logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/08/2011

7 AOÛT 2011 : 19è DIMANCHE DU TEMPS "ORDINAIRE"

Capture d’écran 2011-08-07 à 10.23.11.png
Domingo XIX do Tempo Comum

 

I LEITURA

 

Leitura do Primeiro Livro dos Reis

 

Naqueles dias, o profeta Elias chegou ao monte de Deus, o Horeb, e passou a noite numa gruta. O Senhor dirigiu-lhe a palavra, dizendo: «Sai e permanece no monte à espera do Senhor». Então, o Senhor passou. Diante d’Ele, uma forte rajada de vento fendia as montanhas e quebrava os rochedos; mas o Senhor não estava no vento. Depois do vento, sentiu-se um terramoto; mas o Senhor não estava no terramoto. Depois do terramoto, acendeu-se um fogo; mas o Senhor não estava no fogo. Depois do fogo, ouviu-se uma ligeira brisa. Quando a ouviu, Elias cobriu o rosto com o manto, saiu e ficou à entrada da gruta. Palavra do Senhor.

 

SALMO RESPONSORIAL

 

Refrão: Mostrai-nos, Senhor, o vosso amor e dai-nos a vossa salvação.

 

Deus fala de paz ao seu povo e aos seus fiéis e a quantos de coração a Ele se convertem. A sua salvação está perto dos que O temem e a sua glória habitará na nossa terra.

 

 

Encontraram-se a misericórdia e a fidelidade, Abraçaram-se a paz e a justiça. A fidelidade vai germinar da terra e a justiça descerá do Céu.

 

 

O Senhor dará ainda o que é bom e a nossa terra produzirá os seus frutos. A justiça caminhará à sua frente e a paz seguirá os seus passos.

 

 

II LEITURA

 

Leitura da Epístola do apóstolo S. Paulo aos Romanos

 

Irmãos: Em Cristo digo a verdade, não minto, e disso me dá testemunho a consciência no Espírito Santo: Sinto uma grande tristeza e uma dor contínua no meu coração. Quisera eu próprio ser anátema, separado de Cristo para bem dos meus irmãos, que são do mesmo sangue que eu, que são israelitas, a quem pertencem a adopção filial, a glória, as alianças, a legislação, o culto e as promessas, a quem pertencem os Patriarcas e de quem procede Cristo segundo a carne, Ele que está acima de todas as coisas, Deus bendito por todos os séculos. Amen. Palavra do Senhor.

 

EVANGELHO

 

Evangelho de Nosso Senhor Jesus Cristo segundo S. Mateus

 

Depois de ter saciado a fome à multidão, Jesus obrigou os discípulos a a multidão. Logo que a despediu, subiu a um monte, para orar a sós. Ao cair da tarde, estava ali sozinho. O barco ia já no meio do mar, açoitado pelas ondas, pois o vento era contrário. Na quarta vigília da noite, Jesus foi ter com eles, caminhando sobre o mar. Os discípulos, vendo-O a caminhar sobre o mar, assustaram-se, pensando que fosse um fantasma. E gritaram cheios de medo. Mas logo Jesus lhes dirigiu a palavra, dizendo: «Tende confiança. Sou Eu. Não temais». Respondeu Lhe Pedro: «Se és Tu, Senhor, manda-me ir ter contigo sobre as águas». «Vem!» - disse Jesus.

Então, Pedro desceu do barco e caminhou sobre as águas, para ir ter com Jesus. Mas, sentindo a violência do vento e começando a afundar-se, gritou: «Salva-me, Senhor!» Jesus estendeu-lhe logo a mão e segurou-o. Depois disse-lhe: «Homem de pouca fé, porque duvidaste?» Logo que subiram paro o barco, o vento amainou. Então, os que estavam no barco prostraram-se diante de Jesus, e disseram-Lhe: «Tu és verdadeiramente o Filho de Deus». Palavra da salvação.

 

ORAÇÃO DOS FIÉIS

 

Irmãos: Oremos a Deus nosso Pai, que nos escuta quando O invocamos, e apresentemos-Lhe as nossas preces por todos os homens, dizendo numa só voz:

 

R. Mostrai-nos, Senhor, a vossa misericórdia.

 

1. Pela Igreja, suas paróquias e fiéis, para que Deus lhes revele o mistério do vento forte, do fogo ardente e da brisa leve, oremos ao Senhor.

 

2. Pelos párocos, missionários e irmãos leigos, para que tenham confiança e nada temam, pois Jesus é mais forte que a força das ondas, oremos ao Senhor.

 

3. Pelos candidatos ao ministério e à vida religiosa, para que, na fidelidade à vocação que receberam, procurem os dons de Deus mais excelentes, oremos ao Senhor.

 

4. Pelo povo da primeira aliança e das promessas, para que em Cristo, descendente de David, descubra o Messias enviado por Deus, oremos ao Senhor.

 

5. Pelos emigrantes das nossas comunidades, para que a palavra de Deus os faça crescer na fé

e Jesus lhes estenda as mãos nas difi culdades da vida, oremos ao Senhor.

 

Senhor, que estais sempre junto daqueles a quem as tempes tades deste mundo põem em perigo, fazei que eles reconheçam a vossa presença e descubram que não podem caminhar sem a vossa luz e a vossa força. Por Nosso Senhor.

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (14, 22-33)

 

Aussitôt après avoir nourri la foule dans le désert, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées, il se rendit dans la montagne, à l’écart, pour prier.

Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire.

Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils disaient : “C’est un fantôme”, et la peur leur fit pousser des cris. Mais aussitôt Jésus leur parla : “Confiance ! c’est moi; n’ayez pas peur !”

Pierre prit alors la parole : “Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l’eau.” Jésus lui dit : “Viens !” Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant qu’il y avait du vent, il eut peur; et, comme il commençait à enfoncer, il cria : “Seigneur, sauve-moi !” Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : “Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?” Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.

Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : “Vraiment, tu es Fils de Dieu !”

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

 

 

HOMÉLIE


Jésus vient de multiplier les pains pour nourrir une foule affamée. Ce geste extraordinaire a beaucoup impressionné les gens. Ailleurs, les évangiles nous disent qu’ils cherchent à se saisir de lui pour en faire leur roi. Mais Jésus s’y oppose fermement. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’il renvoie ses disciples. Lui-même se retire à l’écart pour prier. Il a besoin de prendre du temps pour s’ajuster à ce que Dieu attend de lui. C’est aussi vrai pour nous les prêtres et pour tous les chrétiens engagés au service de la mission. Nous ne sommes pas à notre compte. Nous n’avons pas à rechercher le succès personnel. Le principal travail c’est Dieu qui le réalise dans le cœur de ceux qu’il met sur notre route.

 

Les disciples sont donc partis en barque pour rejoindre l’autre rive. Or voilà que la tempête se lève. La barque était battue par les vagues ; le vent était contraire. Les disciples étaient seuls. Si Jésus avait été là, ils se seraient sentis en sécurité. Voilà l’événement tel que nous le raconte saint Matthieu. On pourrait lire ce récit comme une belle histoire qui se termine bien. Ce serait dommage car cet évangile a une bonne nouvelle à nous annoncer. Nous devons avoir en tête les premières communautés chrétiennes. Elles en connaissent des tempêtes ; la persécution est violente. Jésus ressuscité n’est plus sur la montagne mais dans la gloire auprès de son Père.

 

Cette barque ballottée par la tempête, c’est l’Eglise. Dans le monde de la Bible, la mer c’est le repère des puissances du mal. Jésus qui marche sur la mer montre à tous que mal d’a pas de prise sur lui. Il en est le grand vainqueur. Cette victoire sur la mort et le péché sera mise en évidence lors de la résurrection du Christ. S’adressant aux premiers chrétiens, l’évangile les rejoint dans les tempêtes qu’ils doivent affronter. Matthieu leur rappelle que même si le Christ n’est plus visible, il est toujours là. Comme autrefois, il continue à leur dire : « Confiance, c’est moi, n’ayez pas peur. Il ne cesse de nous rappeler qu’il est toujours fidèle à son amour et à son alliance avec nous. Cet appel retentit tout au long de la Bible, en particulier dans les psaumes : « Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien » (Psaume 22). « Le Seigneur est ma lumière et mon salut, qui pourrai-je craindre ? » (Psaume 26) « Le Seigneur est avec moi, je n’ai peur de rien » (Psaume 117)

 

Le message de cet évangile est aussi un appel à l’espérance pour les chrétiens d’aujourd’hui. Tout au long des siècles, la barque de Pierre (l’Eglise) a été ballottée par des tempêtes. Et c’est encore ce qui se passe aujourd’hui. Dans plusieurs pays, la vie des chrétiens est menacée. Beaucoup sont mis à mort. On parle de « christianophobie ». Celle-ci peut être violente ou tout simplement sournoise. Les chrétiens doivent affronter l’indifférence, l’incroyance, la « mal croyance », les moqueries. Quand les médias nous parlent de l’Eglise et de ses fêtes religieuses, ils ne sont pas toujours très objectifs.

 

Mais le Seigneur est là, bien présent. Il marche sur les eaux. Autrement dit, le mal n’a pas de prise sur lui. Il n’aura pas le dernier mot. Le Seigneur nous tend la main pour que nous puissions avancer. Nous sommes invités nous aussi à tendre la nôtre vers les autres. A travers ce geste de solidarité, c’est lui qui agit pour donner le salut au monde. Il suffit d’un sourire, d’une présence, d’un geste d’accueil. Beaucoup souffrent de la solitude et de l’exclusion. A travers nous, c’est le Christ qui veut les rejoindre pour les aider à retrouver l’espérance.

 

Dans les tempêtes de notre temps, le Seigneur cette année nous donne un autre signe de sa présence et de son action. Des jeunes du monde entier se rendent en grand nombre aux journées mondiales de la jeunesse. Le pape y est présent comme catéchiste des jeunes. Et son ministère est relayé par ses frères évêques qui sont avec lui les premiers catéchistes des jeunes. Ces derniers peuvent partager entre eux leurs questions et leur écoute de l’Evangile. Une multitude d’animations portant sur la foi sont également proposées. Des rassemblements importants, nous en avons connus. Mais aucun ne réunit autant de jeunes de toutes tendances et venus du monde entier. A travers cet événement, c’est le Seigneur qui rejoint notre monde. Il ne cesse de nous dire : « C’est moi ; n’ayez pas peur. » S’adressant aux jeunes, le pape leur dit : « Soyez enracinés dans le Christ. » Les lettres de saint Paul nous rappellent constamment que le Fils de Dieu, mort est ressuscité pour nous, est le Sauveur du monde.

 

En ce jour, nous te prions, Dieu notre Père : prends chacun de nous par la main. Que ton Esprit de paix nous habite. Qu’il vienne nous aider à vaincre nos peurs. Et nous marcherons d’un pas assuré sur les traces de ton Fils notre Seigneur. Amen

 

 

Abbé Jean Compazieu

 

**********************************************************************************

 

 

 

 

 

10:29 Publié dans RELIGION | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique