logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/11/2011

APPARITIONS DE LA VIERGE MARIE EN FRANCE

LA SALETTE EN HIVER.jpg

 

Apparitions de la Vierge Marie

 

 

L’histoire.

 

Louis XIII et la reine Anne d’Autriche n’arrivaient pas à avoir d’enfant. Après 23 ans de mariage, la reine tombe enceinte. Alors qu’elle en est à son deuxième mois, en remerciement pour cette grossesse inespérée, le roi consacre la France à la Vierge Marie. Sept mois plus tard naît le futur Louis XIV. Le 15 août - jour de la fête de l’Assomption de Marie au ciel - devint aussi à cette occasion la fête nationale. Le chiffre On recense plus de 2000 apparitions de la Vierge Marie dans le monde ! (Dictionnaire des apparitions, abbé Laurentin) Quatorze seulement sont officiellement reconnues par l’Église. Marie et la France Sur les quatorze apparitions officielles de la Vierge Marie dans le monde, cinq ont eu lieu en France ! Le but de ces apparitions est d’aider chacun à approfondir le mystère de l’amour du Christ. Retour sur une longue histoire d’amour entre Marie et la France.

 

La date : Le 8 décembre, c’est la fête de l’Immaculée Conception de Marie, dans le monde entier.

 

 

Pontmain (Mayenne). Le 17 janvier 1871, pendant la guerre contre la Prusse, la Vierge apparaît à quatre enfants. Elle porte une robe bleue parsemée d’étoiles. Une banderole s’inscrit autour d’elle : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon fils se laisse toucher. » Tout le village est autour des enfants et prie pour la paix. Ce soir-là, les Prussiens sont aux portes de Laval mais ne prennent pas la ville. L’armistice est signé huit jours plus tard. ( www.sanctuaire-pontmain.com )

 

Lourdes (Pyrénées). Le 11 février 1858, Bernadette Soubirous voit une belle dame dans une grotte, alors qu’elle ramasse du bois : « J’aperçus une dame vêtue de blanc : elle portait une robe blanche, un voile blanc également, une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied. » C’est la première des dix-huit apparitions dont elle bénéficie. La Vierge lui sourit et lui demande, en particulier, de prier beaucoup pour les pécheurs : « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! », lui dit-elle. (www.lourdes-france.org)

La Salette (Isère ). Le 19 septembre 1846, Mélanie et Maximin, deux jeunes bergers, gardent leur troupeau lorsqu’ils voient une dame en train de pleurer. Elle porte sur sa poitrine un crucifix. La lumière qu’il dégage les enveloppe tous les trois. Il est entouré d’un marteau et de tenailles. Elle a sur les épaules une lourde chaîne et des roses. Elle leur transmet un message d’affliction devant le monde qui oublie son Fils, en particulier en n’allant pas à la messe le dimanche. (lasalette.cef.fr)

 

Le Laus (Alpes de Haute-Provence. La Vierge apparaît à une bergère de 17 ans, Benoîte Rencurel, pour la première fois en mai 1664 puis plusieurs centaines de fois jusqu’à sa mort, en 1718. La jeune fille décrit une « belle dame au visage resplendissant tenant un enfant par la main et portant une couronne ». Marie demande à Benoîte de beaucoup prier pour les pécheurs. Le sanctuaire du Laus est un lieu privilégié pour la réconciliation. www.sanctuaire-notredamedulaus.com

 

La rue du Bac (Paris). En juillet, novembre et décembre 1830, Marie apparaît trois fois à Catherine Labouré, une Fille de la Charité de 24 ans. La jeune religieuse dira que sa figure est « si belle qu’il me serait impossible de dire sa beauté. Elle avait une robe de soie, blanc aurore ». Il sort de ses mains, comme par faisceaux, des rayons de lumière. Elle entend une voix qui lui dit : « Ces rayons sont le symbole des grâces que Marie obtient aux hommes. » Autour de la Vierge, Catherine peut lire : « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. » Marie lui demande de faire frapper une médaille portant cette inscription. Quand éclate, à Paris, en février 1832, une terrible épidémie de choléra, qui va faire plus de 20 000 morts, les Filles de la Charité commencent à distribuer les premières médailles. Les guérisons se multiplient, comme les protections et les conversions. C’est un raz-de-marée. Le peuple de Paris appelle la médaille « miraculeuse ». Elle est connue dans le monde entier. (www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com) DOSSIER

 

 

Le mystère des origines de la Vierge Marie

 

Question de foi. Le 8 décembre 1854, le Pape Pie IX proclame que la Mère de Dieu a été préservée du mal depuis le premier instant de sa conception. Elle est l’Immaculée Conception. Ce dogme est-il une invention du Pape ?

 

Enquête.

 

1 « Immaculée Conception » : que signifie ce terme très compliqué ?

Il signifie que la Vierge Marie a été préservée du péché originel, qui touche tous les hommes à leur naissance depuis Adam et Ève. Marie, au contraire, est « immaculée » depuis sa conception : littéralement, cela signifie qu’elle est « sans tache », c’est-à-dire qu’il n’y a pas de trace du mal en elle.

 

2 En réalité, vous faites de la Vierge une divinité.

Marie n’est pas une déesse ! Cependant, elle n’est pas non plus tout à fait une femme comme les autres : elle est celle qui a été choisie par Dieu pour être la mère de son Fils. Il paraît donc assez logique qu’il ait voulu qu’elle soit parfaitement pure, pour être totalement disponible à sa présence dans sa vie, son coeur, et son corps. Marie exprime cette totale disponibilité à Dieu, dans la phrase qu’elle répond à l’ange Gabriel, venu lui annoncer qu’elle sera la mère du Sauveur : « Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole. » (Luc 1, 38).

 

3 Encore un dogme de l’Église dont on ne retrouve aucune trace dans les Écritures.

Il est vrai que la Bible ne parle pas de l’Immaculée Conception directement. Cependant, comme tous les dogmes, cette idée n’est pas sortie de la tête du Pape ! Dans la Bible, plusieurs passages de l’Ancien Testament évoquent une femme « immaculée » victorieuse du mal. Dans le Nouveau Testament, l’ange Gabriel s’adresse à elle en lui disant : « Réjouis-toi, comblée de grâce ! » Cela signifie que Marie est totalement remplie par la vie de Dieu : il n’y a pas de place pour le mal en elle. Par ailleurs, la croyance en la conception immaculée de Marie est ancrée dans la foi populaire depuis les premiers chrétiens. C’est le peuple qui a le premier commencé à croire à cette conception « sans tache » de Marie. L’Église n’a fait que suivre cette dévotion du peuple.

 

4 Je ne comprends pas du coup comment est arrivé le dogme.

Il est né de la rencontre entre cette puissante foi populaire et la réflexion des théologiens. Cela s’est réalisé très progressivement, au cours des siècles. Dès le IIe siècle, les Pères de l’Eglise saint Justin et saint Irénée de Lyon, exaltent la sainteté de Marie. Puis, à partir du VIIe siècle, les églises d’Orient célèbrent la conception de Marie le 8 décembre. Et elle commence à être célébrée en Occident à partir du XIe siècle. Au Moyen-âge, cette foi du peuple est développée par les théologiens. Ce sont les franciscains en particulier qui s’appliquent le plus à démontrer la conception immaculée de Marie, au début du XIVe siècle. Simultanément à cette réflexion théologique très poussée, la fête continue de se répandre dans l’Église, progressivement, par les monastères et les ordres religieux, qui l’inscrivent à leur calendrier. En 1439, le concile de Bâle définit le dogme de l’Immaculée Conception de Marie. Mais ce concile est déclaré invalide et ses décisions irrecevables. Il faudra attendre 1854 pour que le dogme soit enfin proclamé officiellement par le Pape Pie IX.

 

5 Quel rapport avec les apparitions de la rue du Bac et de Lourdes ?

Vingt-quatre ans avant le dogme, la Vierge se présente comme « conçue sans péché » à Catherine Labouré, rue du Bac, à Paris. Et quatre ans après le dogme, elle apparaît à Bernadette, à Lourdes, en se présentant comme «l’Immaculée Conception» (cf encadré), confirmant la décision de l’Église. Il y a ainsi une grande part de merveilleux dans ce dogme. On voit donc bien comment peu à peu la foi de l’Église se précise, se construit à partir des Écritures saintes, de la foi populaire, la réflexion théologique, les révélations divines et la décision finale du Pape, après consultation des évêques. L’Église tout entière croit déjà en l’Immaculée Conception quand le Pape en proclame le dogme : il ne fait en réalité que suivre et confirmer la foi des croyants. Il n’impose rien.

 

UNE MYSTÉRIEUSE PROPHÉTIE...

Paris, 1830. La Vierge apparaît à la jeune Catherine Labouré, Fille de la charité, dans la chapelle de sa communauté, rue du Bac. Elle lui demande de faire graver une médaille et d’y inscrire: « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. » Marie se présente donc comme l’Immaculée Conception, vingt-quatre ans avant le dogme.

 

... ET SA CONFIRMATION

Lourdes, 1858. Bernadette demande à la « dame » qui lui apparaît dans la grotte son nom.Celle-ci répond dans en patois : « Que soy era immaculada councepciou » (« Je suis l’Immaculée Conception »). Bernadette répète, sans la comprendre, la phrase au curé, bouleversé. La Vierge venait de confirmer elle-même le dogme de l’Immaculée Conception, proclamé quatre ans plus tôt par Pie IX.

 

***************************************************************************

 

10:28 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique