logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/02/2012

19/02/2012 : 7ème DIMANCHE DU "TEMPS ORDINAIRE"

Capture d’écran 2012-02-19 à 09.53.21.png
DOMINGO VII DO TEMPO COMUM

 

 

 

I LEITURA

 

Leitura do Livro de Isaías

 

Eis o que diz o Senhor: «Não vos lembreis mais dos acontecimentos passados, não presteis atenção às coisas antigas. Eu vou realizar uma coisa nova, que já começa a aparecer; não o vedes? Vou abrir um caminho no deserto, fazer brotar rios na terra árida. O povo que formei para Mim proclamará os meus louvores. Mas tu não Me chamaste, Jacob, não te preocupaste Comigo, Israel. Pelo contrário, obrigaste-Me a suportar os teus pecados, cansaste-Me com as tuas iniquidades. Sou Eu, sou Eu que, em atenção a Mim, tenho de apagar as tuas transgressões e não mais recordar as tuas faltas». Palavra do Senhor.

 

SALMO RESPONSORIAL

Refrão: Salvai-me, Senhor, porque pequei contra Vós.

 

Feliz daquele que pensa no pobre: no dia da desgraça o Senhor o salvará. O Senhor lhe concederá protecção e vida, fá-lo-á ditoso na terra e não o abandonará ao ódio dos seus inimigos. No leito do sofrimento o Senhor o assistirá e na doença o aliviará.

 

Eu digo: Senhor, tende piedade de mim, curai-me, pois pequei contra Vós. Vós me conservareis são e salvo e em vossa presença me estabelecereis para sempre. Bendito seja o Senhor, Deus de Israel, desde agora e para sempre. Amen.

 

II LEITURA

 

Leitura da Segunda Epístola do apóstolo S. Paulo aos Coríntios

 

Irmãos: Deus é testemunha fi el de que a nossa linguagem convosco não é sim e não. Porque o Filho de Deus, Jesus Cristo, que nós pregámos entre vós - eu, Silvano e Timóteo - não foi sim e não, mas foi sempre um sim. Todas as promessas de Deus são um sim em seu Filho. É por Ele que nós dizemos ‘Amen’ a Deus para sua glória. Quem nos confirma em Cristo - a nós e a vós - é Deus. Foi Ele que nos concedeu a unção, nos marcou com o seu sinal e imprimiu em nossos corações o penhor do Espírito. Palavra do Senhor.

 

EVANGELHO

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo São Marcos

 

Quando Jesus entrou de novo em Cafarnaum e se soube que Ele estava em casa, juntaram-se tantas pessoas que já não cabiam sequer em frente da porta; e Jesus começou a pregar-lhes a palavra. Trouxeram-Lhe um paralítico, transportado por quatro homens; e, como não podiam levá-lo até junto d’Ele, devido à multidão, descobriram o tecto por cima do lugar onde Ele Se encontrava e, feita assim uma abertura, desceram a enxerga em que jazia o paralítico. Ao ver a fé daquela gente, Jesus disse ao paralítico: «Filho, os teus pecados estão perdoados». Estavam ali sentados alguns escribas, que assim discorriam em seus corações: «Porque fala Ele deste modo? Está a blasfemar. Não é só Deus que pode perdoar os pecados?» Jesus, percebendo o que eles estavam a pensar, perguntou-lhes: o Porque pensais assim nos vossos corações? Que é mais fácil? Dizer ao paralítico ‘Os teus pecados estão perdoados’ ou dizer ‘Levanta-te, toma a tua enxerga e anda’? Pois bem. Para saberdes que o Filho do homem tem na terra o poder de perdoar os pecados, ‘Eu to ordeno - disse Ele ao paralítico - levanta-te, toma a tua enxerga e vai para casa’». O homem levantou-se, tomou a enxerga e saiu diante de toda a gente, de modo que todos ficaram maravilhados e glorificavam a Deus, dizendo: «Nunca vimos coisa assim». Palavra da salvação.

 

ORAÇÃO DOS FIÉIS

 

Irmãos: Oremos a Deus nosso Pai, suplicando-Lhe que escute as nossas preces e nos renove para o serviço do seu Reino, dizendo cheios de confiança:

 

R. Abençoai, Senhor, o vosso povo.

 

1. Pelo Papa e pelos bispos a ele unidos, para que Cristo os confirme na verdade e lhes conceda a unção do seu Espírito, oremos, irmãos.

 

2. Pelos que exercem o ministério do perdão, para que o exemplo de Jesus os leve a acolher os pecadores como Ele fazia, oremos, irmãos.

 

3. Pelos responsáveis da política mundial, para que recebam de Deus o grande dom de aproximar os países desavindos, oremos, irmãos.

 

4. Pelos paralíticos e doentes mais profundos, para que junto de cada um esteja um amigo que os sirva com carinho e lhes fale de Jesus, oremos, irmãos.

 

5. Pelos fiéis aqui reunidos em assembleia santa e por aqueles que o Senhor chamou a Si, para que todos tomemos parte no seu reino, oremos, irmãos.

 

OREMOS . Ouvi, Pai de misericórdia, as orações do vosso povo e concedei-lhe,com abundância, os dons que Vos suplica. Por Nosso Senhor.

 

Eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

 

 

7 ème DIMANCHE ORDINAIRE (HOMÉLIE)

 

Qui d’entre nous ignore le passage d’Evangile que nous venons d’entendre ? Dès notre enfance, au catéchisme, et combien de fois depuis, nous avons entendu ce récit pittoresque du paralysé que l’on amène à Jésus en pratiquant une ouverture dans le toit de la maison.

Même si nous la connaissons par cœur, cette belle histoire a toujours quelque chose à nous apprendre, ou du moins à nous rappeler …

Regardons d’abord les personnes présentes : il y en a beaucoup ! Une foule nombreuse remplit la maison où Jésus se tient, si nombreuse que tout le monde ne peut tenir à l’intérieur : les gens se pressent même à l’extérieur et bouchent le passage. Mais dans cette foule, quelques figures se détachent : Jésus, d’abord, bien sûr ! C’est pour l’entendre et le voir que tout ce monde est venu ; il y a aussi des scribes, (des gens instruits en matière de religion !) Ils jouent un rôle, malgré eux, dans l’événement. Et puis ce fameux groupe de 5 hommes : le paralysé et ses 4 amis qui le portent et ont l’audace de s’attaquer à la terrasse : beaucoup de monde, donc. Mais 2 personnages dominent le récit : Jésus et le paralysé.

Au début de l’histoire, que fait Jésus : St Marc nous le dit : après sa tournée à travers la Galilée, il est revenu à Capharnaüm (sur les bords du lac, là-même où s’était déroulée la « Journée de Capharnaüm », dont nous avons parlé dernièrement. Il est « à la maison », sans doute la même que précédemment : celle de Simon-Pierre, et là, il « annonçait la Parole ». Il n’est pas là pour faire des guérisons ni chasser des esprits mauvais, non ! il est là pour faire ce qui est la raison principale de toute son activité . Il annonçait « la Parole » : quelle « parole » ? Aux yeux de St Marc comme de jésus, il ne peut y en avoir qu’une : la Parole, au singulier et avec un P majuscule : la PAROLE DE DIEU.

Et on l’écoute attentivement ! Que disait cette Parole ? Comme d’habitude, St Marc est plus que discret : il n’en dit rien ! Ce n’est pas ce qui motive son récit… En effet, voici que se produit quelque chose d’insolite : les auditeurs entendent comme un grattement au-dessus de leur tête, et voici que tombent sur eux des cailloux, des brins de paille peut-être : pas de doute, « on » est en train de percer un trou dans le toit ! Ils sont intrigués, peut-être effrayés, surtout quand ils réalisent ce qui arrive : 4 hommes, là-haut, tentent de faire passer par ce trou un brancard sur lequel gît un homme paralysé. Mais Jésus n’a qu’une réaction : ce qu’il voit, ce n’est pas le toupet de ces gens, mais leur foi, et il admire cette foi : « Mon fils, tes péchés sont pardonnés ! »… Surprise de tous : les auditeurs, les scribes, les compagnons du malade et le malade lui-même… tous sont stupéfaits, pour des raisons différentes, à commencer par le malade, qui n’était pas venu pour cela : ce qu’il attendait, c’était un miracle, que ce Jésus le remette debout… Le pardon de ses péchés, il n’y pensait même pas ! Mais Jésus, lui, y pense… « Tes péchés sont pardonnés » ; il ne dit pas « Je (moi, Jésus) te pardonne », mais bien « tes péchés sont pardonnés » , sous-entendu : « par Dieu », qui seul peut faire cela, comme vont le dire les scribes, qui perçoivent bien, eux, le sens caché des mots : ils comprennent que c’est bien Jésus qui pardonne, usurpant, en quelque sorte, le nom de Dieu… Ce que Jésus confirme en manifestant sa puissance divine : « Afin que vous sachiez que le Fils de l’Homme a le pouvoir de pardonner les péchés… » dit-il. Il ne dit pas : « Afin que vous sachiez que j’ai le pouvoir… », mais il se désigne comme « Fils de l’Homme », tournure mystérieuse, qu’il emploiera souvent pour parler de lui-même. Le miracle se produit donc, celui-là même que le paralysé et ses amis étaient venus chercher… mais il ne vient que comme une confirmation du pouvoir qu’a Jésus de remettre les péchés.

Conclusion de tout cela : pour Jésus, le péché est une maladie bien plus grave que toutes les maladies corporelles et psychiques. La Bonne Nouvelle, la Parole qu’il annonce, c’est cela : le péché est la plus terrible des maladies, mais si l’on a la foi, Dieu nous les pardonne tous , grâce à son Fils et par son Fils qui a « répandu son sang pour la rémission des péchés ».

De nos jours, on ne croit plus guère au péché…même les bons chrétiens, même ceux qui jadis se confessaient régulièrement, n’y prêtent plus, ou presque plus, attention. Le CARÊME, qui va commencer mercredi prochain, sera l’occasion de re-découvrir, s’il en est besoin, que nous sommes pécheurs. Et nous redirons à Marie : « Priez pour nous, pauvres pécheurs ! ».

AMEN

Père Gabriel JEUGE, Maison de "Nazareth" - ORLÉANS - 19/02/2012

 

rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

 


 

 

 

 

10:00 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique