logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/04/2012

22 AVRIL 2012 : 3ème DIMANCHE DE PÂQUES (B)

OSENBACH (Haut-Rhin).Eglise.jpg
ÉGLISE DE OSENBACH (haut-Rhin) - (Quelqu'un s'y retrouvera!)

 

Domingo III de Páscoa

I LEITURA

 

Leitura dos Actos dos Apóstolos

 

Naqueles dias, Pedro disse ao povo: «O Deus de Abraão, de Isaac e de Jacob, o Deus de nossos pais, glorificou o seu Servo Jesus, que vós entregastes e negastes na presença de Pilatos, estando ele resolvido a soltá-l’O. Negastes o Santo e o Justo e pedistes a libertação dum assassino; matastes o autor da vida, mas Deus ressuscitou-O dos mortos, e nós somos testemunhas disso. Agora, irmãos, eu sei que agistes por ignorância, como também os vossos chefes. Foi assim que Deus cumpriu o que de antemão tinha anunciado pela boca de todos os Profetas: que o seu Messias havia de padecer. Portanto, arrependei-vos e convertei-vos, para que os vossos pecados sejam perdoados». Palavra do Senhor.

 

SALMO RESPONSORIAL

 

Refrão: Fazei brilhar sobre nós, Senhor, a luz do vosso rosto.

 

Quando Vos invocar, ouvi-me, ó Deus de justiça. Vós que na tribulação me tendes protegido,

compadecei-Vos de mim e ouvi a minha súplica.

 

Sabei que o Senhor faz maravilhas pelos seus amigos, o Senhor me atende quando O invoco. Muitos dizem: «Quem nos fará felizes?»

 

Fazei brilhar sobre nós, Senhor, a luz da vossa face. Em paz me deito e adormeço tranquilo, porque só Vós, Senhor, me fazeis repousar em segurança.

 

LEITURA II

 

Leitura da Primeira Epístola de São João

 

Meus fi lhos, escrevo-vos isto, para que não pequeis. Mas se alguém pecar, nós temos Jesus Cristo, o Justo, como advogado junto do Pai. Ele é a vítima de propiciação pelos nossos pecados, e não só pelos nossos, mas também pelos do mundo inteiro. E nós sabemos que O conhecemos, se guardamos os seus mandamentos. Aquele que diz conhecê-l’O e não guarda os seus mandamentos é mentiroso e a verdade não está nele. Mas se alguém guardar a sua palavra, nesse o amor de Deus é perfeito.

 

EVANGELHO

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo São Lucas

 

Naquele tempo, os discípulos de Emaús contaram o que tinha acontecido no caminho e como tinham reconhecido Jesus ao partir do pão. Enquanto diziam isto, Jesus apresentou-Se no meio deles e disse-lhes: «A paz esteja convosco». Espantados e cheios de medo, julgavam ver um espírito. Disse-lhes Jesus: «Porque estais perturbados e porque se levantam esses pensamentos nos vossos corações? Vede as minhas mãos e os meus pés: sou Eu mesmo; tocai-Me e vede: um espírito não tem carne nem ossos, como vedes que Eu tenho». Dito isto, mostrou-lhes as mãos e os pés. E como eles, na sua alegria e admiração, não queriam ainda acreditar, perguntou-lhes: «Tendes aí alguma coisa para comer?» Deram- Lhe uma posta de peixe assado, que Ele tomou e começou a comer diante deles. Depois disse-lhes: «Foram estas as palavras que vos dirigi, quando ainda estava convosco: “Tem de se cumprir tudo o que está escrito a meu respeito na Lei de Moisés, nos Profetas e nos Salmos”». Abriu-lhes então o entendimento para compreenderem as Escrituras e disse-lhes: «Assim está escrito que o Messias havia de sofrer e de ressuscitar dos mortos ao terceiro dia, e que havia de ser pregado em seu nome o arrependimento e o perdão dos pecados a todas as nações, começando por Jerusalém. Vós sois as testemunhas de todas estas coisas». Palavra da salvação.

 

ORAÇÃO DOS FIÉIS

 

Irmãos: Cristo ressuscitado está no meio de nós, mas também está como defensor junto do Pai a interceder pelos pecadores do mundo inteiro. Com toda a confiança, peçamos-Lhe na oração universal que os seus fiéis sejam testemunhas do perdão que Ele oferece a cada homem, dizendo com alegria:

 

R. Cristo, ouvi-nos. Cristo, atendei-nos.

 

1. Pelos que encontram Jesus Cristo nas Escrituras, pelos que O reconhecem ao partir do pão

e por aqueles a quem Ele perdoa os pecados, oremos ao Senhor.

 

2. Pelos que trabalham pela paz e pela justiça, pelos que exercem responsabilidades maiores

e pelos povos do mundo inteiro e seus governos, oremos ao Senhor.

 

3. Pelas vítimas das injustiças deste mundo, pelos inocentes perseguidos e condenados e por aqueles de quem Jesus Se fez igual, oremos ao Senhor.

 

4. Pelos que não ousam crer na Ressurreição de Jesus, pelos que por vergonha negam o Santo e o Justo e pelos que agem contra Ele por ignorância, oremos ao Senhor.

 

5. Por todos nós aqui presentes, neste dia, pelos que celebraram connosco a santa Páscoa e pelos que esperam celebrá-la na glória eterna, oremos ao Senhor.

 

OREMOS ; Senhor Jesus Cristo, amigo dos homens, que pela vossa cruz e ressurreição cumpristes o que diziam as Escrituras, fazei de nós testemunhas audazes da Palavra no mundo onde nos enviais a trabalhar. Vós que sois Deus com o Pai na unidade do Espírito Santo.

 

$$$$$$$$$$$$$$$

 

 

 

 

 

 

Homélie du 3ème dimanche de Pâques

 

 

 

L’Evangile de ce jour nous montre comment Jésus s’est manifesté une fois de plus à ses disciples. Il les trouve incrédules, frappés de stupeur et de doutes. Nous avons même entendu qu’ils le prennent pour un fantôme. Nous n’avons pas à les juger. Le même Jésus ne cesse de nous rejoindre tout au long de notre vie. Il connaît toutes les faiblesses de nos vies. Il sait combien nous sommes troublés face au mal qui accable notre monde. Comme les disciples, nous avons peut-être tendance à nous enfermer, à verrouiller nos portes. La tentation est grande de rester entre chrétiens, loin des attaques du monde.

 

Mais le Seigneur nous rejoint dans nos peurs. Comme pour les disciples, ses premières paroles sont un message de paix. Quand l’amertume et l’inquiétude prennent le dessus, il vient nous rassure, nous redonner force et courage. La paix qu’il nous donne vient nous renouveler. Elle nous donne un cœur neuf qui régénère ce qui est vieux. Elle nous redonne vie et espérance à la vie pour toujours. C’est en Jésus que nous trouvons cette paix du cœur. Quelqu’un a dit : « C’est la paix entre le ciel et la terre. » C’est ce don que le Christ continue à nous faire à chaque célébration eucharistique. Et quand le prêtre nous dit à la fin de la messe « Allez dans la paix du Christ », c’est pour nous inviter à le partager.

 

C’est grâce à ce don de la paix que les apôtres ont pu devenir des témoins de la foi. Dans le livre des Actes des Apôtres, nous voyons Pierre proclamant la foi qui est en eux. S’adressant aux gens de son pays, il leur annonce Jésus ressuscité. Ce témoignage nous a été transmis de génération en génération. Il nous appartient de transmettre le flambeau, pas seulement aux croyants mais à tous ceux et celles qui se trouvent sur notre route. Jésus a voulu que la bonne nouvelle soit proclamée au monde entier.

 

La lettre de saint Jean va dans le même sens. La résurrection et l’exaltation de Jésus sont une richesse extraordinaire pour les croyants. Avec lui, nous avons un « avocat », un « défenseur ». Grâce à lui, nous pouvons connaître Dieu, l’approcher et garder ses commandements. En Jésus c’est le monde entier qui est réconcilié et devient proche de Dieu. Voilà une bonne nouvelle de la plus haute importance. Il est urgent de l’annoncer à tous. Il ne nous est pas demandé de faire croire mais de dire et de témoigner par nos actes et toute notre vie.

 

C’est aussi ce message que le pape Benoît XVI nous rappelle. Au mois d’octobre 2011, il a annoncé pour 2012 une année de la foi ; c’est un appel à l’Eglise toute entière : « L’Eglise dans son ensemble et les pasteurs en son sein doivent comme le Christ, se mettre en route, pour conduire les hommes hors du désert, vers le lieu de la vie, vers l’amitié avec le Fils de Dieu, vers celui qui nous donne la vie en plénitude. » Le pape souhaite que tous les croyants puissent « franchir le seuil de la foi », « se rendre au puits » et « se nourrir. Il est absolument essentiel que « personne ne devienne paresseux dans la foi ».

 

Pourquoi une telle année ? « Pour que le témoignage des croyants grandisse en crédibilité. » Le gros problème c’est l’ignorance religieuse de beaucoup. Il est absolument essentiel d’approfondir la connaissance des contenus de la foi pour pouvoir mieux la transmettre. C’est un appel à l’approfondissement et à la réflexion. Nous vivons dans une société qui connaît toutes sortes de bouleversements. Ce qui paraissait solide finit par s’ébranler. Ce n’est pas pour autant qu’il faut tout abandonner.

 

Bien au contraire : c’est le moment de mettre en place des lieux de partage de la foi. C’est aussi pour chacun de nous une invitation à les rejoindre. Il s’agit pour tous et chacun, d’aller vers une source et d’y puiser. C’est un peu exigent car cela oblige à quitter pour un moment sa maison et sa famille. Mais c’est le Seigneur qui nous appelle. Il a une bonne nouvelle pour nous. Nous prendrons le temps de la laisser résonner en nous. Puis nous serons invités à nous remettre en route pour l’annoncer aux autres.

 

Lire les Ecritures, prier les psaumes, prendre le temps d’approfondir sa foi, c’est entrer dans le plan de Dieu, c’est se préparer à recevoir le Christ ; c’est comprendre en profondeur. C’est pour cela que dans toutes les familles chrétiennes, il devrait y avoir au moins un Nouveau Testament, Prions en Eglise ou Magnificat; il est important que chacun puisse se nourrir de la Parole de Dieu. Si nous ne le faisons pas, c’est le doute qui finira par s’installer en nous.

 

Ce temps de Pâques, c’est celui du renouveau de nos vies et de nos communautés chrétiennes. Chaque dimanche est un jour de fête et de joie. Comme il l’a fait pour ses apôtres, Jésus rejoint les communautés rassemblées en son nom. C’est important pour nous ; nous vivons dans un monde qui perd ses repères, qui est capable du meilleur et du pire et qui cherche désespérément la bonne direction à prendre. C’est dans ce monde-là que nous sommes envoyés pour être les témoins de l’amour et de la joie de Dieu.

 

En ce jour, nous te prions, Seigneur : ouvre nos cœurs à l’intelligence des Ecritures. Fais de nous des témoins et des messagers de l’amour qui est en toi. Amen.

 

Jean COMPAZIEU

http://dimancheprochain.org

 

 

$$$$$$$$$$$$$$

09:40 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

15/04/2012

15 AVRIL 2012 : DIMANCHE DE LA DIVINE MISÉRICORDE

 

Capture d’écran 2012-04-15 à 09.46.30.png

Domingo da Divina Misericórdia

Maria Fernanda BARROCA (Voz de Tras-os-Montes, 3225)

 

Antigamente o domingo a seguir ao domingo de Páscoa era conhecido por «domingo da Pascoela» ou «domingo in albis».

Esta última designação referia-se ao costume dos batizados na Vigília Pascal, andarem, durante uma semana, vestidos com uma túnica branca, símbolo da graça santifi cante que receberam com o Batismo.

Agora, ainda perdura na cerimónia batismal o uso de uma toalha branca que se conserva com devoção em muitas famílias, para quem o Batismo não é um ato «social», mas sim um Sacramento.

Em maio de 2000, o Papa João Paulo II, instituiu a Festa da Divina Misericórdia para toda a Igreja, decretando que a partir de então o II domingo da Páscoa se passasse a chamar Domingo da Divina Misericórdia.

Qual é a proveniência desta devoção? É uma devoção religiosa católica de origem polaca e a sua divulgação deve-se a Santa Faustina Kowalska, considerada uma das grandes místicas da Igreja Católica.

Maria Faustina Kowalska nasceu em Lódz, a 25 de agosto de 1905 e morreu em Cracóvia a 5 de outubro de 1938. O seu nome de batismo era Elena; foi criada com muita austeridade, mas com boa formação religiosa e pouca frequência escolar.

A partir do momento que aos 9 anos recebeu a Primeira Comunhão, começou a sentir que Deus a chamava e entregou-se a uma grande e sincera devoção eucarística. Apesar disso aos 18 anos participou numa festa mundana em enquanto dançava teve uma visão de Jesus, coberto de feridas e com as vestes rasgadas, ao mesmo tempo que lhe dizia: «Há tanto tempo que te espero e tu sempre me pões de lado». Parou de dançar, simulou uma indisposição e saiu, para entrar na Igreja de São Stanislau Kostka.

Aí a rezar ouviu estas palavras: «Vai a Varsóvia e lá entrarás no convento». Assim aconteceu e foi bater à porta do Convento das Irmãs de Nossa Senhora da Misericórdia; a Madre Geral depois de a interrogar, mandou-a ir à Capela perguntar ao Senhor se a aceitava. Assim fez e ouviu: «Eu aceito-te; tu estás no meu Coração».

Na sua biografia conta-se que o Senhor lhe lembrava com frequência o Seu desejo de que se estabelecesse a Festa da Divina Misericórdia. Ela fez uma novena e a 23 de março de 1937, terça-feira da Semana Santa e 7º dia da novena, Faustina teve uma visão: Viu-se no meio de uma cerimónia em Roma junto do Papa e com muito clero à volta. A seguir viu o altar do Convento e a imagem do Senhor da Divina Misericórdia com os braços abertos lançando raios por todo o mundo. Conta ela: “fiquei muito feliz e vi que Jesus se inclinava para mim e me perguntava: O que desejas minha filha? Eu respondi: «desejo que toda a adoração e glória sejam dadas à Tua Misericórdia». E Jesus respondeu-me: Eu já recebo adoração e glória pela Congregação e celebração da Festa”.

Durante algum tempo, quando estas visões e a figura da Irmã Faustina começaram a ser divulgadas, muitos católicos ficaram de pé atrás, com medo de qualquer fraude, mas quando em 1997 o Papa João Paulo II fez uma peregrinação ao túmulo da Irmã Faustina na Polónia e lhe chamou “Grande apóstola da Misericórdia nos nossos dias”, já não havia razão para duvidar e a devoção à Divina Misericórdia foi-se espalhando, bem como à sua mensageira. O Papa disse mais: “A mensagem da Divina Misericórdia sempre tem estado perto de mim como algo muito querido…, em certo sentido forma uma imagem do meu Pontificado”.

Em 18 de abril de 1993, foi beatificada e em 2000 foi canonizada por João Paulo II a 30 abril, sendo a primeira canonização do ano jubilar. Há quem lhe chame ‘coincidência’ (eu não), mas de facto o Papa João Paulo II, faleceu às 21 horas e 37 minutos (menos uma em Portugal) do dia 2 de abril de 2005 – véspera do domingo da Divina Misericórdia desse ano.

 

 

Capture d’écran 2012-04-15 à 09.46.09.png

 

Ignorant l’art de la peinture, sœur Faustine ne peut reproduire elle-même ce qu’elle a vu. Ce n’est qu’en 1934, à Wilno (aujourd’hui Vilnius en Lituanie), après avoir consulté son nouveau directeur spirituel, l’abbé Michel Sopocko, qu’elle confie au peintre Eugène Kazimirowski de réaliser selon ses indications, dans le secret, le premier tableau original de la Miséricorde divine. Peu après, Jésus lui ordonne que l’icône ainsi réalisée soit exposée à la vénération des fidèles le dimanche de Quasimodo, le premier dimanche après la fête de Pâques. Il demande également de célébrer ce jour-là la Fête de la Miséricorde divine. Très rapidement, sœur Faustine est atteinte de la tuberculose. Malade, affaiblie, elle demeure sereine, souriante et joyeuse. Unie à Jésus, elle fait offrande de sa vie, dans la souffrance, pour sauver les âmes du péché. Elle meurt à Cracovie le 5 octobre 1938, âgée à peine de trente-trois ans. Seuls ses supérieurs et ses confesseurs successifs sont alors au courant de sa mission. Son procès de béatification est ouvert à Cracovie, dans son diocèse, en 1965, puis à Rome en 1968 et clos en 1992. Le pape Jean-Paul II la proclame sainte le 30 avril 2000 à Rome. Ses reliques reposent au sanctuaire de la Miséricorde divine de Lagiewniki, dans la banlieue de Cracovie, dans la chapelle du couvent de la congrégation des sœurs de la Vierge de la Miséricorde, où se trouve le tableau de Jésus miséricordieux. Chaque année, particulièrement le dimanche de la Miséricorde, des millions de personnes viennent en pèlerinage à Lagiewniki, où s’élève maintenant une immense basilique consacrée en 2002 par Jean-Paul II. Le rayonnement de l’initiatrice du culte de la Miséricorde ne cesse désormais de croître. Le « Petit Journal » de sœur Faustine, recueilli par ses confesseurs, est publié et traduit dans de nombreuses langues. Cet ouvrage expose d’une manière extraordinaire le mystère de la Miséricorde divine. Sœur Faustine est à l’origine d’une école nouvelle de spiritualité, fondée sur l’expérience profonde du mystère de la miséricorde de Dieu dont découle une attitude de confiance en Dieu et de miséricorde envers les autres. Elle est ainsi à l’origine de nouvelles formes du culte de la Miséricorde divine : la dévotion au tableau du Christ avec l’inscription « Jésus, j’ai confiance en toi », l’institution de la Fête de la Miséricorde divine, le chapelet à la Miséricorde divine et la prière à l’heure de l’agonie du Christ sur laCroix.

 

****************************************************************************************************

;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

09:44 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

09/04/2012

9 AVRIL 2012 : LUNDI DE PÂQUES

« Un ressuscité vraiment déconcertant »

 

 

Le RESSUSCITÉ.jpg

Nous voici parvenus à la fin de ce temps de carême, temps de grâce que l’Église nous a proposé.

Est-ce un grand Ouf que nous poussons en disant : « J’m’en suis pas mal tiré. J’ai respecté ce que je m’étais dit » et, laissant là ce temps, repartir dans le monde, reprendre notre vie « normale »… Or, qui dit fin, dit toujours nouveau départ.

Qu’en est-il donc de ce nouvel aujourd’hui ? Un regard neuf, rendu acéré par le renouvellement de notre intelligence, nous découvre des horizons nouveaux qu’il nous faut atteindre.

Le renouvellement de l’intelligence sur notre manière de voir le Christ est en réalité une libération de nos vues à court terme, nos vues parcellaires, pour embrasser l’universel.

Apprécions-nous maintenant les aspects déconcertants de notre Dieu qui sont autant de portes ouvertes dans les murs de nos enfermements ? Sommes-nous convaincus du bienfait de ses exigences ? Avons-nous expérimenté la suavité des fruits qu’ils nous tend ? La Parole de Dieu a-t-elle, à travers nos lectures et méditations, retrouvé sa saveur et fait naître en nous le désir de l’approfondir et de s’en nourrir ?

 

Si oui, alors nous sommes prêts maintenant à vivre la tête dans le Ciel et les pieds sur la terre. Non plus l’un ou l’autre, mais les deux en même temps, ce qui est la prouesse que le chrétien réalise : plongé dans ce monde en n’étant plus de ce monde (Jean 17, 16).

 

En ce saint dimanche de Pâques, nous affirmons que Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Pourquoi rajouter un « vraiment » ? Parce que le doute frappe encore à la porte. Il a frappé à la porte de Thomas et des apôtres, pourquoi ne frapperait-il pas à la nôtre ?

Croyons-nous que Jésus est ressuscité ? Même si la réponse se fait dans l’intimité de notre cœur, notre bouche doit être capable de le proclamer. Personnellement, je ne crois pas qu’il est ressuscité. Je sais qu’il l’est car je l’ai rencontré ! C’est peut-être cela que signifie : « vraiment ressuscité ».

 

Afin qu’ensemble nous continuions avec joie et émerveillement de nous laisser dérouter par Dieu, en ce jour de résurrection, voici encore une manière d’être du Christ qui est déroutante et qui nous oblige à renouveler notre intelligence :

 

Jésus se tint au milieu d’eux. Et il leur dit « Paix à vous ». Stupéfaits et saisis de crainte, il leur semblait contempler un esprit. Et il leur dit : « De quoi êtes-vous troublés ? Et pourquoi des incertitudes s’élèvent-elles en vos cœurs ? Voyez mes mains et mes pieds : oui, c’est bien moi. Touchez-moi ; et rendez-vous compte qu’un esprit n’a ni chair ni os comme vous constatez que j’en ai ». Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Comme ils étaient encore incrédules à force de joie et dans l’étonnement, il leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Et ils lui donnèrent un peu de poisson grillé ; et il le prit et mangea en leur présence… Et il les emmena jusque vers Béthanie.

(Luc 24, 36-43.50)

 

Ce n’est pas un Christ désincarné, un ectoplasme pour spirite averti, un esprit ou un fantôme sorti du tombeau, c’est bien un être vivant, avec un corps qui est présent au milieu d’eux… un corps de gloire, certes, mais vraiment un corps vraiment ressuscité.

 

Pensez-vous, que ce soit une activité digne du ressuscité (tel qu’on se l’imagine), de préparer à manger à ses apôtres, et de les inviter à déjeuner(verset 12) ? Pourtant c’est ce qu’il fait sur la plage.

 

Lorsqu’ils furent descendus à terre, [ayant quitté leur barque] ils aperçoivent sur le sol un feu de braise sur lequel il y avait du poisson et du pain… Jésus s’approche, et prend le pain et le leur donne ; et le poisson, de même… Lors donc qu’ils eurent déjeuné…

(Jean 21, 9… 15)

 

Méfions-nous des lectures trop symboliques qui viennent au secours de notre manque de foi. Même si les Pères de l’Église y ont vu de multiples sens, le Christ est bien là sur la plage entrain de faire griller du poisson pour ses apôtres !

Franchement, trouvez-vous que c’est un job de ressuscité ? Notez d’ailleurs que peu ou pas de peintre n’ont saisi ce sujet… tant il est déconcertant, inattendu.

 

Combien de repas Jésus ressuscité a-t-il pris avec ses apôtres ? Les Évangiles ne nous le disent pas. Qu’importe, qu’il en ai pris un ou dix… Un est déjà déconcertant. C’est ce que nous relatent aussi les Actes des Apôtres (1, 4 et 10, 41) : Au cours d’un repas qu’il partageait avec eux ou encore À nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts…

Notons bien, ce n’est pas au cours du repas, mais d’un repas… ce qui laisse supposer qu’il y en a eu plusieurs. A-t-on besoin de supposer d’ailleurs ? Un repas, c’est déjà trop pour nos intelligences qui pensent à un ressuscité de type ascensionnel, lumineux, extatique, — ce qu’il est aussi !

 

Déconcertant ressuscité qui nous dit qu’il va nous préparer une place et qu’il sera avec nous tous les jours jusqu’à la fin du monde…

Le croyons-nous vraiment ?

 

 

En cette septième étape :

 

  • Croyons-nous qu’Il est vraiment ressuscité ? Si nous avons une difficulté à croire, demandons à Jésus, en cette fin de carême de faire grandir en nous la foi.
  • Attachons-nous à lire la Parole de Dieu et à la méditer chaque jour.
  • Pourquoi ne pas continuer le rythme de prière mis en place durant le carême ?

 

 

 

TEXTE DE RÉFLEXION

qui nous emmène déjà vers la Pentecôte

 

 

Dans le doute

 

Lorsque Jésus se rendit présent devant les disciples, il réussit à les convaincre moins en leur montrant son corps qu’en leur insufflant le don qu’il leur faisait.

Comme vous le savez, quand il vint à eux, portes closes, et se tint debout au milieu d’eux, ils furent troublés et effrayés, croyant voir un esprit (Jn 20,26 ; Lc 24, 36-37) ; mais il souffla sur eux et leur dit : Recevez le Saint-Esprit (Jn 20, 22). Puis il leur envoya du ciel le même Esprit, mais par l’effet d’un nouveau don. Ce sont ces dons qui furent pour eux les témoignages et les preuves indubitables de sa résurrection et de son retour à la vie.

C’est l’Esprit en effet qui témoigne, d’abord dans le cœur des saints, puis par leur bouche, que le Christ est la vérité (1 Jn 5, 6), la vraie résurrection et la vie. C’est pourquoi les Apôtres, qui étaient d’abord restés dans le doute même après avoir vu son corps vivant, rendirent témoignage avec une grande force à sa résurrection (Ac 4, 33), lorsqu’ils eurent goûté l’Esprit vivifiant. Il est donc bien plus avantageux de concevoir Jésus dans son cœur que de le voir de ses yeux ou de l’entendre parler.

 

Bx Guerric d’Igny

 

Le bienheureux Guerric (†1157), cistercien, qui fut abbé d’Igny, était le disciple de saint Bernard.

© Magnificat, avril 2012

 

 

 

 

La pensée de la semaine :

 

« Si le Christ n’est pas ressuscité vaine est notre foi…

Nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. »

(Saint Paul aux Corinthiens 1-15, 17.19)

(Source : Monastère Invisible)

 

***********************************************************************************************************

 

 

10:18 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

08/04/2012

8 AVRIL 2012 : PÂQUES

 

RÉSURRECTION.jpg

PAR SA MORT, IL A VAINCU LA MORT : CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLÉLUIA!

 

Domingo de Páscoa

 

I LEITURA

 

Leitura dos Actos dos Apóstolos

 

Naqueles dias, Pedro tomou a palavra e disse: «Vós sabeis o que aconteceu em toda a Judeia, a começar pela Galileia, depois do baptismo que João pregou: Deus ungiu com a força do Espírito Santo a Jesus de Nazaré, que passou fazendo o bem e curando a todos os que eram oprimidos pelo Demónio, porque Deus estava com Ele. Nós somos testemunhas de tudo o que Ele fez no país dos judeus e em Jerusalém; e eles mataram-n’O, suspendendo-O na cruz. Deus,

ressuscitou-O ao terceiro dia e permitiu-Lhe manifestar-Se, não a todo o povo, mas às testemunhas de antemão designadas por Deus, a nós que comemos e bebemos com Ele, depois de ter ressuscitado dos mortos. Jesus mandou-nos pregar ao povo e testemunhar que Ele foi constituído por Deus juiz dos vivos e dos mortos. É d’Ele que todos os profetas dão o seguinte testemunho: quem acredita n’Ele recebe pelo seu nome a remissão dos pecados». Palavra do Senhor.

 

SALMO RESPONSORIAL

 

Refrão: Aleluia.

 

Dai graças ao Senhor, porque Ele é bom, porque é eterna a sua misericórdia. Diga a casa de Israel: é eterna a Sua misericórdia.

 

A mão do Senhor fez prodígios, a mão do Senhor foi magnífica. Não morrerei, mas hei-de viver, para anunciar as obras do Senhor.

 

A pedra que os construtores rejeitaram tornou-se pedra angular. Tudo isto veio do Senhor: e é admirável aos nossos olhos.

 

II LEITURA

 

Leitura da Epístola do apóstolo São Paulo aos Colossenses

 

Irmãos: Se ressuscitastes com Cristo, aspirai às coisas do alto, onde Cristo Se encontra, sentado à direita de Deus. Afeiçoai-vos às coisas do alto e não às da terra. Porque vós morrestes e a vossa vida está escondida com Cristo em Deus. Quando Cristo, que é a vossa vida, Se manifestar, então também vós vos haveis de manifestar com Ele na glória. Palavra do Senhor.

 

SEQUÊNCIA PASCAL

 

À Vítima pascal

Ofereçam os cristãos

sacrifícios de louvor

O Cordeiro resgatou as ovelhas:

Cristo, o Inocente,

reconciliou com o Pai os pecadores.

A morte e a vida

travaram um admirável combate:

depois de morto,

vive e reina o Autor da vida.

Diz-nos, Maria:

Que viste no caminho?

 

EVANGELHO

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo S. João

 

No primeiro dia da semana, Maria Madalena foi de manhãzinha, ainda escuro, ao sepulcro e viu a pedra retirada do sepulcro. Correu então e foi ter com Simão Pedro e com o outro discípulo que Jesus amava e disse-lhes: «Levaram o Senhor do sepulcro e não sabemos onde O puseram». Pedro partiu com o outro discípulo e foram ambos ao sepulcro. Corriam os dois juntos, mas o outro discípulo antecipou-se, correndo mais depressa do que Pedro, e chegou primeiro ao sepulcro. Debruçando-se, viu as ligaduras no chão, mas não entrou. Entretanto, chegou também Simão Pedro, que o seguira. Entrou no sepulcro e viu as ligaduras no chão e o sudário que tinha estado sobre a cabeça de Jesus, não com as ligaduras, mas enrolado à parte. Entrou também o outro discípulo que chegara primeiro ao sepulcro: viu e acreditou. Na verdade, ainda não tinham entendido a Escritura, segundo a qual Jesus devia ressuscitar dos mortos. Palavra da Salvação.

 

ORAÇÃO DOS FIÉIS

 

Irmãos caríssimos: Neste dia santíssimo, em que os cristãos dizem uns aos outros, “Cristo ressuscitou, aleluia”, peçamos ao Salvador que o seu Espírito nos dê a força de testemunhar a fé dos Apóstolos e de toda a Igreja, dizendo com alegria:

 

R. Cristo ressuscitado, ouvi-nos.

 

1. Para que o Senhor ressuscitado, que apareceu aos seus discípulos, faça da Igreja testemunha da esperança, oremos, irmãos.

 

2. Para que o Senhor ressuscitado, que inaugurou na terra um novo reino, faça progredir a justiça entre as nações, oremos, irmãos.

 

3. Para que o Senhor Jesus Cristo, homem novo, renove em cada um dos seus discípulos o gosto de procurar os bens do alto, oremos, irmãos.

 

4. Para que o Senhor Jesus, Filho de Deus vivo, que pela sua Ressurreição venceu a morte, dê a paz e a vida eterna aos moribundos, oremos, irmãos.

 

5. Para que o Senhor Jesus Cristo, Cordeiro imolado, que está à direita do Pai a interceder por nós, nos dê a graça da sua Ressurreição, oremos, irmãos.

 

OREMOS. Senhor Jesus Cristo, nossa vida, nossa esperança e nossa paz, que nos escolhestes e nos chamastes da escravidão à liberdade dos filhos de Deus, fazei-nos anunciar, com alegria, a Boa Nova proclamada nesta Pascoa. Por Nosso Senhor…

 

 

======================

 

PÂQUES 2012 - HOMÉLIE

 

Depuis cette nuit, depuis la Vigile Pascale, retentit un peu partout, dans les églises, les chapelles et les cœurs chrétiens, un même cri : « ALLÉLUIA! » C’est un mot hébreu qui signifie : « LOUANGE À DIEU ! »… Ce cri, l’Eglise l’a adopté depuis les origines pour exprimer sa joie pascale… Pour être complet, il faudrait dire, comme nos frères orthodoxes : « Christ est ressuscité : alléluia ! ».

Après les sombres heures de Gethsémani, de toute la passion et de la mort de Jésus en Croix, éclate enfin la joie typiquement chrétienne : oui, au matin de Pâques, Christ est vraiment ressuscité… Et cette résurrection nous remplit de joie, non seulement parce qu’elle signifie le triomphe Jésus sur la mort, mais tout autant parce qu’elle nous concerne personnellement. Jésus est, comme le dit St Paul , « le premier-né d’entre les morts » : à sa suite, la multitude des êtres humains du passé, du présent et du futur, est promise, elle aussi, à « la résurrection de la chair » comme dit le Credo. Et plus qu’une promesse, c’est déjà une réalité : toujours selon St Paul, par le baptême, nous avons été mis au tombeau avec le Christ et avec lui nous sommes déjà ressuscités : c’est fait ! Cela ne se voit pas encore, cela dépasse nos sens et nos intelligences, mais la résurrection est déjà là : un peu comme un atome imperceptible contient en lui une énergie incommensurable. Oui, nous sommes des ressuscités : c’est la merveille que fait pour nous le Seigneur de l’Univers, alléluia !

Bien sûr les textes de la messe ne parlent que de cet événement fondateur… Et pourtant, vous l’avez peut-être noté, aucun d’eux ne nous fait voir Jésus ressuscité : il ne manque pourtant pas de récits d’apparitions : nous en lirons tout au long de la semaine… Mais aujourd’hui, l’Eglise veut s’adresser à notre foi : car, dans ce monde terrestre, nul ne voit le Ressuscité, à part de très rares mystiques, que Jésus veut favoriser en se montrant à eux ! On croit en Jésus ressuscité, mais on ne peut ni le voir ni le toucher. C’est pourquoi le mot central de nos deux Lectures est le verbe « croire », qui vient, et c’est notable, au terme de chacun des deux textes.

Prenons d’abord l’Evangile. Trois personnages y interviennent : Marie-Madeleine, Pierre et « le disciple que Jésus aimait », sans doute St Jean : aucun de ces 3 ne voit Jésus. Marie-Madeleine, elle, ne voit qu’une chose : le tombeau est vide, d’où elle déduit qu’on a « enlevé le corps du seigneur ! »… Pierre et Jean, avertis par elle, voient aussi que le tombeau est vide. Mais ils réagissent différemment : Pierre remarque le linceul qui est « resté là » : il n’en conclut rien. Jean, qui entre ensuite dans la grotte/tombeau, voit aussi le linceul, et, en plus, le linge qui avait couvert la tête de Jésus, roulé soigneusement à l’écart. Tandis que Pierre reste perplexe, Jean a une toute autre réaction : « il vit et il CRUT », dit le texte. Qu’a-t-il vu ? des linges, rien de plus : en soi, cela ne prouve rien ! Et pourtant, « il crut » : pour lui, le disciple aimé (et aimant, n’en doutons pas), ces linges restés sur place et portant peut-être encore la trace du corps qu’ils avaient enveloppé sont le signe, le déclic qui provoque sa foi : il « crut » que Jésus, bien qu’absent, était ressuscité, comme il l’avait annoncé ! Cette foi de Jean est évidemment l’image de la nôtre, du moins de ce que devrait être la nôtre !--- Et puis, il y a la 1ère Lecture, tirée du livre des Actes des Apôtres. Il s’agit d’un fragment du discours adressé par Pierre, bien plus tard, aux personnes qui se trouvent dans la maison d’un centurion de l’armée romaine, à Césarée. Pierre résume brièvement la vie publique de Jésus, qui a « passé en faisant le bien » et qui pourtant, a été crucifié. Mis, dit-il, ce Jésus, « Dieu l’a ressuscité… Nous avons mangé et bu avec lui après sa résurrection. Et il nous a chargé d’une mission… celle de proclamer dans le monde entier que quiconque CROIT en Lui reçoit le pardon de ses péchés. Il est le Juge des vivants et des morts ». Certes, il est question de visions authentiques… celles dont les Apôtres ont bénéficié. Mais les auditeurs de Pierre, eux, ne voient pas : ils sont invités à croire, ce qui est bien différent !

Vous l’avez compris, en ce jour de Pâques, nous sommes, nous aussi, invités à CROIRE sans voir ! « Bienheureux ceux qui croient sans avoir vu ! » lirons-nous dans un autre texte… Alors, croyons-nous ? Croyons-nous vraiment ?

Père Gabriel JEUGE, « Nazareth » - 45000 ORLÉANS

 


 

===============

09:52 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

07/04/2012

7 AVRIL 2012 : APRÈS LE CHEMIN DE CROIX DU COLISÉE

Jésus crucifié.jpg

 

Entretien avec les auteurs du chemin de croix du colisée

 

 

ROME, vendredi 6 avril 2012 (ZENIT.org) – Les stations du Chemin de Croix du Christ « parlent de moments véritables, bien réels dans les familles » expliquent Danilo et Annamaria Zanzucchi.

 

C’est à ce couple italien que le Saint-Siège a confié la charge de rédiger les textes des méditations qui, cette année, illustrent les stations du traditionnel Chemin de Croix du Colisée.

 

Les époux Zanzucchi, originaires de Parme, ont cinq enfants. Ils ont été consulteurs du Conseil pontifical pour la famille, et ont fondé le mouvement « Familles Nouvelles » au sein du Mouvement des Focolari. Ils confient aux lecteurs de Zenit ce qu’a signifié pour eux la préparation de ces méditations, ancrées dans leur longue expérience.

 

Zenit - Danilo et Annamaria, comment avez-vous accueilli demande du Saint-Père ?

 

Danilo et Annamaria Zanzucchi – Nous avons appris que nous avions été choisis par le pape Benoît XVI pour rédiger les méditations du Vendredi Saint avec étonnement, émotion et, pour ne pas vous le cacher, avec crainte et appréhension.

 

Mais aussi avec une très grande joie : il nous semble que le fait que le pape ait appelé une famille à exposer la pensée de l’Eglise pour les textes du Chemin de Croix met en évidence que la famille, au sein même de l’Eglise, n’est pas seulement objet d’évangélisation mais aussi une véritable « voie » proposée par celle-ci pour vivre et porter l’évangile, la réalisation de ce que Jean-Paul II a écrit dans la Lettre aux familles en 1984

 

En effet, la famille est au cœur de vos méditations. Comment avez-vous fait pour l’insérer dans le Chemin de Croix ?

 

Danilo – Nous avons cherché à voir la correspondance qui existe entre le Chemin de Croix et la vie de famille. Dans notre vie de couple, mais aussi dans l’expérience du mouvement Familles Nouvelles, nous avons eu l’occasion de connaître et, d’une certaine manière, de participer aux souffrances de nombreuses familles et de voir comment, dans chacune de ces épreuves, il y a un reflet du Chemin de Croix de la famille.

 

La douleur d’une famille est toujours un mystère en effet, parce qu’elle atteint la personne, et même les deux époux ensemble ou leurs enfants, quand il y en a. C’est une douleur communautaire qui a aussi des répercussions dans la société.

 

Annamaria – La conviction que nous nous sommes forgée, petit à petit, c’est donc que le Chemin de Croix est très lié à la vie humaine et à celle de la famille, en particulier dans les moments douloureux que traverse celle-ci.

 

Par exemple, la station du Cyrénéen : se pencher sur la douleur d’un parent, faire tout son possible pour la soulager… Ou bien la rencontre de Jésus avec sa Mère, la coparticipation… Ce sont des épisodes qui parlent de moments véritables, bien réels dans les familles.

 

Le Chemin de Croix est une réalité vivante. En approfondissant cette tradition de l’Eglise, nous l’avons accueillie comme une réalité qui, nous fait goûter non seulement la vie de Jésus mais, en lui, la vie humaine dans tant de ses passages, dans toutes ses douleurs.

 

Qu’est-ce que le mouvement des « Familles Nouvelles », et quelle est son action ?

 

Familles Nouvelles est une branche du mouvement des Focolari, fondé par Chiara Lubich en 1967. C’est un mouvement de familles au service de la famille, pour en développer les potentialités dans un contexte comme celui d’aujourd’hui qui semble méconnaître son rôle.

 

Ce sont des familles qui ont découvert, dans l’amour évangélique, la source et l’inspiration pour un engagement nouveau et plus fort dans la vie de couple, dans l’éducation des enfants, dans un dialogue constructif avec d’autres familles, suivant des lignes-guides dans la spiritualité de l’unité.

 

Avec des initiatives familiales et communautaires dans les cinq continents, le mouvement propose des parcours de formation pour les couples et les personnes en fonction des différentes phases et des âges de la vie familiale et, à travers l’association AFN (Action pour les Familles Nouvelles), il soutient 102 projets de coopération au développement dans 54 pays, dans lesquels ils sont progressivement insérés jusqu’à leur autonomie, ainsi que 18.000 enfants et leurs familles.

 

Quels sont les questions les plus urgentes pour la famille aujourd’hui ?

 

Nous pourrions en citer au moins deux : avant tout, la présence de pressions idéologiques qui, en voulant placer toute forme de vie en commun sur le même plan que la famille, risquent de vider la famille naturelle de sa signification profonde et de ses devoirs spécifiques.

 

Le second est le peu d’attention que portent à la famille les organes politiques et législatifs, en ces temps de difficultés économiques et sociales. En ce sens, l’importance accordée par le pape à la famille, à travers la charge qu’il nous a confiée, est un signe notable de la valeur que lui reconnaît l’Eglise.

 

Peut-on dire qu’il y a une espérance pour les familles, et notamment pour les familles nombreuses ?

 

Nous sommes convaincus que le manque de reconnaissance et d’attention à l’égard de la famille est une phase de transition. On perçoit déjà les effets négatifs du niveau des naissances quasiment réduit à zéro. C’est pourquoi nous croyons qu’émergera bientôt une nouvelle conscience de la valeur de la procréation, y compris pour le bien commun. Nous verrons donc venir un nouveau soutien pour ces familles qui se disposent généreusement à donner un avenir à notre société.

 

Dans cette phase de « transition » , comment soutenir le désir de maternité et de paternité chez les couples plus jeunes ?

 

En témoignant et en faisant prendre conscience de la joie que donnent la maternité et la paternité. Comme membres de Familles Nouvelles, nous voyons beaucoup de jeunes couples qui sont d’abord surpris mais qui, ensuite, veulent vivre eux-mêmes ce don. C’est pour cela que nous organisons des sessions de formation pour les jeunes couples désireux de se confronter et de s’aider mutuellement dans l’expérience éducative qu’ils ont avec leurs enfants.

 

Comment la foi peut-elle aider à fortifier le mariage face aux attaques et aux critiques ?

 

Comme familles, en particulier, c’est de notre foi que nous tirons la motivation pour nous associer et agir. C’est pourquoi, depuis 1992, nous contribuons à l’action du Forum des associations familiales présentes en Italie, en Espagne et dans d’autres nations européennes. Mais ce qui est important surtout, c’est l’action que nous cherchons aussi à mener auprès des institutions locales, afin que la famille soit reconnue et aidée à remplir sa fonction de « cellule sociale de base ». Elle est le lieu qui fournit à la société ses ressources humaines et qui, à travers le témoignage de la gratuité sur laquelle se fondent les rapports familiaux, constitue aussi un modèle de vie pour la société tout entière.

 

**********************************************************************************************************

 

 

11:53 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique