logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/11/2011

LE CHRIST, ROI DE L'UNIVERS

 

Nosso Senhor Jesus Cristo, Rei do universo

 

I LEITURA

 

Leitura da Profecia de Ezequiel

 

Eis o que diz o Senhor Deus: «Eu próprio irei em busca das minhas ovelhas e hei-de encontrá-las. Como o pastor vigia o seu rebanho, quando estiver no meio das ovelhas que andavam tresmalhadas, assim Eu guardarei as minhas ovelhas, para as tirar de todos os sítios em que se desgarraram num dia de nevoeiro e de trevas. Eu apascentarei as minhas ovelhas, Eu as levarei a repousar, diz o Senhor Deus. Hei-de procurar a que anda perdida e reconduzir a que anda tresmalhada. Tratarei a que estiver ferida, darei vigor à que andar enfraquecida e velarei pela gorda e vigorosa. Hei-de apascentá-las com justiça. Quanto a vós, meu rebanho, assim fala o Senhor Deus: Hei-de fazer justiça entre ovelhas e ovelhas, entre carneiros e cabritos». Palavra do Senhor.

 

SALMO RESPONSORIAL

 

Refrão: O Senhor é meu pastor: nada me faltará.

 

O Senhor é meu pastor: nada me falta. Leva-me a descansarem verdes prados, conduz-me às águas refrescantes e reconforta a minha alma.

 

Ele me guia por sendas direitas, por amor do seu nome. Ainda que tenha de andar por vales tenebrosos não temerei nenhum mal, porque Vós estais comigo.

 

Para mim preparais a mesa à vista dos meus adversários; com óleo me perfumais a cabeça e o meu cálice transborda.

 

A bondade e a graça hão-de acompanhar-me todos os dias da minha vida, e habitarei na casa do Senhor para todo o sempre.

 

EVANGELHO

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo S. Mateus

 

Naquele tempo, disse Jesus aos seus discípulos: «Quando o Filho do homem vier na sua glória com todos os seus Anjos, sentar-Se-á no seu trono glorioso. Todas as nações se reunirão na sua presença e Ele separará uns dos outros, como o pastor separa as ovelhas dos cabritos; e colocará as ovelhas à sua direita e os cabritos à sua esquerda. Então o Rei dirá aos quê, estiverem à sua direita: ‘Vinde, benditos de meu Pai; recebei como herança o reino que vos está preparado desde a criação do mundo. Porque tive fome e destes-Me de comer; tive sede é destes-Me de beber; era peregrino e Me recolhestes; não tinha roupa e Me vestistes; estive doente e viestes visitar-Me; estava na prisão e fostes ver-Me’. Então os justos Lhe dirão: ‘Senhor... quando é que Te vimos com fome e Te demos de comer, ou, com sede e Te demos de beber? Quando é que Te vimos peregrino e Te recolhemos, ou sem roupa e Te vestimos? Quando é que Te vimos doente ou na prisão e Te fomos ver?’. E o Rei lhes responderá: ‘Em verdade vos digo: Quantas vezes o fi zestes a um dos meus irmãos mais pequeninos, a Mim o fizestes’. Dirá então aos que estiverem à sua esquerda: ‘Afastai-vos de Mim, malditos, para o fogo eterno, preparado para o Diabo e os seus anjos. Porque tive fome e não Me destes de comer; tive sede e não Me destes de beber; era peregrino e não Me recolhestes; estava sem roupa e não Me vestistes; estive doente e na prisão e não Me fostes visitar’. Então também eles Lhe hão-de perguntar: ‘Senhor, quando é que Te vimos com fome ou com sede, peregrino ou sem roupa, doente ou na prisão, e não Te prestámos assistência?’ E Ele lhes responderá: ‘Em verdade vos digo: Quantas vezes o deixastes de fazer a um dos meus irmãos mais pequeninos, também a Mim o deixastes de fazer’. Estes irão para o suplício eterno e os justos para a vida eterna». Palavra da salvação.

 

ORAÇÃO DOS FIÉIS

 

Irmãos: Na oração universal colocamo-nos ao serviço de todos os homens, em particular dos mais pobres, que têm um lugar privilegiado no coração do Pai. Invoquêmo-1’O, por Cristo, Rei do Universo, a quem Deus submeteu todas as coisas, dizendo:

 

R. Senhor, venha a nós o vosso reino.

 

1. Pela santa Igreja e por todos os seus filhos, pelos pobres e por aqueles que os assistem na fome, na doença ou na prisão, oremos ao Senhor.

 

2. Pelos bispos, presbíteros e diáconos e por todos os que, imitando o Bom Pastor, orientam os fiéis para o seu Reino, oremos ao Senhor.

 

3. Pelos doentes, oprimidos, prisioneiros e condenados, pelos moribundos e pelos defuntos, e por todos os que esperam ver despontar a salvação, oremos ao Senhor.

 

4. Pelos que vêem Cristo em cada homem, pelos servidores dos que mais sofrem e pelos que têm fome e sede de justiça, oremos ao Senhor.

 

5. Pelos fiéis que vivem à luz do Evangelho, pelos que nunca o descobriram nem viveram

e por aqueles que por ele dão a própria vida, oremos ao Senhor.

 

OREMOS. Senhor nosso Deus, que nos enviastes o vosso Filho não para condenar mas para salvar todos os homens, dai-nos a graça de O reconhecer nos mais pobres e desprezados deste mundo, para que, quando Ele vier na sua glória, nos convide a tomar parte no seu Reino. Ele que é Deus convosco na unidade do Espírito Santo.

 

_____________________________________________________________________________

Homélie de la fête du Christ Roi

 

 

 

 

En lisant cet évangile, j’ai d’abord pensé à cette pièce de théâtre jouée à Paris qui a fait la une des médias ces dernières semaines. On y voit le visage du Christ profané d’une manière absolument inacceptable. Des groupes d’indignés se sont organisés pour protester. Ils ne pouvaient supporter que l’on tourne en dérision Celui qui donne sens à notre vie. Nous chrétiens, nous souffrons tous de ces atteintes répétées à notre foi de baptisés.

 

Mais regardons notre vie et celle de notre monde à la lumière de l’évangile que nous venons d’écoute. Le Christ bafoué, dénigré et rejeté c’est tous les jours qu’on le voit. C’est tous les jours qu’il subit des traitements intolérables dans certaines entreprises et autres lieux de travail. Il est présent en celui qui n’en peut plus d’être harcelé et accablé. C’est tous les jours qu’il est jeté à la rue. L’évangile de ce dimanche nous invite à le reconnaître à travers celui qui meurt de faim, de froid et surtout de manque d’amour. Jésus est tellement proche de ces petits qu’il s’identifie à eux.

 

Ces jours-ci, les médias nous ont parlé des jeunes de plus en plus nombreux qui sombrent dans la précarité. Beaucoup se sont résignés à frapper à la porte du Secours Catholique. Une étude montre qu’ils représentent la catégorie la plus pauvre de la société. Leur situation est accentuée par les effets de la crise. La principale cause de cette pauvreté chez les jeunes est avant tout la difficulté de trouver un emploi ; cela les empêche de trouver leur autonomie. A travers eux, c’est encore le Christ qui est bafoué et rejeté. On s’est mobilisé contre une pièce de théâtre. Aurons-nous le courage de nous lever pour agir contre cette exclusion ?

 

En ce dimanche 20 novembre, nous fêtons le Christ Roi de l’univers. Il n’est pas un roi à la manière des grands de ce monde. Ces derniers cherchent à imposer leur pouvoir et leur autorité. La royauté du Christ c’est celle du berger qui se consacre entièrement à chacune de ses brebis. Il est tellement proche des petits qu’il se reconnaît en chacun d’eux. C’est à la manière dont nous les aurons accueillis que nous serons jugés. Le tri sera le résultat du choix que nous aurons fait durant notre vie. Le Seigneur nous rappellera qu’il était présent à travers les exclus qui se sont trouvés sur notre route.

 

En ce dimanche, c’est aussi la journée du Secours Catholique. C’est une journée de prière, de réflexion et de partage. En nous engageant aux côté de cette association, nous participons d’une manière plus efficace à la lutte contre la pauvreté. C’est important car il est urgent de bâtir ensemble ce Royaume de justice et de paix voulu par Jésus. En cette période de crise, notre critère ne doit pas être le « chacun pour soi » mais le partage et la solidarité. Le Royaume de Dieu c’est celui de l’amour et de la fraternité. Le seul critère de séparation qui y subsiste, c’est l’amour des petits. D’un côté, il y aura ceux qui auront aimé et de l’autre ceux qui ne l’ont pas fait.

 

« J’ai eu faim… » nous dit Jésus. Oui, bien sûr, chacun pense à la faim matérielle. Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants vivent chaque jour avec la faim au ventre. Le Secours Catholique et d’autres organismes ne cessent de nous le rappeler. Et même dans nos villages tranquilles, nous pouvons découvrir des personnes qui n’ont rien à manger. Mais en même temps, nous ne devons pas oublier ceux qui ont faim d’amitié, faim d’être reconnus et considérés, faim de justice et de paix. A travers eux, c’est le Christ qui est là.

 

« J’étais un étranger… » Nous pensons tous aux immigrés, aux sans papier. Beaucoup vivent une situation dramatique. Mais il y a d’autres manières de devenir étranger à l’autre. C’est ce qui arrive quand des couples se déchirent, ou encore dans les conflits de voisinage ou sur les lieux de travail. A travers l’étranger, c’est le Seigneur que nous ne savons pas toujours reconnaître. C’est lui que nous accueillons ou que nous rejetons.

 

« J’étais prisonnier… » Nous pensons à ceux qui sont en prison à cause de leurs actes ; nous n’oublions pas les otages qui sont retenus loin de chez eux contre leur grés. Mais on peut aussi être prisonniers de diverses autres manières. Beaucoup sont enfermés dans leur réputation. On ne leur laisse aucune chance. D’autres sont prisonniers de l’alcool, de la drogue ou de leurs mauvaises habitudes. En général, on évite de les fréquenter. Et pourtant, à travers eux, c’est encore et toujours le Christ qui est là. Comme pour Caïn dans le livre de la Genèse, il nous demandera : « Qu’as-tu fait de ton frère ? »

 

C’est exclusivement sur l’amour que nous serons jugés. Mais ce jugement, ce n’est pas seulement pour plus tard, pour après notre mort. C’est maintenant que nous accueillons ou que nous refusons d’accueillir le Christ. Dieu n’aura pas à juger les hommes. Ils se seront eux-mêmes jugés tout au long de leur vie en accueillant ou en refusant son Royaume d’amour. Dieu n’aura rien d’autre à faire qu’à dévoiler ce qui était caché en chacune de leurs journées.

 

Dans l’eucharistie que nous célébrons chaque dimanche, nous apprenons à te reconnaître, Seigneur reconnaître dans la Parole et le Pain de Vie. Apprends-nous aussi à te reconnaître dans les pauvres. C’est auprès d’eux que nous sommes renvoyés si nous voulons te rencontrer. Nous te supplions : « Toi qui es Lumière, toi qui es l’amour, mets dans nos ténèbres ton Esprit d’Amour ». Amen

Abbé Jean Compazieu

 

**********************************************************************************************************

 

 

 

09:54 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique