se completaram setenta anos». No primeiro ano do reinado de Ciro, rei da Pérsia, para se cumprir a palavra do Senhor, pronunciada pela boca de Jeremias, o Senhor inspirou Ciro, rei da Pérsia, que mandou publicar, em todo o seu reino, de viva voz e por escrito, a seguinte proclamação: «Assim fala Ciro, rei da Pérsia: O Senhor, Deus do Céu, deu-me todos os reinos da terra e Ele próprio me confiou o encargo de Lhe construir um templo em Jerusalém, na terra de Judá. Quem de entre vós fizer parte do seu povo ponha-se a caminho e que Deus esteja com ele».

 

SALMO RESPONSORIAL

 

Refrão: Se eu não lembrar de ti, Jerusalém, fi que presa a minha língua.

 

Sobre os rios de Babilónia nos sentámos a chorar, com saudades de Sião. Nos salgueiros das suas margens, Dependurámos nossas harpas.

 

Aqueles que nos levaram cativos queriam ouvir os nossos cânticos e os nossos opressores uma canção de alegria: «Cantai-nos um cântico de Sião».

 

Como poderíamos nós cantar um cântico do Senhor em terra estrangeira? Se eu me esquecer de ti, Jerusalém, esquecida fique a minha mão direita.

Apegue-se-me a língua ao paladar, se não me lembrar de ti, se não fizer de Jerusalém a maior das minhas alegrias.

 

II LEITURA

 

Leitura da Epístola do apóstolo São Paulo aos Efésios

 

Irmãos: Deus, que é rico em misericórdia, pela grande caridade com que nos amou, a nós, que estávamos mortos por causa dos nossos pecados, restituiu-nos à vida com Cristo – é pela graça que fostes salvos – e com Ele nos ressuscitou e com Ele nos fez sentar nos Céus. Assim quis mostrar aos séculos futuros a abundante riqueza da sua graça e da sua bondade para connosco, em Jesus Cristo. De facto, é pela graça que fostes salvos, por meio da fé. A salvação não vem de vós: é dom de Deus. Não se deve às obras: ninguém se pode gloriar. Na verdade, nós somos obra de Deus, criados em Jesus Cristo, em vista das boas obras que Deus de antemão preparou, como caminho que devemos seguir. Palavra do Senhor.

 

EVANGELHO

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo São João

 

Naquele tempo, disse Jesus a Nicodemos: «Assim como Moisés elevou a serpente no deserto, também o Filho do homem será elevado, para que todo aquele que acredita tenha n’Ele a vida eterna. Deus amou tanto o mundo que entregou o seu Filhó Unigénito, para que todo o homem que acredita n’Ele não pereça, mas tenha a vida eterna. Porque Deus não enviou o Filho ao mundo para condenar o mundo, mas para que o mundo seja salvo por Ele. Quem acredita n’Ele não é condenado, mas quem não acredita já está condenado, porque não acreditou no nome do Filho Unigénito de Deus. E a causa da condenação é esta: a luz veio ao mundo e os homens amaram mais as trevas do que a luz, porque eram más as suas obras. Todo aquele que pratica más acções odeia a luz e não se aproxima dela, para que as suas obras não sejam denunciadas. Mas quem pratica a verdade aproxima-se da luz, para que as suas obras sejam manifestas, pois são feitas em Deus. Palavra da salvação.

 

Oração dos Fiéis

 

Irmãos e irmãs: “Deus amou de tal modo o mundo que lhe deu o seu Filho Unigénito para que todo o que n’Ele crê não morra, mas tenha a vida eterna”. Apoiados no grande amor que Deus nos tem oremos pela Igreja e por todos os homens dizendo confiadamente:

 

R. Ouvi-nos, Senhor.

 

1. Para que as Igrejas cristãs de todo o mundo sejam guiadas pelo Espírito do Senhor, façam penitência e se convertam ao Evangelho, oremos, irmãos.

 

2. Para que este mundo não rejeite os mensageiros que Deus lhe envia sem cessar, e preste ouvidos às palavras dos profetas, oremos, irmãos.

 

3. Para que neste tempo santo da Quaresma os cristãos se aproximem mais da luz de Cristo e pratiquem o que é bom aos olhos de Deus, oremos, irmãos.

 

4. Para que os pobres, os doentes e os que estão tristes, ponham toda a sua esperança no Senhor, e acreditem que Jesus veio salvar-nos, oremos, irmãos.

 

5. Para que a nossa assembleia dominical dê graças pelo dom da salvação que Deus nos oferece em Jesus Cristo, oremos, irmãos.

 

OREMOS. Senhor nosso Deus, que ouvis as orações dos vossos servos, afastai as trevas que nos cercam, fazei brilhar a luz do vosso Filho e dirigi os nossos corações para a luz da sua

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvv

 

 

HOMÉLIE 4ème DIMANCHE DU CARÊME

 

Nous voici déjà au milieu du Carême : ce dimanche est celui de la « mi-carême »… Et la liturgie nous invite à faire comme une pause, en laissant entrevoir le bout du tunnel : la joie de Pâques. C’est un des deux dimanches de l’année où il est permis d’utiliser des ornements roses (l’autre étant le 3ème de l’Avent, comme nous l’avons vu en son temps). Le rose, c’est comme un violet mêlé de blanc : la pénitence se mêle à la joie !

Et pourtant nous lisons aujourd’hui des textes assez énigmatiques, dans la mesure où ils parlent d’Histoire très ancienne : le temps de Moïse (1250 ans A.C) ou celui de Cyrus (538 A.C) ; si l’on n’est pas très au courant de l’Histoire Biblique, on risque de ne pas comprendre grand-chose à tout cela… Mais il n’est pas question de faire ici un cours d’Histoire ! Aussi, je me permettrai de passer sous silence la 1ère Lecture , afin de pouvoir fixer notre regard sur l’Evangile. Vous avez peut-être remarqué que le texte, une fois encore, est tiré de St Jean (et non de St Marc, l’évangéliste de l’année). Et , fait rare dans les Evangiles, St Jean ne prétend pas faire parler Jésus : il nous rapporte plutôt le fruit de sa très longue méditation . Il ne commence pas par les mots habituels : « En ce temps-là, Jésus dit… », mais dès les premiers mot, il commence par une comparaison impersonnelle : « De même que… de même… » Et il fait une allusion au « Serpent » élevé par Moïse dans le désert.

Je ne sais si vous connaissez l’histoire : on aurait pu choisir cet épisode comme 1ère Lecture… Cela n’a pas été le cas !

Mais il n’est pas interdit d’en parler. Voici donc ce que dit la Bible : dans le Désert, après la sortie d’Egypte, le peuple Hébreu s’est révolté contre Dieu et contre Moïse, car il avait faim ! « Pourquoi nous as-tu amené dans ce désert ? – crièrent-ils à Moïse – Était-ce pour nous faire mourir de faim ? Nous aurions dû rester en Egypte : là on était des esclaves, mais au moins on mangeait à notre faim ! »… Dieu, dit le texte, fut très irrité par cette révolte, et envoya en châtiment une multitude de « serpents brûlants » (= dont la morsure brûlait cruellement, avant de faire mourir les personnes mordues) et, de fait, il y eut beaucoup de morts ! Moïse alors intercéda pour le Peuple et Dieu eut pitié. Il ordonna à Moïse de faire un « serpent d’airain » et de le dresser à la vue de tous, sur une hampe. « Lorsqu’un serpent mordait un homme, dit le texte, celui-ci regardait le serpent d’airain et il était guéri »… Nous voyons dès lors ce que veut dire l’évangile (l’image du serpent a-t-elle été utilisée par Jésus, ou seulement par Jean ? nous ne le savons pas… Mais le sens est clair : il faut que « le Fils de l’Homme » soit élevé de terre, tout comme l’avait été le serpent d’airain. Et c’est sur la Croix qu’il sera élevé, nous le savons.

« Celui qui avait été mordu regardait le serpent d’airain et il était guéri »… Traduisons : « Celui qui est atteint de cette maladie mortelle qu’est le péché regardera Jésus crucifié et il sera guéri ». Ici « regarder » veut dire « croire » : il ne s’agit pas d’un regard indifférent, encore moins superstitieux ou idolâtre, comme pouvait l’être celui des Hébreux, il s’agit de la FOI, et tout le texte « pointe » vers la Foi : le verbe « croire » est utilisé 5 fois dans ces quelques lignes… Croire que Jésus est le Fils, pas seulement le Fils de l’Homme, comme il aime à se présenter, mais bien le Fils unique de Dieu, dont la venue prouve l’amour du Père pour le monde, et qui aimera les hommes pécheurs jusqu’à mourir sur la Croix. Les lecteurs de St Jean savent bien que Jésus n’est pas seulement mort, mais qu’il est Ressuscité et toujours vivant : qui croit en lui ne mourra jamais…

 

C’est donc bien à la FOI totale en Jésus mort et ressuscité que nous invite ce rappel de l’épisode du Serpent de bronze !

En cette Mi-Carême, nous sommes conviés à « regarder »  vers Jésus « élevé » (sur le bois… et dans les Cieux, à la droite du Père) : alors, nous ne pouvons être tristes, ni désespérés : nous sommes « sauvés », et cela ne peut que nous remplir de joie et d’espérance !

(Père Gabriel JEUGE, Maison de Retraite "NAZARETH" - ORLEANS 45000)

 

 

 

CHANT : "NOUS TE SALUONS..."

 

jjjjjjjjjjjjjjj

10:05 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

14/03/2012

14 MARS 2012 : APPEL À LA SOLIDARITÉ (ÉVÊQUE DE PORTO)

 

Solidariedade: «Primeiro desafio» da Quaresma é «prestar atenção» aos pobres, diz bispo do Porto

Renúncia quaresmal vai ser destinada ao Fundo Social Diocesano

 

Porto, 23 fev 2012 (Ecclesia) – O bispo do Porto considera que a prioridade da Quaresma e de “toda a vida” consiste em “redobrar a atenção” aos mais pobres, respondendo com “criatividade” às suas necessidades.

 

Na mensagem quaresmal de 2012, transmitida em vídeo, D. Manuel Clemente pede o “empenho no olhar e no coração” diante do “dramatismo” das “atuais circunstâncias” da sociedade portuguesa.

 

A convicção cristã de que Deus é “pai de todos” deve traduzir-se numa “fraternidade autêntica com tudo e com todos”, oferecida como “companhia” e “cuidado”, sublinha o vice-presidente do episcopado português.

 

O Fundo Social Diocesano, que procura responder às “necessidades acrescidas” dos desfavorecidos, vai ser o destino da renúncia quaresmal, prática em que os fiéis abdicam da compra de bens adquiridos habitualmente noutras épocas do ano, reservando o dinheiro para uma finalidade especificada pelo bispo.

 

“A Quaresma é um caminho pascal que nos faz morrer para uma vida sem Deus e sem os outros, para renascermos na dádiva constante, na vida que se recupera, na adoração do Pai e no serviço dos irmãos”, assinala o prelado no vídeo.

 

Iniciada nesta Quarta-feira de Cinzas, a Quaresma é um período de 40 dias, excetuando os domingos, marcado por apelos ao jejum, partilha e penitência, que servem de preparação para a Páscoa, a principal festa do calendário cristão.

 

RJM ( Agência Ecclesia)

 

mmmmmmmmmmmmmmm

10:23 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

13/03/2012

13 MARS 2012 : LA BIBLE EN DESSINS ANIMÉS (suite)

 

ABRAHAM ET ISAAC (3 de 3)

10:21 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

12/03/2012

12 MARS 2012 : LA BIBLE EN DESSINS ANIMÉS

1ère PARTIE : ABRAHAM ET ISAAC (1/3)

 

 

(Suite demain... ou sur YouTube : cliquer sur l'une des vignettes qui apparaissent à la fin de l'épisode)

10:24 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique