logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/12/2011

NATAL FELIZ!

 

SANTO NATAL.jpg

 

DOMINGO DE NATAL


 

LEITURA I


 

Leitura do livro de isaías

 

Como são belos sobre os montes os pés do mensageiro que anuncia a paz, que traz a boa nova, que proclama a salvação e diz a Sião: «O teu Deus é Rei». Eis o grito das tuas sentinelas que levantam a voz. Todas juntas soltam brados de alegria, porque vêem com os próprios olhos o Senhor que volta para Sião. Rompei todas em brados de alegria, ruínas de Jerusalém, porque o Senhor consola o seu povo, resgata Jerusalém. O Senhor descobre o seu santo braço à vista de todas as nações e todos os confi ns da terra verão a salvação do nosso Deus. Palavra do Senhor.


 

SALMO RESPONSORIAL


 

Refrão: Todos os confins da terra viram a salvação do nosso Deus.

 

Cantai ao Senhor um cântico novo pelas maravilhas que Ele operou. A sua mão e o seu santo braço Lhe deram a vitória.

 

 

O Senhor deu a conhecer a salvação, revelou aos olhos das nações a sua justiça. Recordou-Se da sua bondade e fi delidade em favor da casa de Israel.

 

 

Os confins da terra puderam ver a salvação do nosso Deus. Aclamai o Senhor, terra inteira, exultai de alegria e cantai.

 

Cantai ao Senhor ao som da cítara, aclamai o Senhor, nosso Rei.

 

LEITURA II

 

Leitura da Epístola aos Hebreus

 

Muitas vezes e de muitos modos falou Deus antigamente aos nossos pais, pelos Profetas. Nestes dias, que são os últimos, falou-nos por seu Filho, a quem fez herdeiro de todas as coisas e pelo qual também criou o universo. Sendo o Filho esplendor da sua glória e imagem da sua substância, tudo sustenta com a sua palavra poderosa. Depois de ter realizado a purificação dos pecados, sentou-Se à direita da Majestade no alto dos Céus e ficou tanto acima dos Anjos quanto mais sublime que o deles é o nome que recebeu em herança. A qual dos Anjos, com efeito, disse Deus alguma vez: «Tu és meu Filho, Eu hoje Te gerei»? E ainda: «Eu serei para Ele um Pai e Ele será para Mim um Filho»? E de novo, quando introduziu no mundo o seu Primogénito, disse: «Adorem-n’O todos os Anjos de Deus». Palavra do Senhor.

 

 

EVANGELHO

 

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo São João

 

 

No princípio era o Verbo e o Verbo estava com Deus e o Verbo era Deus.

No princípio, Ele estava com Deus. Tudo se fez por meio d’Ele e sem Ele nada foi feito. N’Ele estava a vida e a vida era a luz dos homens. A luz brilha nas trevas e as trevas não a receberam. O Verbo era a luz verdadeira, que, vindo ao mundo, ilumina todo o homem. Estava no mundo e o mundo, que foi feito por Ele, não O conheceu. Veio para o que era seu e os seus não O receberam. Mas, àqueles que O receberam e acreditaram no seu nome, deu-lhes o poder de se tornarem filhos de Deus. Estes não nasceram do sangue, nem da vontade da carne, nem da vontade do homem, mas de Deus. E o Verbo fez-Se carne e habitou entre nós. Nós vimos a sua glória, glória que Lhe vem do Pai como Filho Unigénito, cheio de graça e de verdade. Palavra da salvação.

 

Oração dos Fiéis

 

Irmãos caríssimos: Neste dia de festa e de alegria em que se manifestou ao mundo inteiro a bondade do nosso Salvador, supliquemos ao Pai que está nos céus que nos dê a sua paz e a vida eterna, dizendo cheios de confiança:

 

R. Ouvi-nos, Senhor.

 

1. Pelas Igrejas do Oriente e do Ocidente, para que revelem e anunciem em toda a parte que Jesus é o Verba eterno de Deus Pai, oremos ao Senhor.

 

2. Por todos os responsáveis das nações, para que unam os seus esforços e vontades em favor da paz e do progresso em toda a terra, oremos ao Senhor.

 

3. Pelos estrangeiros que moram entre nós, para que sejam respeitados na sua dignidade e encontrem mãos amigas que os acolham, oremos ao Senhor.

 

4. Pelos pais que vivem na tristeza e pelos filhos que cresceram sem amor,

para que Deus lhes dê a paz e a alegria, oremos ao Senhor.

 

5. Por todos nós que celebramos o Natal, para que Jesus nos guarde em sua graça e nos torne mais atentos uns aos outros, oremos ao Senhor.

 

OREMOS - Senhor nosso Deus, que nos enviastes o vosso amado Filho para trazer ao mundo a luz do Céu, dai a cada homem a certeza de Vos conhecer e de acolher o Salvador como penhor e primícias da vida eterna. Ele que é Deus convosco na unidade do Espírito Santo.

 

**************************************************************

 

HOMÉLIE DE NOËL 2011


 

 

C’est Noël ! En ce jour, tout nous invite à la joie… Mais notre cœur n’est peut-être pas tellement porté à la joie en ce jour ; nous pensons peut-être avec nostalgie aux Noëls d’autrefois, à ceux que nous avons vécus jadis, dans notre enfance, et plus tard dans notre propre famille, cette famille que nous avions fondée et qui rassemblait en ce jour parents, enfants, amis, autour de la crèche, du sapin de Noël et d’une bonne table, après la Messe de Minuit…

Chers amis, les temps ont changé, pour nous tous… Mais l’heure n’est pas à la nostalgie : aujourd’hui, c’est Noël… et Noël n’est pas une simple évocation de la crèche, mais un événement actuel : certes, Jésus est né historiquement, dans les conditions que nous savons, mais il n’est pas né pour demeurer éternellement dans une crèche (ceux et celles qui ont eu la joie de mettre au monde des enfants savent bien qu’ils n’envisageaient pas du tout que ces enfants seraient pour toujours des bébés : au contraire, ils imaginaient pour eux un avenir de rêve !) Eh bien ! Jésus n’est pas, aujourd’hui, l’Enfant de la crèche : il est, comme l’annonçaient les Prophètes, l’EMMANUEL, ce qui signifie « Dieu-avec-nous »… Fêter Noël comme il se doit, ce n’est donc pas seulement, ni même principalement, contempler le bébé de Bethléem, mais bien chercher à rencontrer ce même Jésus, là où il se trouve aujourd’hui-même : il est « au ciel, assis à la droite du Père », certes… mais il est aussi avec nous, caché à nos yeux de chair, mais vraiment avec nous… Et nous serons dans l’esprit de Noël si nous parvenons à rencontrer Jésus vivant aujourd’hui, et à vivre avec Lui la merveilleuse amitié qu’il nous propose,à chacun à chacune, d’entre nous, et à recevoir les dons de sa grâce…

« Tout cela est bien beau ! » direz-vous peut-être, « mais vivre avec quelqu’un qu’on ne voit pas, qu’on n’entend pas, qu’on ne sent pas, dont on ne sait que si peu de choses… ce n’est pas très, très enthousiasmant ! »

C’est vrai, ce n’est pas toujours facile, mais ce n’est pas impossible, « car rien n’est impossible à Dieu »… Aujourd’hui, regardons la crèche, et contemplons-la comme la contemplait St François d’Assise, l’inventeur des crèches, dit-on… Fixons notre regard sur l’essentiel : Marie, Joseph, l’Enfant = Marie qui non seulement enfante, mais qui médite en son cœur tout ce qui se passe… Joseph, qui ne comprend sans doute pas grand-chose, sinon que c’est à cause de lui que cette naissance se passe en de si étranges conditions : c’est lui qui, étant de la lignée de David, a dû venir de Nazareth à Bethléem pour le fameux recensement voulu par le pouvoir romain… Et que dire de ce Bébé ? Sinon qu’il est comme tous les petits d’homme à leur naissance… Et l’ensemble, en dépit de tout le merveilleux dont l’a orné St Luc, n’était pas très reluisant : ce qui se remarque le plus, c’est l’extrême banalité de l’événement, qui à elle seule est le signe de l’abaissement de notre Dieu… Non seulement, il s’est fait homme, ce qui était déjà un véritable anéantissement… Mais il est né (apparemment par hasard, mais pour Dieu, y a-t-il du hasard ?) dans le plus extrême dénuement : dans une étable… et couché dans une mangeoire d’animaux, avec pour premiers adorateurs, de pauvres bergers, personnages méprisés par les Juifs, car incapables d’observer le Sabbat !... Oui, fixons notre regard sur la crèche, mais que la crèche nous serve de tremplin pour voir au-delà : pour voir le grand dessein d’amour de Dieu pour tous les hommes, avec une préférence pour les plus petits, les exclus, les marginaux…Les crèches de notre temps, ce ne sont pas d’abord celles de nos églises, mais tous les lieux où naissent, vivent et meurent trop souvent, des enfants de pauvres… Là nous pouvons trouver Jésus !

Mais soyons réalistes : nous ne pouvons pas nous rendre vers ces « crèches » actuelles ; ce que nous pouvons, c’est y penser, c’est venir en aide si nous le pouvons, c’est prier pour ces pauvres et pour que soient nombreux ceux et celles qui se dévouent à leur cause !

Alors, si nous vivons Noël ainsi, nous connaîtrons la joie annoncée par Isaïe et chantée par la « troupe céleste innombrable qui louait Dieu » selon la vision de St Luc, en chantant, nous aussi : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ! » Amen !

Père Gabriel JEUGE, "Nazareth" Noël 2011

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

10:27 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique