logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/12/2011

2ème DIMANCHE DE L'AVENT (B)

 

Capture d’écran 2011-12-04 à 10.06.41.png

"Préparez le chemin du Seigneur!" (cantique)

 

 

DOMINGO II DO ADVENTO

Missas Vespertinas e dominicais

I LEITURA

Leitura do Livro de Isaías

Consolai, consolai o meu povo, diz o vosso Deus. Falai ao coração de Jerusalém e dizei-lhe em alta voz que terminaram os seus trabalhos e està perdoada a sua culpa, porque recebeu da mão do Senhor duplo castigo portodos os seus pecados. Uma voz clama: « Preparai no deserto o caminho do Senhor, abri na estepe uma estrada para o nosso Deus. Sejam alteados todos os vales e abatidos os montes e as colinas; endireitem-se os caminhos tortuosos e aplanem-se as veredas escarpadas. Então se manifestarà a gloria do Senhor e todo o homem verà a sua magnificência, porque a boca do Senhor falou ». Sobe ao alto dum monte, arauto de Sião! Grita com voz forte, arauto de Jerusalém! Levanta sem temor a tua voz e diz às cidades de Judà: « Eis o vosso Deus. O Senhor Deus vem com poder, o seu braço dominarà. Com Ele vem o seu prémio, precede-O a sua recompensa. Como um pastor apascentarà o seu rebanho e reunirà os animais dispersos; tomarà os cordeiros em seus braços,e conduzirà as ovelhas ao seu descanso ». Palavra do Senhor.

SALMO RESPONSORIAL

Refrão: Mostrai-nos o vosso amor e dai-nos a vossa salvação.

Escutemos o que diz o Senhor: Deus fala de paz ao seu povo e aos seus fiéis. A sua salvação està perto dos que O temem e a sua gloria habitarà na nossa terra.

Encontraram-se a misericordia e a fidelidade, abracaram-se a paz e a justica. A fidelidade vai germinar da terra e a justica descera do Céu.

O Senhor darà ainda o que é bom ; a nossa terra produzirà os seus frutos. A justica caminharà à sua frente e a paz seguirà os seus passos.

II LEITURA

Leitura da Segunda Epístola de São Pedro

Hà uma coisa, carissimos, que não deveis esquecer: um dia diante do Senhor é como mil anos e mil anos como um dia. O Senhor nao tardarà em cumprir a sua promessa, como pensam alguns. Mas usa de paciência para convosco e não quer que ninguém pereça, mas que todos possam arrepender-se. Entre tanto, o dia do Senhor virà como um ladrão: nessedia, os céus desaparecerão com fragor, os elementos dissolver-se-ão nas chamas e a terra serà consumida com todas as obras que não existem. Uma vez que todas as coisas serão assim dissolvidas, como deve ser santa a vossa vida e grande a vossa piedade, esperando e apressando a vinda do dia de Deus, em que os céus se dissolverão em chamas e os elementos se fundirão no ardor do fogo! Nos esperamos, segundo a promessa do Senhor, os novos céus e a nova terra, onde habitarà a justica. Portanto,carissimos, enquanto esperais tudo isto, empenhai-vos, sem pecado nem motivo algum de censura, para que o Senhor vos encontre na paz. Palavra do Senhor.

EVANGELHO

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo S. Marcos

Principio do Evangelho de Jesus Cristo, Filho de Deus. Està escrito no profeta Isaias: « Vou enviar à tua frente o meu mensageiro, que prepararà o teu caminho. Uma voz clama no deserto: ‘Preparai o caminho do Senhor, endireitai as suas veredas ». Apareceu João Baptista no deserto a proclamar um baptismo de penitência para remissão dos pecados. Acorria a ele toda a gente da região da Judeia e todos os habitantes de Jerusalém e eram baptizados por ele no rio Jordão, confessando os seus pecados. João vestia-se de pêlos de camelo, com um cinto de cabedal em volta dos rins, e alimentava-se de gafanhotos e mel silvestre. E, na sua pregacao, dizia: « Vai chegar depois de mim quem é mais forte do que eu, diante do qual eu não sou digno de me inclinar para desatar as correias das suas sandalias. Eu baptizo-vos na agua, mas Ele baptizar-vos-a no Espirito Santo ». Palavra da salvação.

ORAÇAO DOS FIÉIS

Irmãos: Oremos a Deus Pai, que não cessa de vir ao nosso encontro, e, por Cristo, pecamos-Lhe com fé, que nos faça acolher o Salvador, implorando humildement

R. Vinde, Senhor Jesus

1. Pela santa Igreja, pela nossa Diocese e suas paroquias, pelos que ai preparam os caminhos do Senhor e proclamam o baptismo de peniteência, oremos, irmãos.

2. Por todos os que teêm autoridade, pelos que seguem os caminhos da justica, e pelas vitimas dos homens sem escrupulos, oremos, irmãos.

3. Pelos que esperam os novos céus e a nova terra,pelos que perderam toda a esperança no futuro, e pelos que consolam e animam os desalentados, oremos, irmãos.

4. Pelos esposos que teêm dificuldades em conviver, pelos que sentem a alegria de se amar, e pelos pais decepcionados com os seus filhos, oremos, irmãos.

5. Pelos mais pobres da nossa comunidade (paroquial), pelos que abandonaram os caminhos do Senhor, e por aqueles a quem Deus toma em seus braços, oremos, irmãos.

Senhor nosso Deus, que usais de misericordia para connosco e não cessais de chamar à conversão aqueles que foram baptizados no Espirito, ouvi as suplicas que Vos dirigimos, para podermos acolher com fé Aquele que João Baptista anunciava. Ele que é Deus convosco na unidade do Espirito Santo.

Homélie du 2ème dimanche de l’Avent

 

 

L’Evangile de ce dimanche nous annonce une bonne nouvelle. Aujourd’hui, nous n’en avons que le commencement. Nous avons un peu perdu l’habitude d’entendre parler de bonnes nouvelles. Chaque jour, nous n’en recevons que des mauvaises. Les médias ne cessent de nous parler de la crise, des licenciements, des violences de toutes sortes. Et quand nous échangeons entre nous, les conversations tournent autour de telle personne qui est entrée à l’hôpital ou qui est décédée. N’y aurait-il pas de la place pour les bonnes nouvelles ?

 

Justement si, et c’est l’évangile de Marc qui vient nous en faire part. Il s’agit de la bonne nouvelle de l’amour de Dieu. Elle nous annonce le Salut que Jésus nous apporte. Cette bonne nouvelle a commencé quand Jésus est né. Elle se poursuit aujourd’hui. Elle ne cessera d’être proclamée tous les jours et jusqu’à la fin des temps. Le Concile Vatican II nous l’a rappelé : « C’est le Christ qui nous parle tandis qu’on lit dans l’Eglise les Saintes Ecritures. » (Constitution sur la liturgie). Il est présent au milieu des fidèles réunis en son nom pour leur faire entendre cette bonne nouvelle.

 

C’est un peu ce même message que nous lisons dans la première lecture. Il s’adresse à un peuple exilé à Babylone. Le prophète Isaïe s’efforce de le consoler. Il lui rappelle ce qui s’est passé autrefois quand les hébreux étaient esclaves en Egypte. Dieu a appelé Moïse pour arracher son peuple à cet esclavage. Pendant 40 ans, ils ont erré dans le désert avant d’entrer dans la terre promise. Cette fois, il n’y a plus besoin d’un Moïse. Dieu prendra lui-même la tête du son troupeau. Avec un tel berger, l’entrée à Jérusalem sera triomphale. C’est donc un appel à l’espérance que nous entendons dans ce texte de la Bible.

 

Le même Dieu nous rejoint aujourd’hui dans nos situations désespérées. Il est toujours du côté des petits, des exclus, de ceux et celles qui sont persécutés à cause de leur foi. Je lisais cette semaine qu’en Corée du Nord, toute personne soupçonnée d’être chrétienne est emprisonnée ou exécutée. L’ensemble du clergé est porté disparu (Source AED). Mais ailleurs, des chrétiens se mobilisent pour faire célébrer des messes et prier pour eux. Ensemble, nous nous tournons vers le Seigneur car nous avons la ferme conviction qu’il ne nous abandonne pas. Pour lui, il n’y a pas de situation désespérée. Il vient et il nous faut lui préparer le chemin. Il ne dit pas que nous allons à lui ; en effet, par nos seuls moyens nous en sommes bien incapables. C’est lui qui fait sans cesse le premier pas vers nous et qui prend l’initiative de venir à notre rencontre. Il vient nous révéler notre dignité. Avec lui le mal n’aura pas le dernier mot.

 

Voilà cette bonne nouvelle qui ne cesse d’être proclamée. Mais beaucoup ne l’entendent plus. Et nous-mêmes, nous risquons fort d’être encombrés par toutes sortes de bruits de la télévision, de la radio ou des musiques d’ambiance. Beaucoup ne peuvent pas supporter le silence. Et pourtant, c’est là que le Seigneur nous parle. L’Avent est là pour nous rappeler que le Seigneur vient à notre rencontre. Il nous rejoint au cœur de nos vies, de nos joies et de nos épreuves pour nous annoncer une bonne nouvelle. Malheureusement, nous sommes trop souvent ailleurs. Nous sommes alors incapables d’accueillir le Seigneur qui a quelque chose d’important à nous dire.

 

L’Evangile de Marc nous montre un chemin de conversion. Il nous invite à regarder le témoignage de Jean Baptiste quand il proclame la venue du Messie. Il ne va pas à Jérusalem au milieu de la foule et du bruit. Bien au contraire, il va au désert ; il est « en tenue de désert » ; il se nourrit de ce que le désert veut bien lui donner, des sauterelles et de miel sauvage. Comme lui, nous sommes tous appelés au désert. Non, il ne s’agit pas de partir au Sahara, (même si certains peuvent choisir cette solution). L’important c’est de se réserver des moments loin du bruit et de nous mettre dans un état qui favorise la réceptivité du cœur. Dieu vient à notre rencontre. Il frappe à notre porte et il attend de nous une réponse libre et aimante.

 

A la fin de la messe, nous serons envoyés pour préparer les chemins du Seigneur. L’espérance sera notre guide. Nous rencontrerons peut-être des personnes écrasées par le poids des difficultés de toutes sortes. A travers ce temps passé au service des autres, nous contribuons à rendre le monde plus humain. Mais il y a une chose que nous ne devons pas oublier : c’est le Christ qui nourrit notre espérance en nous donnant son Esprit de force et de persévérance. Il y a tant de montagnes à abaisser et de passages tortueux à rendre droits.

 

Aujourd’hui, nous te prions, Seigneur, toi qui es le Sauveur et l’Ami des hommes, donne-nous d’être les témoins de ton amour auprès de tous ceux et celles que tu mets sur notre route. Amen

 

(Sources : Textes bibliques du jour, Journaux de la semaine, revues liturgiques Signes et Feu Nouveau)

 

Abbé Jean Compazieu

 

***********************************************************************************

 

 

 

10:14 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

03/12/2011

MESSES EN MAISONS DE RETRAITE

MESSES EN MAISONS DE RETRAITE

 

 

BAINVILLE-SUR-MADON

(Meurthe-et-Moselle)

 

 

Bainville.jpg
Plan de BAINVILLE-SUR-MADON (1400 habitants) - (voir "Ohs Jacques PARISOT: c'est là)

 


De notre correspondante régionale


Il fait bon dans la salle polyvalente du centre Parisot, à Bainville-sur-Madon (Meurthe-et-Moselle), près de Nancy. Sur la scène, un autel a été dressé, bien visible depuis une curieuse assemblée : pas de bancs ni de rangées de chaises, mais une soixantaine de personnes âgées en fauteuils roulants au centre, entourés, le long des murs, d’environ 80 personnes valides.

Comme toutes les huit semaines, ce centre de réadaptation, de long séjour, et maison de retraite, accueille la messe dominicale. Un événement pour les résidents, qui ont pour beaucoup été fidèles à ce temps fort chaque semaine de leur vie. Éliane Grégoire, la responsable des animations dans cet établissement pourtant non confessionnel, lui reconnaît même un intérêt thérapeutique : « Certains ne réagissent plus beaucoup le reste du temps, mais là, en entendant le credo, les chants qu’ils connaissent, ils retrouvent la parole et la mémoire », note celle qui filme la messe pour la rediffuser en direct dans les chambres de ceux qui restent alités, sur le canal interne de la télévision.

Pour ceux qui ont rejoint la salle des fêtes, le plaisir est double, car ils renouent aussi avec une vie de paroisse. Le curé et le diacre ne célèbrent pas, comme c’est souvent le cas dans des structures comparables, uniquement pour les résidents.

Depuis plus de quinze ans, six fois dans l’année, cette messe remplace une des deux données sur tout le secteur. « On considère que la messe de Parisot fait partie de la paroisse », appuie le P. Gilbert Richard. Les paroissiens ne s’en plaignent pas. « On est vraiment avec eux, et on ne leur fait pas ressentir leur différence, on ne se lève pas, et personne ne va communier, c’est la communion qui est portée à tous, valides et non-valides », apprécie Bernard. À la fin, les paroissiens de l’extérieur s’avancent souvent vers des résidents qu’ils connaissent, ou avec qui ils ont fait connaissance, et les raccompagnent dans leur chambre. Comme à Bainville-sur- Madon, d’autres paroisses tentent aussi de permettre aux aînés de continuer à vivre ce pilier de la vie de chrétien.


À Marckolsheim (Bas-Rhin), près de Colmar, c’est l’inverse qui est proposé. L’équipe d’animation pastorale a mis sur pied, il y a un peu plus d’un an, un groupe de trois bénévoles qui, chaque dimanche, font le « taxi-église » : ils vont chercher sept ou huit personnes âgées à la maison de retraite de la commune, dans leur chambre, et les emmènent en voiture à l’église, embarquant dans le coffre les déambulateurs.

Sur place, le premier rang leur est réservé, et le prêtre multiplie les allusions à leur présence. « Elles ont, à la maison de retraite, la messe une fois par mois, mais certaines ne sortent jamais. Elles disent que ça leur fait du bien, qu’elles ont ensuite à nouveau de la force pour la semaine. Les personnes en fin de vie éprouvent la nécessité de vivre leur foi de manière plus profonde », constate Martine Kaeuffer, initiatrice de ce projet qui est en train de faire des petits dans la région. Dans la Meuse, près de Bar-le-Duc, il y a quelques années, un bus d’une quarantaine de places faisait le tour des villages. Mais le plus souvent, le covoiturage s’organise de manière spontanée, par des voisins ou de la famille proche, qui peuvent aussi apporter la communion à domicile au retour de la messe.

À domicile, c’est la chaleureuse formule que le père Jacques Heinrich, curé en retraite à Contrexéville (Vosges), a trouvée. Ponctuellement, depuis quatre ans, il lui arrive de proposer à certains paroissiens âgés immobilisés chez eux, identifiés lors de ses visites de terrain, d’accueillir chez eux une messe de semaine, et d’y inviter des voisins. « La plupart du temps, nous ne nous quittons pas sans partager du thé et de la brioche. C’est très sympathique», raconte le P. Heinrich, qui regrette pourtant que la proposition, diffusée dans le bulletin paroissial, ne rencontre pas plus d’échos. « Ils ont peur de me déranger », explique-t-il. Pour Noël, il a déjà prévu, quelques jours avant la fête, de se rendre chez une dame qui ne sort plus.

ÉLISE DESCAMPS (« La croix » - 01/12/2011)



TÉMOIGNAGE COMPLÉMENTAIRE :


« NAZARETH » D’ORLÉANS



NAZARETH.png




À Orléans (Loiret), existent plusieurs Maisons de Retraite. Voici ce qui se vit dans l’une d’entre elles ( EHPAD-NAZARETH 45000 ORLÉANS) dont l’auteur de cette note est l’un des résidents. Cette maison, toute neuve (juste un an d’existence) est née de la fusion de deux maisons anciennes qui hébergeaient, l’une les prêtres âgés et/ou malades (« BÉTHANIE »), tandis que l’autre avait été créée, il y a un siècle, pour accueillir les institutrices de l’enseignement catholique, qui, à cette époque où les contrats avec l’Etat n’existaient pas, finissaient leurs jours dans la misère : elle se nommait déjà « NAZARETH »… Les années ayant passé, et les contrats Etat-Enseignement privé ayant été créés par la célèbre « Loi Debré », les deux maisons étaient devenues soit inadaptées, soit ne correspondaient plus aux normes actuelles : elles étaient menacées toutes deux de fermeture. La nécessité faisant loi, les deux établissements ont décidé de « fusionner » pour n’en faire plus qu’un. Le lieu retenu fut celui de la Maison « Nazareth »… mais il fallait tout démolir pour reconstruire du neuf… Avec l’aide du Conseil Général, il a donc été résolu de bâtir une « Résidence » nouvelle, qui serait subventionnée par le Conseil Général, et totalement conforme aux normes actuelles. Ce qui fut fait, et la nouvelle Maison de « Nazareth » a été construite, de façon à recevoir 77 résidents ; le Diocèse a conclu une convention avec le nouveau « Nazareth », pour y réserver 15 places destinées prêtres anciennement logés à Béthanie. Actuellement, 13 prêtres y résident en permanence, répartis (au hasard ?) parmi les autres résidents et résidentes (mixité de règle !!!). Une vaste chapelle a été aménagée, claire et bien chauffée. Etant donné le nombre de prêtres, on pourrait croire que les messes ne posent pas de problèmes : ce serait une erreur ! Parmi les 13, deux seulement sont en état de présider une messe dominicale (en semaine, on arrive à 4). Nous sommes donc deux célébrants et nous alternons la présidence de la messe dominicale, qui d’ailleurs a lieu le samedi à 15.30h, pour permettre aux résidents laïcs d’y venir . Les autres jours, la messe concélébrée a lieu à 11.00h : presque tous les prêtres sont là, mais restent assis tout le temps.


Les messes dominicales réunissent entre 30 et 40 personnes (prêtres compris).

On chante : cantiques faciles, souvent traditionnels, parfois nouveaux mais faciles à mémoriser (éventuellement une feuille est distribuée à tous, en gros caractères ; un carnet de chants est en préparation)

Les lectures sont faites, dans la mesure du possible, par des résidents (une seule lecture, le psaume, l’évangile –lu par le célébrant, qui fera l’homélie - , la prière universelle)

La Communion est portée à chacun (y compris aux prêtres) par des personnes capables de marcher seules et sans canne. Aux messes dominicales, on propose la Communion sous les deux espèces (par intinction).

Nous avons la chance de disposer d’un micro « baladeur » que l’on peut présenter aux lecteurs (lectrices) à leur place.

Des bénévoles s’occupent des fleurs.

Souvent, on passe un CD de musique religieuse (avant le début – pendant la communion).

Ce n’est pas parfait, mais on ne peut guère faire mieux.

G.J


***************************************************************************************

10:31 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

02/12/2011

JOIE : POSSIBLE OU NON ???

Capture d’écran 2011-12-02 à 10.28.08.jpg
NATIVITÉ DE LA VIERGE MARIE

Sommes-nous faits pour la joie?

 

Il est souvent question de joie dans les évangiles. De quelle joie s'agit-il? Ne serait-elle qu'un trait de caractère?

 

"Je vous ai dit ces paroles pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite" (Evangile de Jean)

La bonne nouvelle chrétienne est souvent décrite comme une aventure de la joie. Beaucoup de grands saints, comme Dominique ou mère Teresa, étaient joyeux, malgré les difficultés qu’ils ont traversées. Cette joie trouve sa source dans la grande annonce chrétienne : Jésus est ressuscité après sa mort sur la croix, il est vivant ! Cette joie peut donc nous habiter, même dans les difficultés. Mieux : elle nous est donnée et nous pouvons en vivre.

 

La joie au jour le jour : comment y arriver?

 

1 - En chaque homme, il y a une attirance vers le divin, il y a le désir d’une rencontre intérieure, personnelle, d’une plénitude de vie. Ce désir-là, on peut le percevoir en soi très tôt, dès l’enfance. Mais il peut aussi se manifester tardivement, au cours d’une expérience spirituelle forte, d'une "conversion" . Dieu répond toujours à ce désir, il se fait connaître à celui qui le lui demande et sa présence le remplit de joie . C’est toujours Dieu qui initie à la joie.

 

2 - Une fois que Dieu s’est fait connaître, se mettre à son écoute et se laisser aller…à la joie de l’accueillir ! Cette disposition du cœur s’acquiert au fur et à mesure de la vie, elle est le fruit d’un cheminement personnel qui est à la fois de l’ordre de l’ascèse et du don de Dieu. Cela se fait dans la prière personnelle, par la lecture de la Parole de Dieu (révélée dans la Bible), par les sacrement de l’Eglise. En particulier le baptême et l’eucharistie.

 

3 - Accueillir dans sa vie le beau et le bon, y consentir, les accepter comme un cadeau, s’ouvrir de tout son être à la capacité de reconnaître Dieu comme étant à l’origine de ce bien. La joie, souvent, se vit comme un débordement d’amour. Elle va de pair avec un grand sentiment de paix et de plénitude. Pour le chrétien, elle est alors le fruit de l’action de l’Esprit saint et se vit dans "l’action de grâce".

 

4 - Ne pas consentir au travail du malheur sur soi, ne pas céder au rétrécissement de sa vie, au découragement, au défaitisme, mais toujours remercier, rendre grâce pour la vie donnée. Même si les difficultés sont nombreuses ! La vie spirituelle peut être parsemée de vrais moments de doute, de "déserts", de sécheresse du cœur. La prière est impossible, Dieu absent, pire, improbable ! Beaucoup de grands saints, comme la petite Thérèse de Lisieux, ont connu de tels moments. Ils les ont surmontés par la foi et la confiance en Dieu, envers et contre tout.

 

5 - Souvent le malheur empêche d’accueillir la joie. Trop de malheurs enferment, envahissent la vie et le cœur. L’épreuve est trop grande, pousse au refus, à l’enfermement sur soi. Comment se réjouir alors que les deuils se succèdent, que le chômage guette, que la dépression s’immisce ? C’est impossible... L’épreuve est un obstacle à la vie. Dans ces cas-là, accueillir la souffrance sans se laisser dévorer par elle est une forme de résistance qui conduit à percevoir, au milieu des pires épreuves, une profonde joie. Cela peut sembler impossible et pourtant, beaucoup en témoignent.

 

 

6 - Etre joyeux c’est vouloir rendre ce que l’on a reçu, c’est vouloir partager ce cadeau, c’est le répandre autour de soi. La joie engage à aimer, elle pousse à reconnaître et approfondir ses qualités profondes. Elle est aussi contagieuse. Qui n’a jamais été séduit par une personnalité joyeuse ? Jésus et ses apôtres, nous disent les évangiles, étaient joyeux, aimaient les fêtes et leurs amis. La joie transforme notre regard sur les gens et les événements. Elle est, profondément, le signe du chrétien.

 

Devenir joyeux? Tout un programme! Pour vous y aider, suivez l'exemple de quelques grands saints qui vécurent joyeux malgré les difficultés:

 

Sophie de Villeneuve (« Croire.com »)

 

***************************************************************************************

 

 

10:23 Publié dans MÉDITATION | Commentaires (0)

01/12/2011

SYMBOLES D'AVENT : "LE CALENDRIER DE L'AVENT"

Calendrier de l'Avent.jpg

 

LE CALENDRIER DE L’AVENT

 

 

La coutume du calendrier de l’Avent, comme beaucoup de nos traditions de Noël, est d’origine germanique. Pour faire patienter les enfants dans l’attente de Noël, on leur remettait chaque matin une image pieuse, comportant une phrase de l’Evangile ou l’incitation à une bonne action.

 

Peu à peu, vint l’idée de réaliser une feuille de carton représentant une grande image religieuse liée à Noël, dans laquelle on découpait de petites fenêtres, une pour chaque jour de l’Avent. Derrière chacune d’elles était placée une surprise : une image, une figurine, ou encore un poème, ou bien un chocolat.

 

Le calendrier de l’Avent est connu, sous une forme artisanale, depuis la seconde moitié du XIXème siècle. Mais c’est probablement en 1901 qu’apparut le premier vrai calendrier, sous la forme d’une pendule avec une aiguille que l’on dépla çait chaque jour. D’Allemagne, le calendrier se répandit ensuite dans le reste de l’Europe, et au-delà.

 

Ainsi, de façon simple, les gestes de l’attente communiquent-ils aux enfants – et font peut-être redécouvrir aux grands – le goût de Dieu.

 

Père Jacques NIEUVIARTS, « Prions en Eglise », de Décembre 2011

 

 

**********************************************************************

10:21 Publié dans ÉDUCATION | Commentaires (1)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique