logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/04/2012

9 AVRIL 2012 : LUNDI DE PÂQUES

« Un ressuscité vraiment déconcertant »

 

 

Le RESSUSCITÉ.jpg

Nous voici parvenus à la fin de ce temps de carême, temps de grâce que l’Église nous a proposé.

Est-ce un grand Ouf que nous poussons en disant : « J’m’en suis pas mal tiré. J’ai respecté ce que je m’étais dit » et, laissant là ce temps, repartir dans le monde, reprendre notre vie « normale »… Or, qui dit fin, dit toujours nouveau départ.

Qu’en est-il donc de ce nouvel aujourd’hui ? Un regard neuf, rendu acéré par le renouvellement de notre intelligence, nous découvre des horizons nouveaux qu’il nous faut atteindre.

Le renouvellement de l’intelligence sur notre manière de voir le Christ est en réalité une libération de nos vues à court terme, nos vues parcellaires, pour embrasser l’universel.

Apprécions-nous maintenant les aspects déconcertants de notre Dieu qui sont autant de portes ouvertes dans les murs de nos enfermements ? Sommes-nous convaincus du bienfait de ses exigences ? Avons-nous expérimenté la suavité des fruits qu’ils nous tend ? La Parole de Dieu a-t-elle, à travers nos lectures et méditations, retrouvé sa saveur et fait naître en nous le désir de l’approfondir et de s’en nourrir ?

 

Si oui, alors nous sommes prêts maintenant à vivre la tête dans le Ciel et les pieds sur la terre. Non plus l’un ou l’autre, mais les deux en même temps, ce qui est la prouesse que le chrétien réalise : plongé dans ce monde en n’étant plus de ce monde (Jean 17, 16).

 

En ce saint dimanche de Pâques, nous affirmons que Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité. Pourquoi rajouter un « vraiment » ? Parce que le doute frappe encore à la porte. Il a frappé à la porte de Thomas et des apôtres, pourquoi ne frapperait-il pas à la nôtre ?

Croyons-nous que Jésus est ressuscité ? Même si la réponse se fait dans l’intimité de notre cœur, notre bouche doit être capable de le proclamer. Personnellement, je ne crois pas qu’il est ressuscité. Je sais qu’il l’est car je l’ai rencontré ! C’est peut-être cela que signifie : « vraiment ressuscité ».

 

Afin qu’ensemble nous continuions avec joie et émerveillement de nous laisser dérouter par Dieu, en ce jour de résurrection, voici encore une manière d’être du Christ qui est déroutante et qui nous oblige à renouveler notre intelligence :

 

Jésus se tint au milieu d’eux. Et il leur dit « Paix à vous ». Stupéfaits et saisis de crainte, il leur semblait contempler un esprit. Et il leur dit : « De quoi êtes-vous troublés ? Et pourquoi des incertitudes s’élèvent-elles en vos cœurs ? Voyez mes mains et mes pieds : oui, c’est bien moi. Touchez-moi ; et rendez-vous compte qu’un esprit n’a ni chair ni os comme vous constatez que j’en ai ». Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Comme ils étaient encore incrédules à force de joie et dans l’étonnement, il leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Et ils lui donnèrent un peu de poisson grillé ; et il le prit et mangea en leur présence… Et il les emmena jusque vers Béthanie.

(Luc 24, 36-43.50)

 

Ce n’est pas un Christ désincarné, un ectoplasme pour spirite averti, un esprit ou un fantôme sorti du tombeau, c’est bien un être vivant, avec un corps qui est présent au milieu d’eux… un corps de gloire, certes, mais vraiment un corps vraiment ressuscité.

 

Pensez-vous, que ce soit une activité digne du ressuscité (tel qu’on se l’imagine), de préparer à manger à ses apôtres, et de les inviter à déjeuner(verset 12) ? Pourtant c’est ce qu’il fait sur la plage.

 

Lorsqu’ils furent descendus à terre, [ayant quitté leur barque] ils aperçoivent sur le sol un feu de braise sur lequel il y avait du poisson et du pain… Jésus s’approche, et prend le pain et le leur donne ; et le poisson, de même… Lors donc qu’ils eurent déjeuné…

(Jean 21, 9… 15)

 

Méfions-nous des lectures trop symboliques qui viennent au secours de notre manque de foi. Même si les Pères de l’Église y ont vu de multiples sens, le Christ est bien là sur la plage entrain de faire griller du poisson pour ses apôtres !

Franchement, trouvez-vous que c’est un job de ressuscité ? Notez d’ailleurs que peu ou pas de peintre n’ont saisi ce sujet… tant il est déconcertant, inattendu.

 

Combien de repas Jésus ressuscité a-t-il pris avec ses apôtres ? Les Évangiles ne nous le disent pas. Qu’importe, qu’il en ai pris un ou dix… Un est déjà déconcertant. C’est ce que nous relatent aussi les Actes des Apôtres (1, 4 et 10, 41) : Au cours d’un repas qu’il partageait avec eux ou encore À nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts…

Notons bien, ce n’est pas au cours du repas, mais d’un repas… ce qui laisse supposer qu’il y en a eu plusieurs. A-t-on besoin de supposer d’ailleurs ? Un repas, c’est déjà trop pour nos intelligences qui pensent à un ressuscité de type ascensionnel, lumineux, extatique, — ce qu’il est aussi !

 

Déconcertant ressuscité qui nous dit qu’il va nous préparer une place et qu’il sera avec nous tous les jours jusqu’à la fin du monde…

Le croyons-nous vraiment ?

 

 

En cette septième étape :

 

  • Croyons-nous qu’Il est vraiment ressuscité ? Si nous avons une difficulté à croire, demandons à Jésus, en cette fin de carême de faire grandir en nous la foi.
  • Attachons-nous à lire la Parole de Dieu et à la méditer chaque jour.
  • Pourquoi ne pas continuer le rythme de prière mis en place durant le carême ?

 

 

 

TEXTE DE RÉFLEXION

qui nous emmène déjà vers la Pentecôte

 

 

Dans le doute

 

Lorsque Jésus se rendit présent devant les disciples, il réussit à les convaincre moins en leur montrant son corps qu’en leur insufflant le don qu’il leur faisait.

Comme vous le savez, quand il vint à eux, portes closes, et se tint debout au milieu d’eux, ils furent troublés et effrayés, croyant voir un esprit (Jn 20,26 ; Lc 24, 36-37) ; mais il souffla sur eux et leur dit : Recevez le Saint-Esprit (Jn 20, 22). Puis il leur envoya du ciel le même Esprit, mais par l’effet d’un nouveau don. Ce sont ces dons qui furent pour eux les témoignages et les preuves indubitables de sa résurrection et de son retour à la vie.

C’est l’Esprit en effet qui témoigne, d’abord dans le cœur des saints, puis par leur bouche, que le Christ est la vérité (1 Jn 5, 6), la vraie résurrection et la vie. C’est pourquoi les Apôtres, qui étaient d’abord restés dans le doute même après avoir vu son corps vivant, rendirent témoignage avec une grande force à sa résurrection (Ac 4, 33), lorsqu’ils eurent goûté l’Esprit vivifiant. Il est donc bien plus avantageux de concevoir Jésus dans son cœur que de le voir de ses yeux ou de l’entendre parler.

 

Bx Guerric d’Igny

 

Le bienheureux Guerric (†1157), cistercien, qui fut abbé d’Igny, était le disciple de saint Bernard.

© Magnificat, avril 2012

 

 

 

 

La pensée de la semaine :

 

« Si le Christ n’est pas ressuscité vaine est notre foi…

Nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. »

(Saint Paul aux Corinthiens 1-15, 17.19)

(Source : Monastère Invisible)

 

***********************************************************************************************************

 

 

10:18 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique