logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/08/2011

25 AOÛT : "LE SILENCE" , poème

 

 

Marie Olivier ZIGLIOLI, (poème d’une poétesse portugaise, puisé dans le site « Portugal cher à mon cœur »

 

LE SILENCE...

 

Le silence se perd dans l`immensité de ton absence...

 

Ton absence est silence...

Le temps n`est plus le temps mais

solitude d`une présence.

 

J`ai perdu ce temps à te chercher au-delà de la raison...

Maintenant je comprends que tu n`es pas parti,

tu es juste absence de présence.

 

Tu fais partie de moi comme je fais partie d`un tout...

Ton silence est mon silence,

notre silence celui de tous.

 

Je regrette en silence

le temps passé

mais ce regret reste seul

dans la solitude du présent.

 

Le présent est l`espoir secret du silence...

Je l`entends murmurer dans mes nuits silencieuses,

il me parle.

 

Un silence fait de peines

mais où les larmes se baignent dans les mots du souvenir.

 

Le silence m`apporte ta présence...

L`attente du geste se perd dans ton regard qui m`apporte

tous les gestes d`amour enfermés dans le temps.

 

L`instant de la mémoire

est bien plus que le temps infini

avec toutes ses heures.

 

Tu n`appartiens à aucun lieu

à aucun temps.

Tu appartiens à l`éternité,

à l`intemporalité.

 

___________________________________________________________________________________________________

 

 

O SILÊNCIO... (tradução)

 

O silêncio perde-se na imensidão da tua ausência…

 

A tua ausência é silêncio…

O tempo já não é tempo mas

solidão da presença.

 

Perdi este tempo a procurar-te para além da razão…

Agora compreendo que não partiste,

és só ausência de presença.

 

Fazes parte de mim como faço parte de um todo…

O teu silêncio é o meu,

o nosso, o silêncio de todos.

 

Lamento em silêncio

o tempo passado

mas o lamento fica só

na solidão do presente.

 

O presente é a esperança do silêncio…

Ouço-o murmurar nas noites silenciosas,

fala comigo.

 

Um silêncio feito de penas

mas onde as lágrimas mergulham na palavra da lembrança.

 

O silêncio traz-me a tua presença…

A espera do gesto perde-se no teu olhar que me traz

todos os gestos de amor fechados no tempo.

 

O instante da memória

é bem mais que o tempo infinito

com todas as horas.

 

Não pertences a lado algum

a tempo algum.

Pertences à eternidade,

à intemporalidade.

22:26 Publié dans DIVERS | Commentaires (0)

30/07/2011

BENOÎT XVI, UN PAPE "ÉCOLO"...

ST FRANÇOIS D'ASSISE.png

 

Benoît XVI, un pape écolo

 

Ce matin, j’ai eu un coup de cœur pour ce discours prononcé par Benoît XVI devant plusieurs ambassadeurs près le Saint-Siège. Pas vous ?

 

« Le premier semestre de cette année a été marqué par d’innombrables tragédies qui ont touché la nature, la technique et les peuples. L’ampleur de telles catastrophes nous interroge. C’est l’homme qui est premier, il est bon de le rappeler. L’homme, à qui Dieu a confié la bonne gestion de la nature, ne peut pas être dominé par la technique et devenir son sujet. Une telle prise de conscience doit amener les Etats à réfléchir ensemble sur l’avenir à court terme de la planète, face à leurs responsabilités à l’égard de notre vie et des technologies. L’écologie humaine est une nécessité impérative. Adopter en tout une manière de vivre respectueuse de l’environnement et soutenir la recherche et l’exploitation d’énergies propres qui sauvegardent le patrimoine de la création et sont sans danger pour l’homme, doivent être des priorités politiques et économiques. Dans ce sens, il s’avère nécessaire de revoir totalement notre approche de la nature. Elle n’est pas uniquement un espace exploitable ou ludique. Elle est le lieu natif de l’homme, sa « maison » en quelque sorte. Elle nous est essentielle. Le changement de mentalité dans ce domaine, voire les contraintes que cela entraine, doit permettre d’arriver rapidement à un art de vivre ensemble qui respecte l’alliance entre l’homme et la nature, sans laquelle la famille humaine risque de disparaître. Une réflexion sérieuse doit donc être conduite et des solutions précises et viables doivent être proposées. L’ensemble des gouvernants doit s’engager à protéger la nature et l’aider à remplir son rôle essentiel pour la survie de l’humanité. Les Nations Unies me semblent être le cadre naturel d’une telle réflexion qui ne devra pas être obscurcie par des intérêts politiques et économiques aveuglément partisans, afin de privilégier la solidarité par rapport à l’intérêt particulier.

 

Il convient aussi de s’interroger sur la juste place de la technique. Les prouesses dont elle est capable vont de pair avec des désastres sociaux et écologiques. En dilatant l’aspect relationnel du travail à la planète, la technique imprime à la mondialisation un rythme particulièrement accéléré. Or, le fondement du dynamisme du progrès revient à l’homme qui travaille, et non à la technique qui n’est qu’une création humaine. Miser tout sur elle ou croire qu’elle est l’agent exclusif du progrès, ou du bonheur, entraîne une chosification de l’homme qui aboutit à l’aveuglement et au malheur quand celui-ci lui attribue et lui délègue des pouvoirs qu’elle n’a pas. Il suffit de constater les « dégâts » du progrès et les dangers que fait courir à l’humanité une technique toute-puissante et finalement non maîtrisée. La technique qui domine l’homme, le prive de son humanité. L’orgueil qu’elle engendre a fait naître dans nos sociétés un économisme intraitable et un certain hédonisme qui détermine subjectivement et égoïstement les comportements. L’affaiblissement du primat de l’humain entraîne un égarement existentiel et une perte du sens de la vie. Car la vision de l’homme et des choses sans référence à la transcendance déracine l’homme de la terre et, plus fondamentalement, en appauvrit l’identité même. Il est donc urgent d’arriver à conjuguer la technique avec une forte dimension éthique, car la capacité qu’a l’homme de transformer, et, en un sens, de créer le monde par son travail s’accomplit toujours à partir du premier don originel des choses fait par Dieu (Jean-Paul II Centesimus annus, 37). La technique doit aider la nature à s’épanouir dans la ligne voulue par le Créateur. En travaillant ainsi, le chercheur et le scientifique adhèrent au dessein de Dieu qui a voulu que l’homme soit le sommet et le gestionnaire de la création. Des solutions basées sur ce fondement protégeront la vie de l’homme et sa vulnérabilité, ainsi que les droits des générations présentes et à venir. Et l’humanité pourra continuer de bénéficier des progrès que l’homme, par son intelligence, parvient à réaliser.

 

Conscients du risque que court l’humanité face à une technique vue comme une « réponse » plus efficiente que le volontarisme politique ou le patient effort d’éducation pour civiliser les mœurs, les gouvernants doivent promouvoir un humanisme respectueux de la dimension spirituelle et religieuse de l’homme. Car la dignité de la personne humaine ne varie pas avec la fluctuation des opinions. Respecter son aspiration à la justice et à la paix permet la construction d’une société qui se promeut elle-même, quand elle soutient la famille ou qu’elle refuse, par exemple, le primat exclusif de la finance. Un pays vit de la plénitude de la vie des citoyens qui le composent, chacun étant conscient de ses propres responsabilités et pouvant faire valoir ses propres convictions. Bien plus, la tension naturelle vers le vrai et vers le bien est source d’un dynamisme qui engendre la volonté de collaborer pour réaliser le bien commun. Ainsi la vie sociale peut s’enrichir constamment en intégrant la diversité culturelle et religieuse par le partage de valeurs, source de fraternité et de communion. La vie en société devant être considérée avant tout comme une réalité d’ordre spirituel, les responsables politiques ont la mission de guider les peuples vers l’harmonie humaine et vers la sagesse tant désirées, qui doivent culminer dans la liberté religieuse, visage authentique de la paix. »

 

Frédéric Mounier (La Croix)

 

**************************************************************************************************************************

 

10:33 Publié dans DIVERS | Commentaires (0)

27/07/2011

PIRATAGE : DANGER !!!

 

Pour la 2ème fois en quelques mois, me voici victime de piratage. Cette fois, l'attaque semble plus sophistiquée : j'ai d'abord reçu un mail, supposé envoyé par ma Messagerie (laposte.net... pour être précis) avec toutes les caractéristiques du message authentique (en-tête de la Poste en particulier). On me demandait "simplement", en vue d'une mise en ordre des listings, de fournir mes coordonnées, y compris le mot de passe... Ayant déjà été échaudé, je me suis méfié, mais comme le message paraissait authentique.. je suis tombé dans le piège! (on appelle cela, paraît-il, une opération de "phishing") Résultat: impossible de recevoir désormais quelque mail que ce soit (mais pas d'en envoyer, semble-t-il)... Tandis que les personnes inscrites sur mon carnet d'adresse reçoivent, comme venant de moi, des propositions saugrenues : d'abord offre de collaboration (pour quoi?), qui sera suivie d'une série d'autres et s'achèvera par la demande d'une grosse somme à envoyer dans quelque pays d'Afrique, via Western Union... J'ai aussitôt changé de fournisseur et de mot de passe... mais le mal est fait! Je veux croire que mes amis se méfieront et ne tomberont pas dans ce piège grossier, comme d'ailleurs ils ont si bien su résister à la première attaque. (Si un mail arrive avec l'adresse émettrice "laposte.net", cela ne viendra pas de moi (je n'utilise plus cette adresse et en ai demandé la suppression) mais de "mon pirate"....

16:41 Publié dans DIVERS | Commentaires (0)

22/07/2011

DES MARINS À LA RETRAITE...

 

Des marins à la retraite font le tube de l'été!

 

par Christophe de Galzain

 

Ils ont entre 40 et 73 ans, sont bretons, originaires de Cornouaille. Tous ne sont pas marins comme laisse croire le nom de leur groupe, mais deux tiers sont retraités de l'arsenal de Brest, de l'Ifremer... Le tube de l'été, sur TF1, c'est eux, "Les marins d'Iroise" ! Pour la petite histoire, ils ont hésité avant de signer avec la chaîne télévisée, comme nous l'a confié René Abgrall, le directeur musical du groupe : "Nous avons tous beaucoup d'activité et, pour certains, des petits-enfants à garder !" Mais jugez vous même : ces petits chéris seront sans doute assez fiers de leur grand-père, non ?

(Retrouvez-les dans le magazine Notre Temps du mois d'août : une page entière leur est consacrée)

 

(du Blog de Christophe de Galzain sur « Notre Temps »)

 

 

 

 

17:37 Publié dans DIVERS | Commentaires (2)

16/07/2011

IL N'Y A PAS D'ÂGE POUR ÊTRE PÈLERIN

 

Gaby VIALARD.png
Gaby VIALARD

 

IL N’Y A PAS D’ÂGE POUR ÊTRE PÈLERIN

Ancien brocanteur à Beauregard (Lot-et-Garonne), Gaby Vialard, 71 ans, est un personnage haut en couleur qui se prépare à marcher jusqu’à Jérusalem (6000 Km) avec un âne. Il est déjà allé deux fois à Saint-Jacques de Compostelle et a bouclé un tour de France en tandem.  Source : La Dépêche.

Ce matin-là, on a trouvé Gaby à Senézelles, près de Cancon, Lot-et-Garonne. Il était monté au pied de la Vierge de « Tout Pouvoir », dont la robe bleue s’écaille à l’ombre d’un bosquet de chênes. C’est un des lieux secrets où Gaby Vialard, brocanteur retraité, aime venir se recueillir dans le chant des cigales, avant de repartir visiter les malades de sa connaissance.

Vétu de blanc en toute saison (il va bientôt tomber le pull de coton qui se confond avec sa longue barbe), Gaby Vialard porte sa croix avec bonne humeur, le sourire ouvert sur une dent en or. Mémoire de son village de Beauregard, il a eu plusieurs vies, qui sont toutes nées sur cette portion de ligne droite entre Monflanquin et Cancon. Les gens y roulaient trop vite : Gaby avait donc planté sur le trottoir un mannequin habillé en gendarme. Plus efficace qu’un radar, c’était aussi une enseigne pour sa brocante, qui tenait lieu d’attraction du village, de 1964 jusqu’en l’an 2000.

Gaby a rangé son gendarme debout, mais il s’amuse toujours, à promener parfois un grand nounours sur son tandem. C’est lui, encore, qui passe à l’heure du jardinier pour arroser les fleurs qu’il a semées devant l’église, et à l’entrée du cimetière… « Une pensée pour les gens qui s’en vont », dit-il.

La ligne droite de son village, Gaby l’a souvent vue tanguer, lorsque jeune marié il abusait du Pernod. Mais au décès de son épouse, emportée par la maladie à 31 ans, il a changé de vie. Il s’est dévoué aux enfants du village, une grande troupe avec les siens au milieu.

A l’époque, tout le canton connaît Gaby, le « peliarot » qui vide les greniers, conserve les outils forgés et les réveils cassés, et fait fumer le J7, le samedi matin, avec trente gosses à l’arrière qu’il emmène à la mer. (…)

Les jeunes du village, il les entraîne au basket, ou en peloton cycliste, avec d’autres parents du village. Pour la lumière : des piles Varta ficelées au guidon.

Une sortie, un grand voyage ? Gaby dit toujours oui, et voit l’aide divine dans les préparatifs. A la veille du départ de son premier pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, alors que sa partenaire se décommande, c’est son neveu qui veut venir avec lui. Et en route, quand la semelle d’une de ses chaussures a rendu l’âme, il a trouvé 100 € dans l’autre. Car il est aussi pauvre que généreux, et « toujours à découvert avant la fin du mois ».

Aujourd’hui, Gaby a en tête un autre voyage : Beauregard-Jérusalem, à pied, avec un âne. Il a photocopié un itinéraire de 6 000 kilomètres « à travers champs ». Reste à trouver l’âne.

« Ce n’est pas difficile, mais ça prend du temps, explique-t-il : pendant un mois, il faut vivre avec lui et dormir dans son box. Après, il te suit au bout du monde. » (…)

16:28 Publié dans DIVERS | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique