logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/03/2012

27 MARS 2012 : LITANIES DES BIENHEUREUX FRANCISCO ET JACINTA MARTO (Voyants de Fatima)

Francisco e jacinta MARTO.jpg

 

Ladainha dos Beatos Francisco e Jacinta

 

 

Senhor, tende piedade de nós. Senhor, tende piedade de nós.

Cristo, tende piedade de nós. Cristo, tende piedade de nós.

Senhor, tende piedade de nós. Senhor, tende piedade de nós.

Nossa Senhora do Rosário de Fátima, rogai por nós.

Nossa Senhora das Dores, rogai por nós.

Nossa Senhora do Carmo, rogai por nós.

Virgem dos Pastorinhos, rogai por nós.

Beato Francisco Marto, rogai por nós.

Beata Jacinta Marto, rogai por nós.

Crianças chamadas por Jesus Cristo, rogai por nós.

Crianças chamadas a contemplar a Deus no Céu, rogai por nós.

Pequeninos a quem o Pai revela os mistérios do Reino, rogai por nós.

Pequeninos privilegiados do Pai, rogai por nós.

Louvor perfeito das maravilhas de Deus, rogai por nós.

Imagens do abandono filial, como crianças ao colo da mãe, rogai por nós.

Vítimas de reparação em benefício do Corpo de Cristo, rogai por nós.

Confidentes do Anjo da Paz, rogai por nós.

Custódios, como o Anjo da Pátria, rogai por nós.

Adoradores com o Anjo da Eucaristia, rogai por nós.

Videntes da Mulher revestida com o Sol, rogai por nós.

Videntes da Luz que é Deus, rogai por nós.

Filhos prediletos da Virgem Mãe, rogai por nós.

Ouvidos atentos à solicitude materna da Virgem Maria, rogai por nós.

Advogados da Mensagem da Senhora mais brilhante que o Sol, rogai por nós.

Arautos da palavra da Mãe de Deus, rogai por nós.

Profetas do triunfo do Coração Imaculado de Maria, rogai por nós.

Cumpridores dos desígnios do Altíssimo, rogai por nós.

Fiéis depositários da Mensagem, rogai por nós.

Emissários da Senhora do Rosário, rogai por nós.

Missionários dos pedidos de Maria, rogai por nós.

Portadores dos apelos do Céu, rogai por nós.

Zeladores do Vigário de Cristo, rogai por nós.

Confessores da vida heroica na verdade, rogai por nós.

Consoladores de Jesus Cristo, rogai por nós.

Exemplos da caridade cristã, rogai por nós.

Servos dos doentes e dos pobres, rogai por nós.

Reparadores das ofensas dos pecadores, rogai por nós.

Amigos dos homens junto do trono da Virgem Maria, rogai por nós.

Lírios de candura a exalar santidade, rogai por nós.

Pérolas brilhantes a resplandecer beatitude, rogai por nós.

Serafins de amor aos pés do Senhor, rogai por nós.

Oblações a Deus para suportar os sofrimentos em ato de reparação, rogai por nós.

Exemplo admirável na partilha com os pobres, rogai por nós.

Exemplo incansável no sacrifício pela conversão dos pecadores, rogai por nós.

Exemplo de fortaleza nos tempos da adversidade, rogai por nós.

Enamorados de Deus em Jesus, rogai por nós.

Pastorinhos que nos guiais ao Cordeiro, rogai por nós.

Discípulos da escola de Maria, rogai por nós.

Interpeladores da humanidade, rogai por nós.

Frutos da árvore da santidade, rogai por nós.

Dom para a Igreja Universal, rogai por nós.

Sinal divino para o Povo de Deus, rogai por nós.

Testemunhas da graça divina, rogai por nós.

Estímulo à vivência do batismo, rogai por nós.

Experiência da presença amorosa de Deus, rogai por nós.

Eloquentes na intimidade de Deus, rogai por nós.

Intercessores, junto de Deus, pelos pecadores, rogai por nós.

Construtores da Civilização do Amor e da Paz, rogai por nós.

Lâmpadas a alumiar a humanidade, rogai por nós.

Luzes amigas a iluminar as multidões, rogai por nós.

Luzeiros a refulgir no caminho da humanidade, rogai por nós.

Chamas ardentes nas horas sombrias e inquietas, rogai por nós.

Candeias que Deus acendeu, rogai por nós.

Cristo, ouvi-nos. Cristo, ouvi-nos.

Cristo, atendei-nos. Cristo, atendei-nos.

 

Oração conclusiva

Deus de infinita bondade, que amais a inocência e exaltais os humildes, concedei, pela intercessão da Imaculada Mãe do vosso Filho, que, à imitação dos bem-aventurados Francisco e Jacinta, Vos sirvamos na simplicidade de coração para podermos entrar no reino dos Céus. Por Nosso Senhor Jesus Cristo, vosso Filho, que é Deus convosco na unidade do Espírito Santo. Amen.

******************************************************************************************************************

10:38 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

26/03/2012

LE PAPE AU MEXIQUE MESSE À SILAO (DIMANCHE 25 MARS)

22:22 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

26 MARS 2012 : L'ANNONCIATION

BENOÎT XVI À FATIMA (2010).jpg

 

 

L'Annonciation

Evangile : L'Annonciation (Lc 1, 26-38)

 

 

L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,

à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »

A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.

Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;

il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. »

Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? »

L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu.

Et voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait : 'la femme stérile'.

Car rien n'est impossible à Dieu. »

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » Alors l'ange la quitta.

 

 

Prière à la Vierge

 

Prière du Saint-Père Benoît XVI lors de sa visite à la chapelle de apparitions au sanctuaire de Fatima à l'occasion de son voyage apostolique pour le xème anniversaire de la béatification de Jacinta et Francisco, pastoureaux de Fatima, le 12 mai 2010.

 

 

Saint-Père :

 

Notre-Dame

et Mère de tous les hommes et de toutes les femmes,

me voici comme un fils

qui rend visite à sa Mère

et le fait en compagnie

d'une multitude de frères et de sœurs.

En tant que Successeur de Pierre,

à qui fut confiée la mission

de présider au service

de la charité dans l'Église du Christ

et de confirmer chacun dans la foi

et dans l'espérance,

je veux présenter à ton

Cœur Immaculé

les joies et les espérances

ainsi que les problèmes et les souffrances

de chacun de tes fils et de tes filles

qui se trouvent ici, à la Cova di Iria,

ou qui, de loin, nous sont unis.

 

Mère très aimable,

tu connais chacun par son nom,

avec son visage et son histoire,

et, à tous, tu manifestes avec amour

ta bienveillance maternelle

qui jaillit du cœur même de Dieu Amour.

Tous, je te les confie et te les consacre,

Mère Très Sainte,

Mère de Dieu et notre Mère.

 

Chanteurs et assemblée :

 

Nous te chantons et t'acclamons, Marie (v. 1)

 

Saint-Père :

 

Le Vénérable Pape Jean-Paul II,

qui t'a rendu trois fois visite, ici à Fátima,

et qui a remercié cette « main invisible »

qui l'a délivré de la mort

lors de l'attentat du treize mai,

sur la Place Saint-Pierre, il y a presque trente ans,

a voulu offrir au Sanctuaire de Fátima

une balle qui l'avait blessé gravement

et qui fut placée dans ta couronne de Reine de la Paix.

C'est une profonde consolation pour nous

de savoir que tu es couronnée

non seulement avec l'argent

et l'or de nos joies et de nos espérances,

mais aussi avec le 'projectile' qui symbolise

nos préoccupations et nos souffrances.

Je rends grâce, Mère bien-aimée,

pour les prières et les sacrifices

que les jeunes bergers

de Fátima faisaient pour le Pape,

guidés par les sentiments

que tu leur avais inspirés au cours des apparitions.

Je remercie aussi tous ceux qui,

chaque jour,

prient pour le Successeur de Pierre

et pour ses intentions

afin que le Pape soit fort dans la foi,

audacieux dans l'espérance et ardent dans l'amour.

 

Chanteurs et assemblée :

 

Nous te chantons et t'acclamons, Marie (v. 2)

 

Saint-Père :

 

Mère bien-aimée de nous tous,

je remets ici, dans ton Sanctuaire de Fátima,

la Rose d'Or

que j'ai apportée de Rome,

en hommage de gratitude de la part du Pape

pour les merveilles que le Tout-Puissant

a accomplies à travers toi

dans le cœur d'un grand nombre de pèlerins

qui viennent ici dans cette maison qui est à toi.

 

Je suis sûr que les bergers de Fátima

les Bienheureux François et Jacinthe

et la Servante de Dieu Lucie de Jésus

nous accompagnent en cette heure de supplication et de jubilation.

 

Chanteurs et assemblée :

 

Nous te chantons et t'acclamons, Marie (v. 5)

 

 

gugugugugugugugugug

 

 

 

10:25 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

25/03/2012

25 MARS 2012 : 5ème DIMANCHE DU CARÊME

(Lectures en Portugais - Homélie en Français)

BENOÎT XVI AU MEXIQUE

Domingo V da Quaresma

 

I LEITURA

 

Leitura da Profecia de Ezequiel

 

Assim fala o Senhor Deus: « Vou abrir os vossos tumulos e deles vos farei ressuscitar, ô meu povo, para vos reconduzir à terra de Israel. Haveis de reconhecer que eu sou o Senhor, quando abrir os vossos tumulos e deles vos fi zer ressuscitar, ô meu povo. Infundirei em vos o meu espirito e revivereis. Hei-de fixar-vos na vossa terra e reconhecereis que Eu, o Senhor, digo e faço ». Palavra do Senhor.

 

Salmo Responsorial

 

Refrao: No Senhor està a misericordia e abundante redençao.

 

Do profundo abismo chamo por Vos, Senhor, Senhor, escutai a minha voz. Estejam os vossos ouvidos atentos à voz da minha suplica.

 

Se tiverdes em conta as nossas faltas, Senhor, quem podera salvar-se? Mas em Vos esta o perdao, para Vos servirmos com reverência.

 

Eu confio no Senhor, a minha alma espera na sua palavra. A minha alma espera pelo Senhor mais do que as sentinelas pela aurora.

 

Porque no Senhor esta a misericordia e com Ele abundante redençao. Ele ha-de libertar Israel de todas as suas faltas.

 

II LEITURA

 

Leitura da Epístola do apóstolo São Paulo aos Romanos

 

Irmaos: Os que vivem segundo a carne nao podem agradar a Deus. Vos nao estais sob o dominio da carne, mas do Espirito, se é que o Espirito de Deus habita em vos. Mas, se alguem nao tem o Espirito de Cristo, nao Lhe pertence. Se Cristo esta em voÅLs, embora o vosso corpo seja mortal por causa do pecado, o espirito permanece vivo por causa da justica. E, se o Espirito d’Aquele que ressuscitou Jesus de entre os mortos habita em vos, Ele, que ressuscitou Cristo Jesus de entre os mortos, também dara vida aos vossos corpos mortais, pelo seu espirito quehabita em vos. Palavra do Senhor.

 

EVANGELHO

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo São João

 

Naquele tempo, as irmas de Lazaro mandaram dizer a Jesus: « Senhor, o teu amigo

esta doente ». Ouvindo isto, Jesus disse: « Essa doenca nao é mortal, mas é para

a gloria de Deus, para que por ela seja glorificado o Filho do homem ». Jesus era

amigo de Marta, de sua irma e de Lazaro. Entretanto, depois de ouvir dizer que ele estava doente, ficou ainda dois dias no local onde Se encontrava. Depois disse aos discipulos: « Vamos de novo para a Judeia ». Ao chegar la, Jesus encontrou oamigo sepultado havia quatro dias. Quando ouviu dizer que Jesus estava a chegar, Marta saiu ao seu encontro, enquanto Maria ficou sentada em casa. Marta disse a Jesus: « Senhor, se tivesses estado aqui, meu irmao nao teria morrido. Mas sei que, mesmo agora, tudo o que pedires a Deus, Deus To concedera ». Disse-lhe Jesus: « Teu irmao ressuscitara ». Marta respondeu: « Eu sei que ha-de ressuscitar na ressurreiçao, do ultimo dia ». Disse-lhe Jesus: « Eu sou a ressurreicao e a vida. Quem acredita em Mim, ainda que tenha morrido, vivera; e todo aquele que vive e acredita em Mim, nunca morrera: Acreditas nisto? » Disse-Lhe Marta: « Acredito, Senhor, que Tu és o Messias, o Filho de Deus, que havia de vir ao mundo ». Jesus comoveu-Se profundamente e perturbou-Se. Depois perguntou: « Onde o pusestes? » Responderam-Lhe: « Vem ver, Senhor ». E Jesus chorou. Diziam entao

os judeus: « Vede como era seu amigo ». Mas alguns deles observaram: « Entao Ele, que abriu os olhos ao cego, nao podia tambem ter feito que este homem nao morresse? » Entretanto, Jesus, intimamente comovido, chegou ao tumulo. Era uma gruta, com uma pedra posta à entrada. Disse Jesus : « Tirai a pedra ». Respondeu Marta, irma do morto: « Ja cheira mal, Senhor, pois morreu ha quatro dias ». Disse Jesus: « Eu nao te disse que, se acreditasses, verias a gloria de Deus? »Tiraram entao a pedra. Jesus, levantando os olhos ao Céu, disse: « Pai, dou-Te graças por Me-teres ouvido. Eu bem sei que sempre Me ouves, mas falei assim por causa da multidao que nos cerca, para acreditarem que Tu Me enviaste ». Dito isto, bradou com voz forte: « Lazaro, sai para fora ». O morto saiu, de maos e pés enfaixados é com ligaduras e o rosto envolvido num sudario. Disse-lhes Jesus: « Desligai-o e deixai-o ir ». Entao muitos judeus, que tinham ido visitar Maria, ao verem o que Jesus fizera, acreditaram n’Ele. Palavra da salvaçao.

 

ORACAO DOS FIÉIS

 

Irmaos: Oremos a Deus, nosso Pai, que fez uma alianca nova com os homens e gravou a sua lei no intimo dos seus coraçoes, e peçamos-Lhe a graca de O conhecer sempre melhor e de sentir que Ele nos perdoa todos os pecados, dizendo com alegria:

 

R. Nos Vos rogamos, Senhor, ouvi-nos.

 

1. Pelos bispos, presbiteros, diaconos e catequistas, para que falem aos homens do amor que Deus lhes tem e da esperanca pascal que o seu Filho trouxe ao mundo, oremos ao Senhor.

 

2. Por todos os povos da terra, para que vivam em paz e se desenvolvam, na justica, no respeito e na compreensao mutua, oremos ao Senhor.

 

3. Por todos aqueles que desejam ver Jesus, para que os cristaos os levem até Ele

pela forma como vivem o Evangelho, oremos ao Senhor.

 

4. Pelos que trabalham e se cansam pelos outros, para que recordem sempre que o grao lancado à terra morrendo, produz fruto abundante, oremos ao Senhor.

 

5. Pelos fiéis da nossa comunidade (paroquial), para que sigam a Cristo e O sirvam, nos mais pobres, nos doentes e nos que sofrem, oremos ao Senhor.

 

OREMOS. Deus nosso Pai, que fizestes uma nova aliança com os homens, escutai aqueles por quem o vosso Filho aceitou cair na terra e morrer e fazei brotar em nossos coraçoes o desejo de seguirmos os seus passos. Por Nosso Senhor.

*********************************************************************************************

Homélie du 5ème dimanche du Carême

 

 

 

Tout au long de ce Carême, nous entendons la Parole de Dieu qui ne cesse de nous appeler à revenir vers lui. Avec la première lecture, nous découvrons qu’il a fait alliance avec son peuple. Mais ce dernier n’a pas respecté le contrat. Il a préféré faire confiance à d’autres divinités ou même à sa propre force. En se détournant de son Dieu, il rejette sa protection ; il court à sa perte. Ce texte est toujours d’actualité. Il nous renvoie à notre vie et à celle de notre monde. La tentation est grande de se tourner vers d’autres dieux qui s’appellent argent, recherche du pouvoir, désir de posséder toujours plus. Mais le prophète continue à nous renvoyer à l’essentiel : le Seigneur mettra sa loi au fond de nous-mêmes. C’est en nous tournant vers lui que nous trouverons le vrai bonheur.

 

 

Or voilà que dans l’évangile de ce dimanche, nous voyons cette promesse en train de se réaliser. Quelques grecs venus à Jérusalem vont trouver Philippe pour lui dire : Nous voudrions voir Jésus. Ce dernier va le dire à André et tous deux vont le dire à Jésus. Ces Grecs, ce sont des étrangers. A travers eux, c’est toute l’humanité qui s’exprime. Elle dit sa soif de l’essentiel. Comme Philippe et André, nous venons à Jésus pour lui présenter tous ces hommes et femmes en quête de vérité. C’est cela qui doit orienter notre prière.

 

 

« Nous voudrions voir Jésus. » Nous voudrions voir celui qui parle comme aucun homme ne l’a jamais fait, celui qui a « les parole de la Vie Eternelle ». Un jour, à Nazareth, il a annoncé qu’il est venu apporter la bonne nouvelle aux petits, aux pauvres et aux exclus. En lisant les évangiles, nous voyons également qu’il fait miséricorde aux pécheurs. Avec lui, le chemin du salut est ouvert à tous. Lui-même nous dit qu’il n’est pas venu pour juger le monde mais pour le sauver. Pour nous comme pour ces grecs, l’important c’est de venir à lui. Il est toujours là pour nous accueillir et nous redire son amour.

 

 

« Nous voudrions voir Jésus. » Cette demande c’est aussi celle de notre monde égaré dans les guerres et les violences de toutes sortes. Nous assistons à des conflits qui n’en finissent pas de durcir les cœurs et de semer l’inimitié. C’est au nom de tous ces hommes, femmes et enfants que nous nous tournons fers le Seigneur. Leur quête d’espérance c’est aussi la nôtre. Nous allons à Jésus pour espérer ce qui semble impossible aujourd’hui. Nous avons besoin de quelqu’un qui nous aide à sortir de la logique de la rancune et de la haine. Lui seul peut nous apprendre à aimer comme lui et à pardonner. Lui seul peut nous délier du mal. Alors oui, cela vaut la peine d’aller à sa rencontre.

 

 

Nous avons pu être déconcertés par la réponse de Jésus à cette demande : « Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. » En réalité, ces paroles rapportent la pleine réponse aux Grecs : ils veulent voir Jésus ; or voilà qu’il leur montre quelqu’un qui donne sa vie par amour, quelqu’un qui veut être le grain pour donner beaucoup de fruit. Et il explique : « quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il accepte d’être élevé sur la croix pour attirer tous les hommes et les élever vers le Père.

 

 

La lettre aux Hébreux nous dit précisément que Jésus ressuscité est l’intermédiaire parfait qui nous mène vers Dieu. La mort de Jésus était une offrande parfaite pour nous entrainer vers lui : « Il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du Salut éternel. » En présentant à Dieu sa prière, Jésus montre que sa souffrance n’est pas subie mais offerte à Dieu pour le salut de tous les hommes. Comme les grecs dont nous parle l’évangile de ce dimanche, nous allons à Jésus car ses paroles sont celles de la Vie Eternelle.

 

 

Nous qui sommes venus dans cette église, nous sommes de ceux qui voudraient voir Jésus. Oui, mais nous ne pouvons pas aller à lui sans les autres. En ce 5ème dimanche du Carême, le CCFD Terre solidaire nous montre les petits, les pauvres, les affamés. Chaque année, nous sommes invités à soutenir les projets des partenaires qui cherchent à sortir leur peuple de la misère. Ils donnent de leur temps et de leur énergie pour construire un monde plus juste et plus solidaire. Ils témoignent ainsi d’un amour plus fort que la haine. « Nous voudrions voir Jésus » ; oui d’accord, mais en nous rappelant qu’il nous renvoie vers les autres. Il nous invite à nous détacher de cette vie pour la donner à Dieu et aux autres. Etre chrétien, c’est suivre Jésus sur le chemin de l’amour et du don de soi.

 

 

En ce jour, nous te prions Seigneur : Fais-nous découvrir le bonheur qu’il y a à donner sa vie pour ceux qu’on aime. Transforme notre cœur et notre esprit pour que triomphe dans nos vies le désir de te suivre jusqu’au bout. Amen

Sources : Revues liturgiques Signes et Feu Nouveau, plaquette du CCFD, La parole de Dieu chaque jour de 2012 (Vincenzo Paglia)

Abbé Jean Compazieu

***********************************************************************************

 

 

15:43 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

24/03/2012

24 MARS 2012 : ARRIVÉE DU PAPE AU MEXIQUE

(Le Pape Benoît XVI est en voyage : pour deux jours au Mexique et deux autres jours à Cuba. Il est arrivé hier au Mexique . Ci-dessous : photo à sa descente d'avion, puis compte-rendu publié par "La Croix")

*****************************************************************************



LE PAPE SALUE LE PRÉSIDENT MEXICAIN

 

Au Mexique, Benoît XVI est accueilli triomphalement

Le début du premier voyage de Benoît XVI dans un pays latino-américain hispanique a été marqué par un accueil très chaleureux à Leon (Mexique).

De notre envoyé spécial

L’accueil réservé au pape, ce vendredi à Leon (Mexique), a été à la hauteur de la réputation du deuxième pays catholique du monde, avec 92 millions de fidèles. Tout au long des 34 km qu’il a parcouru en papamobile entre l’aéroport et la ville, une foule dense, jeune, aux couleurs du Vatican (jaune et blanc), a fait à Benoît XVI un accueil à la fois triomphal et bon enfant. La foule, évaluée à plus d’un demi-million de personnes, est venue à pied, à cheval, en pick-up, accompagnée par de nombreux jeunes prêtres en soutane et des jeunes religieuses en habit. Il faut dire que le diocèse de Leon, à lui seul, compte 2,5 millions de catholiques, 352 prêtres et 92 séminaristes.

Ce fut l’éclatante expression de l’« intuition du cœur » , propre aux peuples latino-américains, que le pape avait évoqué dans l’avion. Appelant à la redécouverte du « noyau évangélique » d’un « christianisme essentialisé » , il a donné l’exemple de cette « intuition du cœur » qui saisit les foules catholiques, aussi bien à Notre-Dame de Guadalupe, au Mexique, que devant la Vierge du Cuivre, à Cuba : « Cette intuition doit se relier à la rationalité de la foi. » Pour Benoît XVI, il faut « lier cœur et raison » de façon à pouvoir proposer une « position raisonnable » , une espérance à tous, « y compris les non croyants » . Rude tâche pour le Mexique, où la forte religiosité populaire s’érode régulièrement : selon le nonce apostolique, Mgr Christophe Pierre, la pratique a chuté de 6,5% de 1990 à 2010.

Pour une Eglise qui rende le service du bien commun

Ce 23e voyage de Benoît XVI hors des frontières italiennes avait commencé plus calmement, sur un ton sérieux. Sur l’aéroport de Rome, il avait d’abord gagné à petits pas, s’aidant d’une canne, la passerelle du Boeing 777 d’Alitalia. Mais c’est, en revanche, souriant et en pleine possession de ses moyens qu’il s’est adressé, deux heures plus tard, au-dessus de Paris en route vers le Mexique, aux 70 journalistes qui l’accompagnent.

Durant un quart d’heure, il a souhaité prendre de l’altitude, au sens propre du terme, par rapport aux questions qui lui ont été posées. Comme à son habitude, il s’est livré à une véritable catéchèse, ne répondant pas directement à deux questions posées, l’une par un journaliste mexicain sur les narcotrafiquants mexicains « qui s’affirment catholiques, voire financent des activités de l’Eglise » , et l’autre sur une pertinence possible, aujourd’hui, de la théologie de la libération. Cette dernière n’a été évoquée qu’en quelques mots, simplement au titre d’une théorie non partagée.

L’indispensable annonce d’un Dieu « accessible et proche » , et d’un « christianisme essentialisé » liant le cœur et la raison, l’éducation des consciences, la continuité avec ses prédécesseurs dans la ligne de Vatican II, ont été au cœur des propos du pape. Pour une Eglise qui puisse rendre le service du bien commun. Un programme qu’il va dérouler au fil de ce voyage, en ne s’adressant pas seulement au Mexique, mais à toute l’Amérique latine, et avec une attention particulière pour l’exception marxiste de Cuba.

Pour Benoît XVI, on ne peut s’en tenir à la dimension individuelle de la foi chrétienne.

Face au drame de l’économie violente de la drogue, qui fait des dizaines de milliers de victimes au Mexique, le pape a évoqué la « grande responsabilité de l’Eglise » , qui doit « faire tout son possible contre le mal » . Et cela à l’aide de deux piliers : « l’annonce de Dieu » et « l’éducation des consciences » . Car « Dieu est le juge du bien et du mal » , et l’Eglise doit « éduquer les consciences contre l’idolâtrie de l’argent, les fausses promesses et les mensonges qui rendent l’homme esclave » . Parce que celui-ci « a besoin d’infini » , « Dieu doit être rendu présent à tous dans sa bonté » .

Sur la question sensible du rôle de l’Eglise dans la promotion de la justice sociale, « l’Eglise doit toujours se demander si elle fait tout ce qu’elle peut » a dit Benoît XVI. Même si elle n’est « ni un pouvoir politique, ni un parti, mais une réalité morale » , l’Eglise « a quelque chose à faire avec la politique » , dans sa dimension morale. D’où ce nouvel appel du pape à « éduquer les consciences » pour « surmonter la schizophrénie » qui, d’après lui, touche beaucoup de catholiques, entre la « dimension individuelle » de la foi et sa « dimension collective » . Pour lui, on ne peut s’en tenir à la dimension individuelle de la foi chrétienne.

Avant d’aborder, dans trois jours, les rivages de Cuba, Benoît XVI a tenu, dans l’avion, à souligner « l’absolue continuité » qui le lie à Jean-Paul II, qui avait appelé, il y a quatorze ans, « Cuba à s’ouvrir au monde et le monde à s’ouvrir à Cuba » . Depuis cette époque, s’est ouvert « un long chemin de dialogue, constructif, qui demande de la patience » . Sur l’« idéal marxiste » , le pape a été clair : « Tel qu’il avait été conçu, il ne correspond plus à la réalité. » Il appelle donc à « aider dans un esprit de dialogue » à « trouver de nouveaux modèles » , en évitant les blessures, pour « aider à créer la fraternité » . Sur la liberté, de conscience comme de religion, le pape a été, là aussi, très clair : « L’Eglise est du côté de la liberté. »

In fine , Benoît XVI a tenu à resituer l’évangélisation en Amérique latine dans le cadre plus large de la nouvelle évangélisation.

« Je suis venu en pèlerin de la paix, de l’espérance et de l’amour. »

Ainsi, les grands traits de ce voyage sont dessinés. Selon son habitude, Benoît XVI ramène la foi, et ses conséquences concrètes, à leur essentiel : Dieu sauve, et son annonce renouvelée doit aider tous les hommes à construire une nouvelle humanité fraternelle, axée sur le bien et la vérité.

Restera, au fil de ces journées mexicaines et cubaines, à apprécier l’accueil de ces deux peuples. Le premier s’avoue perclus de violences liées à l’un des fléaux mondiaux : l’économie de la drogue. Dès son discours d’accueil, à l’aéroport de Leon, devant 3000 jeunes venus accueillir le pape avec enthousiasme, le président Felipe Calderon a été clair. Son peuple « a beaucoup souffert » , de la « violence impitoyable du crime organisé » , mais aussi de la crise. Et ce peuple « persévérant, fier, solidaire » attend du pape « réconfort et solidarité ».

En termes plus mesurés, Benoît XVI a alors donné l’axe de sa présence au Mexique : « Je suis venu en pèlerin de la paix, de l’espérance et de l’amour. » La foi pour que les fidèles puissent « être un levain dans la société en contribuant à une cohabitation respectueuse et pacifique basée sur l’inégalable dignité de toute personne humaine, créée par Dieu, et qu’aucun pouvoir n’a le droit d’oublier ni de déprécier ». L’espérance pour que le baptisé « s’efforce de transformer aussi les structures et les évènements présents désagréables, qui paraissent immuables et insurmontables, en aidant celui qui dans la vie ne trouve ni sens ni avenir ». Et la charité, car l’Eglise « ne prétend pas autre chose que de faire de manière désintéressée et respectueuse le bien à celui qui est dans le besoin, à qui il manque précisément plus que tout une preuve d’amour authentique ».

A Cuba, qui n’en finit pas de sortir d’une illusion régulièrement dénoncée par Benoît XVI, et ses prédécesseurs, une société sans Dieu dont l’homme serait l’unique source et finalité, nul doute que ces premiers mots du pape auront été auscultés avec un grand soin.

Frédéric MOUNIER « La Croix »

&&&&&&&&&&&

11:01 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique