logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/10/2011

ASSISE 2011

 

ASSISE.BASILIQUE.jpg
ASSISE . Basilique St François

 

Assise 2011, en communion avec des "milliards" d'artisans de paix

 

Benoît XVI remercie les différentes délégations

 

ROME, vendredi 28 octobre 2011 (ZENIT.org) – La rencontre d’Assise est représentative "des milliards d’hommes et de femmes" qui promeuvent activement dans le monde la justice et de la paix, a fait observer Benoît XVI au lendemain de la « Journée de réflexion, de dialogue et de prière pour la justice et la paix dans le monde », jeudi, 25 ans après la première rencontre autour de Jean-Paul II. Et le « pèlerinage » achevé, le « voyage » continue, a affirmé le pape.

 

Les pionniers du dialogue

Les quelque 300 représentants des religions et des philosophies du monde pour la paix ont achevé ce vendredi leur « triduum » qui avait débuté par l’audience de mercredi matin, en la salle Paul VI du Vatican : une liturgie de la Parole et une prière d’intercession pour la paix dans le monde.

 

Ils ont été reçus ce vendredi matin en la salle Clémentine du Vatican par Benoît XVI lors d’une audience que Radio Vatican qualifie « d’amicale » et même de « fraternelle ». En fin de matinée, un déjeuner a été offert aux délégations par le cardinal secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone.

 

Ce matin, le pape a élargi l’horizon de la rencontre aux dimensions du monde: « Dans un certain sens, a fait observer Benoît XVI, cette rencontre est représentative des milliards d’hommes et de femmes qui, dans le monde entier, s’engagent activement pour la promotion de la justice et de la paix. C’est aussi le signe de l’amitié et de la fraternité qui a fleuri comme le fruit des efforts de tant de pionniers dans ce dialogue. Puisse cette amitié continuer à grandir entre tous les disciples des religions du monde et avec les hommes et les femmes de bonne volonté ».

 

Chemin de l’esprit, chemin de paix

Le pape a remercié particulièrement les autres chrétiens de leur « présence fraternelle », et les représentants du judaïsme – « particulièrement proches » - , les « illustres représentants des religions du monde », et ceux qui « ne suivent aucune tradition religieuse mais sont à la recherche de la vérité » et qui ont « voulu partager ce pèlerinage », pour manifester leur volonté de collaborer à la construction « d’un monde meilleur ».

 

Benoît XVI a rendu hommage à l’initiative du bienheureux Jean-Paul II et à sa « clairvoyance » ainsi qu’à ses interlocuteurs d’il y a 25 ans, « attentifs à accueillir » sa proposition, dans un monde inquiet. En 1986, la rencontre d’Assise a manifesté « le besoin d’hommes et de femmes de différentes religions de témoigner ensemble que le chemin de l’esprit est toujours un chemin de paix ».

 

C’est ainsi qu’Assise a pu devenir « la maison commune de qui est convaincu que la foi rime avec la paix et les valeurs, et non avec la haine et les préjugés ».

 

Une harmonie quotidienne

Pour le pape, des rencontres de cette nature sont forcément « exceptionnelles et peu fréquentes », mais elles n’en sont pas moins une « expression vivante du fait que chaque jour, dans notre monde, des personnes de traditions religieuses différentes vivent et travaillent ensemble en harmonie ».

 

« Il est certainement significatif pour la cause de la paix, a ajouté le pape, que tant d’hommes et de femmes, inspirés par leurs convictions les plus profondes, s’engagent à travailler au bien de la famille humaine ».

 

Pour Benoît XVI, la rencontre d’Assise a manifesté un désir commun et « authentique » de « contribuer au bien de tous les êtres humains », qui doit être partagé avec d’autres.

 

Avant de quitter Assise, jeudi soir, Benoît XVI a souligné combien cet événement révélait que « la dimension spirituelle est une clef de la construction de la paix » : « Par ce pèlerinage unique nous avons été capables de nous engager dans un dialogue fraternel, d’approfondir notre amitié et de nous retrouver dans le silence et la prière ».

 

Le voyage continue, ensemble

Le pape avait déjà élargi l’horizon à toutes les communautés représentées à Assise : « Après le renouvellement de notre engagement pour la paix et notre échange d’un signe de paix, nous nous sentons encore plus profondément engagés dans notre voyage humain commun, avec les hommes et les femmes des communautés que nous représentons”.

 

Il a souligné comment, après ce « pèlerinage », le « voyage » continuait, « ensemble » : “Nous n’allons pas nous séparer; nous continuerons à nous rencontrer, nous resterons unis dans ce voyage, dans le dialogue, dans la construction quotidienne de la paix et dans notre engagement pour un monde meilleur, un monde où tout homme et toute femme et tout peuple puissent vivre en accord avec leurs légitimes aspirations”

 

Anita S. Bourdin

*********************************************************

10:12 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

30/10/2011

31ème DIMANCHE DU TEMPS "ORDINAIRE"

Valões (Vila Verde).jpg
Valões (Vila Verde)

 

Domingo XXXI do Tempo Comum

 

I LEITURA

 

Leitura da Profecia de Malaquias

 

Eu sou um grande Rei, diz o Senhor do Universo, e o meu nome é temível entre as nações. Agora, este aviso é para vós, sacerdotes: Se não Me ouvirdes, se não vos empenhardes em dar glória ao meu nome, diz o Senhor do Universo, mandarei sobre vós a maldição. Vós desviastes-vos do caminho, fizestes tropeçar muitos na lei e destruístes a aliança de Levi, diz o Senhor do Universo. Por isso, como não seguis os meus caminhos e fazeis acepção de pessoas perante a lei, também Eu vos tornarei desprezíveis e abjectos aos olhos de todo o povo. Não temos todos nós um só Pai? Não foi o mesmo Deus que nos criou? Então porque somos desleais uns para com os outros, profanando a aliança dos nossos pais? Palavra do Senhor.

 

SALMO RESPONSORIAL

 

Senhor, não se eleva soberbo o meu coração nem se levantam altivos os meus olhos. Não ambiciono riquezas, nem coisas superiores a mim.

 

Antes fico sossegado e tranquilo, como criança ao colo da mãe.

 

Espera, Israel, no Senhor, agora e para sempre.

 

II LEITURA

 

Leitura da Primeira Epístola do apóstolo S. Paulo aos Tessalonicenses

 

Irmãos: Fizemo-nos pequenos no meio de vós. Como a mãe que acalenta os filhos que anda a criar, assim nós também, pela viva afeição que vos dedicamos, desejaríamos partilhar convosco, não só o Evangelho de Deus, mas ainda a própria vida, tão caros vos tínheis tornado para nós. Bem vos lembrais, irmãos, dos nossos trabalhos e canseiras. Foi a trabalhar noite e dia, para não sermos pesados a nenhum de vós, que vos pregámos o Evangelho de Deus. Por isso, também nós damos graças a Deus sem cessar, porque, depois de terdes ouvido a palavra de Deus por nós pregada, vós a acolhestes, não como palavra humana, mas como ela é realmente, palavra de Deus, que permanece activa em vós, os crentes. Palavra do Senhor.

 

EVANGELHO

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo S. Mateus

 

Naquele tempo, Jesus falou à multidão e aos discípulos, dizendo: «Na cadeira de Moisés sentaram-se os escribas e os fariseus. Fazei e observai tudo quanto vos disserem, mas não imiteis as suas obras, porque eles dizem e não fazem. Atam fardos pesados e põem-nos aos ombros dos homens, mas eles nem com o dedo os querem mover. Tudo o que fazem é para serem vistos pelos homens: alargam as fi lactérias e ampliam as borlas; gostam do primeiro lugar nos banquetes e dos primeiros assentos nas sinagogas, das saudações nas praças públicas e que os tratem por ‘Mestres’. Vós, porém, não vos deixeis tratar por ‘Mestres’, porque um só é o vosso Mestre e vós sois todos irmãos. Na terra não chameis a ninguém vosso ‘Pai’, porque um só é o vosso pai, o Pai celeste. Nem vos deixeis tratar por ‘Doutores’, porque um só é o vosso doutor, o Messias. Aquele que for o maior entre vós será o vosso servo. Quem se exalta será humilhado e quem se humilha será exaltado». Palavra da salvação.

 

Oração dos Fiéis

 

Caríssimos fiéis: Todos nós somos irmãos porque um só é o nosso Pai celeste. Apresentemos-Lhe com toda a confi ança as alegrias, as tristezas e as esperanças de todos os homens e mulheres que há no mundo, dizendo:

 

R. Atendei, Senhor, a nossa prece.

 

1. Para que a santa Igreja, a nossa Diocese e as suas comunidades, guardem fielmente a lei do amor e ensinem os seus fiéis a viver dela, oremos ao Senhor.

 

2. Para que todos os responsáveis deste mundo exerçam a autoridade como um serviço e sejam os primeiros a fazer o que legislam, oremos ao Senhor.

 

3. Para que os mais pobres que se sentem esmagados pela prepotência e orgulho dos poderosos, encontrem quem os acolha e compreenda, oremos ao Senhor.

 

4. Para que os catequistas e evangelizadores se façam tudo para todos como São Paulo, e não se poupem a trabalhos e canseiras, oremos ao Senhor.

 

5. Para que nesta nossa assembleia e na paróquia cada um aprenda a servir todos os outros e a guardar a graça de Deus e a sua Palavra, oremos ao Senhor.

 

OREMOS. Pai Santo, no vosso amor sem limites ouvi as orações que Vos dirigimos por todos os vossos fi lhos e não deixeis que as nossas obras sejam feitas apenas para serem vistas pelos homens. Por Nosso Senhor.

 

 

HOMÉLIE

 

Homélie du 31ème dimanche du temps ordinaire

 

 

Depuis cinq semaines, saint Matthieu nous décrit la polémique entre Jésus et les pharisiens : nous avons lu la parabole des deux fils (celui qui dit oui mais ne fait rien puis celui qui dit non mais qui répond à l’appel du Seigneur). Puis nous avons entendu la celle des vignerons homicides, celle des invités désinvoltes, la question sur l’impôt à César. Dimanche dernier, Jésus était interrogé sur le grand commandement. Aujourd’hui, nous entendons le Christ qui invective vigoureusement les pharisiens. Il dénonce ce qu’on pourrait appeler « les pièges de l’autorité. »

 

Tout d’abord, une précision s’impose : nous ne devons pas confondre pharisiens et pharisaïsme. Les pharisiens étaient des hommes profondément religieux. Ils étaient très attachés à la loi de Moïse ; cela les rendait très estimables. Plusieurs fois, Jésus a mangé à la table de ces dignitaires. Une nuit, il a eu une longue conversation avec Nicodème. L’évangile nous parle aussi de Joseph d’Arimathie. Plus tard, il y a eu Saul qui est devenu le grand Saint Paul. Pendant des années, il a combattu avec acharnement les chrétiens pour défendre la loi de Moïse. Puis il est devenu un grand témoin de la foi. Tout cela nous rappelle que la conversion est toujours possible, y compris pour les pharisiens.

 

Le pharisaïsme est un état d’esprit, une mentalité. C’est l’attachement à la loi pour la loi jusque dans les moindres détails. C’est aussi le mépris du petit peuple qui ne connaît pas la loi et ne la pratique pas. Le pharisaïsme des chefs religieux les mène à la vanité et à la satisfaction d’être du côté des bons. Mais sous un masque de justice, c’est l’hypocrisie qui se cache. C’est la lettre qui tue l’esprit. Ils n’oublient qu’une chose : Dieu voit ce qu’il y a dans le cœur de chacun.

Ce que Jésus dénonce, ce n’est pas leur message. Il ne leur a jamais reproché de dire la loi. Il leur fait simplement remarquer que leur vie n’est pas en accord avec leurs paroles. Ils enseignent la loi mais ne l’observent pas. Ils disent et ne font pas. Ils sont très exigeants pour les autres, ils leur imposent de lourds fardeaux ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Ils aiment paraître pour être remarqués des hommes. Leur but, c’est d’attirer la considération et l’intérêt des autres. Au lieu de guider le peuple qui leur est confié, ils ne pensent qu’à eux-mêmes.

 

Nous avons là un avertissement très clair et une mise en garde très forte. Elle s’adresse à tous ceux qui ont pour mission d’annoncer l’Evangile, les évêques, les prêtres, les catéchistes, les parents, les éducateurs de la foi… « Ils disent et ne font pas… » Un jour ou l’autre, cette parole du Christ nous interpelle tous, qui que nous soyons. C’est la tentation du « paraître », la course au prestige et aux honneurs. Notre orgueil peut nous amener à mépriser les autres que nous jugeons pécheurs et ignorants. En agissant ainsi, nous sommes loin de Celui qui est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus.

 

Alors, nous pouvons nous poser la question : Comment pouvons-nous nous garder du pharisaïsme et du goût du pouvoir. La réponse, nous la trouvons dans les textes bibliques de ce jour : le psaume nous invite à imiter l’enfant qui se blottit contre sa mère ; il sait qu’il doit tout à son père ; de ce fait, il ne cherche pas à faire le savant ; dans la seconde lecture, saint Paul nous invite à nous mettre au service des autres ; nous devons le faire avec douceur, sans être à charge et sans tirer profit des titres et fonctions. Enfin, dans la première lecture, le prophète Malachie nous rappelle que nous devons glorifier le Seigneur de l’univers. En un mot, nous devons nous disposer à l’humilité et au service. C’est cela qui nous éloigne du risque d’usurper le pouvoir de Dieu et de trahir nos frères.

Pour comprendre et vivre cet évangile, c’est vers le Christ que nous devons nous tourner. Nous avons en lui un merveilleux guide. Il s’est donné sur la croix pour le salut du monde. En lavant les pieds de ses disciples au soir du Jeudi Saint, il nous apprend à aimer et à nous mettre au service les uns des autres. En s’offrant à l’Eucharistie et en aimant les siens jusqu’à en mourir, il met en pratique son grand commandement : « Que le plus grand soit votre serviteur ! »

 

C’est à une véritable conversion que nous sommes tous appelés. L’important c’est d’abandonner tout sentiment de supériorité et de nous attacher à la loi d’amour avec un cœur tendre et généreux. Ce qui nous grandit vraiment aux yeux de Dieu et de nos frères, c’est le service. Ce qui fait la valeur d’une vie, c’est l’amour que nous avons pour Dieu et pour le prochain.

 

En ce jour, nous te remercions, Seigneur, de nous inviter à remettre à l’endroit ce qui fonctionne à l’envers dans nos vies. Lorsque nos actes ne suivent pas nos paroles, comble-nous de ta miséricorde. Ouvre nos cœurs à la Parole de celui qui est venu servir, Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

 

D’après diverses sources

 

Abbé Jean Compazieu

 

 

**********************************************************************************

 

 

10:26 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

29/10/2011

IVAN ET GIULIA

Capture d’écran 2011-10-29 à 11.33.41.png
SARKO ET CARLA (Parents de Giulia)

Capture d’écran 2011-10-29 à 11.35.10.png
David CAMERON (Père de IVAN et 1er Ministre de Grande-Bretagne)

 

 

Ivan et Giulia

Geneviève

JurGensen

La naissance de la petite Giulia pourrait être un moment d’attendrissement commun, qui rapprocherait du président de la République et de son épouse. Nous sommes passés à côté de cette occasion, ce n’est pas grave mais c’est dommage. Les messages transmis par l’Élysée ont été trop nombreux, trop contradictoires depuis le début de la mandature. La distance n’a jamais été trouvée. Tous nous savons que la vie privée est compliquée, qu’il faut beaucoup d’indulgence pour les couples qui traversent des tempêtes et s’abstenir de critiquer l’éducation donnée aux enfants de peur qu’on ne nous propose de balayer devant notre porte. Nous avons besoin de deviner pleinement humains ceux qui nous dirigent, tout en voulant les savoir épargnés par des tourments qui les envahiraient au point qu’ils ne puissent tout à fait s’occuper des affaires à la conduite desquelles le suffrage universel les a portés. L’art du ton juste, du juste degré de réserve et de proximité dans lequel on se sent vrai et qui, grâce à cela, sera bien perçu par tous, fait partie du talent politique.

Depuis toujours, l’actuel premier ministre anglais, David Cameron, s’est montré très ouvert sur sa vie de famille. Jeune en politique, il se laissait volontiers photographier en promenade avec son épouse et ses enfants tout petits. Dans les interviews, il évoquait facilement sa vie de famille. À tel point que son principal adversaire politique, Gordon Brown, nettement plus austère de tempérament, le lui a reproché avec virulence : « Moi je ne parade pas avec ma famille », a-t-il lancé un jour.

Le mot avait son poids. Car les deux hommes savaient ce qu’être atteint dans ses enfants veut dire, et la flèche de Brown, avec sa dose d’amertume, n’en était que plus cruelle. Pourtant, alors que la campagne électorale battait son plein, les deux hommes étant réputés se détester, un événement tragique a inspiré à Brown une trêve bouleversante. À la Chambre des communes, le jour où l’on apprit qu’Ivan Cameron, 6 ans, affreusement handicapé depuis sa naissance, venait de perdre la vie, Gordon Brown, la voix lourde de sincère chagrin, a prononcé quelques paroles si émouvantes que je regrette de ne

pas avoir la place de les traduire ici .

Tous les Britanniques savent, car il l’a souvent dit, que David Cameron, bien que de droite, est farouchement attaché à préserver et améliorer le système de santé publique de son pays. En effet, il décrit à qui veut l’entendre le secours que sa femme et lui y ont trouvé quand il s’est agi de fournir jour et nuit les soins appropriés à un enfant en danger de mort permanent. Ainsi, chaque citoyen sait qu’il doit lui-même quelque chose à ce pauvre petit garçon,

qui a comme tout autre façonné ses parents et les a fait grandir en expérience et en humanité. Si, malgré la crise, le budget de la santé est préservé et avec lui l’accès aux soins, le petit Ivan et l’amour qu’il sut inspirer (« mon bel enfant », disait son père) y sont pour beaucoup.

Non, ce n’est pas être fleur bleue que de souhaiter comprendre nos dirigeants et parfois même fraterniser avec eux. Ce n’est pas non plus verser dans la politique spectacle.

Le général de Gaulle ne laissait rien transparaître de sa vie privée et l’unique photo connue de lui avec sa petite Anne n’en est que plus précieuse. À chacun son style, à chacun sa forme de sincérité. Mais nous espérons tous que les bonheurs et les malheurs de la vie nous enrichissent, nous élèvent, nous rendent meilleurs, et puisque une petite Giulia est née, puisqu’elle a un papa qui sans doute à son âge n’espérait plus devenir père encore une fois, nous aurions aimé qu’il se fasse et nous fasse confiance, en prononçant quelques paroles simples et vraies, jaillies du coeur, propres à nous toucher, plutôt que de baisser le rideau en minimisant artificiellement un événement si unique et si banal, propre à nous changer au plus profond de nous-mêmes, et généralement dans le bon sens.

(Source : La Croix,29/10/2011)

**************************************************************************************

11:42 Publié dans ACTUALITÉ | Commentaires (0)

28/10/2011

UN "GÉANT" DE LA CHARITÉ : Mgr RHODAIN

Capture d’écran 2011-10-28 à 10.32.01.png

Mgr Rodhain, "l'inventeur" du Secours Catholique

 

Avec le Secours Catholique, Jean Rhodain (1900-1977) crée une structure originale qui s'appuie non plus sur des particuliers mais sur des équipes de bénévoles.

 

"Nous voulons rendre au monde son âme, une âme de charité" Mgr Rodhain, fondateur du Secours catholique (1946)

Jean Rodhain est né dans les Vosges de parents alsaciens. Ordonné prêtre en 1924, il est d'abord curé d'une paroisse rurale. En 1934, il est détaché comme aumônier fédéral de la JOC à Paris. La grande rencontre nationale de la JOC au Parc des Princes en 1937, qui réunit 80000 jeunes ouvriers, met en relief ses dons d'organisateur et d'animateur en même temps que son sens de la fête communautaire.

Il est fait prisonnier en 1940; évadé, il est nommé par l'épiscopat français aumônier général des prisonniers de guerre. Parmi ces derniers se trouvent 6 000 prêtres et séminaristes qu'il faut aider dans leur vie spirituelle et leur ministère. Bientôt il lui faut organiser une aumônerie clandestine du Service du Travail Obligatoire (STO) en Allemagne, ce qui lui vaut de nombreux démêlés avec les autorités allemandes. A la Libération, il est nommé aumônier général de l'armée française et des déportés.

 

La force des liens tissés

 

En 1946, la France est en souffrance: enfants abandonnés, familles brisées, privées de logement, personnes handicapées, mutilées par la guerre. Jean Rodhain, lui, a appris à l'aumônerie des prisonniers de guerre, la force des liens et des réseaux tissés par les familles elles-mêmes pour faire parvenir à leurs frères, maris, fiancés des colis et des lettres pour tenir. De là naît une idée originale! Créer une structure qui s'appuierait non plus sur des familles, mais sur des bénévoles et les amener à se rassembler en équipe. Ainsi naît le Secours catholique en 1946, approuvé par l'Assemblée des cardinaux. Mgr Rodhain en est le premier secrétaire général.

 

Une nouvelle forme de charité "organisée"

 

Dans l'esprit de Mgr Rodhain, cette structure aura pour mission fondamentale de faire rayonner, partout en France, une charité appliquée aux multiples formes de pauvreté, sans distinction de race, de religion ou de nationalité. Déployant une incroyable énergie, il ne cesse de multiplier les initiatives avec un seul mot d'ordre : "Allumer le feu de la charité", mais une charité qui "se doit d'être organisée pour être efficace".

Des équipes de bénévoles se rassemblent, et forment une à une les délégations diocésaines qui structurent aujourd'hui le réseau national. Les campagnes se suivent, en faveur des malades, des prisonniers, des enfants en situation difficile. C’est dans ce contexte que Jean Rodhain invente les "cités". La première est créée en mars 1954 à Montreuil-sous-Bois pour héberger les Nord-Africains. La seconde, commencée sous toile porte d’Orléans, ouvre rue de la Comète à Paris au cours du terrible hiver 1956, c’est la cité Notre-Dame. Il y aura de nombreux autres "protoypes".... Service d'Eglise, le Secours catholique est reconnu d'utilité publique en 1962.

 

Les chômeurs de la charité

 

Selon Mgr Rhodain, l'homme est fait pour donner, mais beaucoup l'ignorent... "Il y a des quantités de chômeurs de la charité, c'est-à-dire des gens qui sont capables de s'ouvrir à aider leur prochain, mais pour lesquels il faut comme le disciple qui avait besoin d'être attiré par le Seigneur, il y a besoin d'une occasion pour que ces gens sortent de leur paralysie et s'entrouvrent." La pédagogie mise en place par le Secours catholique réveille cette capacité ankylosée.

 

Une véritable force d'alerte

 

Persuadé que la "charité est aujourd'hui la justice sociale de demain", Mgr Rodhain s'engage très tôt dans l'action institutionnelle, et le Secours catholique devient une véritable force d'alerte et de propositions auprès des gouvernements. Plus récemment, les nouvelles situations de pauvreté ont entraîné une véritable révolution culturelle, en affirmant une conception nouvelle du rôle de la personne en difficulté qui, de passive, devient actrice de son devenir.

 

Le souci du tiers-monde

 

Parallèlement, le service des Urgences, pour venir en aide aux victimes des catastrophes et des guerres à travers le monde, s'est développé grâce à Jean Rodhain qui eut l'idée de micro-réalisations soutenues par le Secours catholique et par les organisations sœurs locales (les Caritas), conduisant les populations à prendre elles-mêmes en charge leur propre développement. Jean Rodhain sera le premier président de l'organisation Caritas lnternationalis regroupant au plan mondial les mouvements nationaux de même vocation que le Secours catholique et, à ce titre, participera à la préparation du concile Vatican II.

En reconnaissance de la tâche accomplie par Jean Rodhain, Paul VI lui donne le titre de "chorévêque", exceptionnel aujourd'hui en Occident. Il meurt paisiblement à Lourdes en 1977.

 

Pour aller plus loin

 

Luc Dubrulle, Mgr Rodhain et le Secours catholique, DDB, 2007

 

Le P. Luc Dubrulle est le titulaire de la chaire Jean Rhodain à l'Institut catholique de Paris

 

****************************************************************************************************

 

 

 

Article élaboré avec le nouveau Théo, l'encyclopédie catholique pour tous, éd. Mame et le site internet du Secours catholique.

Evelyne Montigny.

 

 

 

 

 

11:31 Publié dans HUMANITAIRE | Commentaires (0)

27/10/2011

Les "MISSIONS ÉTRANGÈRES DE PARIS"


Présentation des Missions Etrangères par mepasieAu cas où vous ne connaîtriez pas les "Missions Étrangères de Paris" , sachez qu'il s'agit d'une Société de Prêtres diocésains (ce ne sont donc pas deS religieux; ils appartiennent toujours à leur diocèse d'origine) . Cette Société s'est donné comme but l'évangélisation des pays d'Extrême-Orient (Chine, Japon, Corée...) Notre Diocèse d'Orléans s'honore de compter deux prêtres appartenant à cette Société (dont le siège est à Paris, rue du Bac, à côté de la Chapelle de la Médaille Miraculeuse)

L'un des ces deux prêtres est ÉVÊQUE en Corée (Mgr René DUPONT), mais il a démissionné de sa charge d'évêque depuis longtemps, pour laisser la place à un Coréen... Il a maintenant plus de 80 ans; comme il jouit d'une excellente santé il se consacre à la prédication de retraites.

L'autre est bien plus jeune : c'est le Père François-Xavier HAURE, qui est missionnaire au Japon... Tâche ardue et épuisante, car les catholiques sont très peu nombreux au Japon... Pour rencontrer un autre prêtre, il doit parcourir 100 km!

Voici une intéressante vidéo sur ces "MISSIONS ÉTRANGÈRES DE PARIS"

*********************************************************************************************************************

22:23 Publié dans MISSIONS | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique